Bousculade de Minah : Le Collectif des familles des victimes réclame l’indemnisation des victimes

0

Cinq mois après le drame survenu en Arabie Saoudite lors du pèlerinage à la Mecque, le Collectif des familles des victimes est monté, une fois de plus, au créneau pour éclairer la lanterne de l’opinion nationale sur l’évolution de la situation des victimes. C’était à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a organisée,   mardi 16 février, à la Maison du Hadj de Bamako.

La conférence était animée par le Secrétaire général, le Secrétaire administratif adjoint dudit Collectif et l’avocat à la Cour, à savoir respectivement Malick Konaté, Nama Keita et Me Marcel Ceccaldi.

Dans sa déclaration liminaire, le Secrétaire administratif adjoint du Collectif des familles des victimes a soutenu, d’abord, que quand l’évènement s’était produit à Minah lui et quelques uns avaient été confrontés à un problème d’information. Il avait alors senti la nécessité de créer un Collectif pour tenter de faire la lumière sur le drame. C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, un bureau composé de cinq membres a été mis en place.  Ce sont ces cinq membres qui sont à pied d’œuvre pour éclairer l’opinion nationale et internationale sur l’évolution de la situation depuis le début du drame jusqu’à ce jour.

Selon lui, le chiffre officiel des victimes est estimé à 320. L’orateur de mentionner, en plus 320 morts, 27 portés disparus. Le Collectif, par la voix de Nama Kéïta, a également soulevé la question de l’indemnisation  des familles des victimes.

Il confiera par la suite que, la nécessité de constituer des avocats s’est également posée. C’est ainsi que le Collectif s’est rabattu sur Me Magatte Sèye et Marcel Caccaldi, avocats à la Cour.

Pour mieux baliser le terrain de la procédure, ces avocats ont fait part au Collectif de la nécessité de procéder d’abord à la collecte des certificats de décès des victimes.

Il faut qu’ici, le Collectif n’est pas parvenu à mettre la main sur le maximum de ces certificats de décès. Une quarantaine seulement sur les 320 victimes ont été récupérés.

Après une rencontre effectuée avec le ministre des Affaires Religieuses et du Culte, Thierno Oumar H. Diallo, ce même mardi matin, ce dernier a réconforté le Collectif, en rassurant qu’il mettra en place une commission pour la collecte de tous les certificats de décès des victimes.

Le Secrétaire général dudit Collectif a, quant à lui, confié qu’avec l’appui de la Maison du Hadj, des tests ADN ont été réalisés pour les 27 portés disparus, tests dont les résultats sont incessamment attendus.

Pour l’avocat à la Cour Me Marcel Ceccaldi, les autorités saoudiennes ont le devoir d’informer les familles des victimes, car toute faute est de nature à engager la responsabilité de l’auteur, toute faute mérite d’être réparée. Il s’est dit très étonné aussi du comportement du Gouvernement saoudien. « Nous engagerons des procédures adéquates sur le plan national et international contre le Gouvernement saoudien ». Pour Me Ceccaldi, il faut que les autorités saoudiennes fassent toute la lumière sur la situation et mettent un fonds d’indemnisation à la disposition des victimes.

Adama Bamba

PARTAGER