La face cachée de Mourinho: “On a très vite compris qui il était”

0
La face cachée de Mourinho
José Mourinho

José Mourinho, Cristiano Ronaldo, Diego Costa ou le Barça: Alvaro Arbeloa s’est lâché dans une interview accordée au magazine Jotdown. D’habitude discret, le défenseur du Real Madrid règle ses comptes avec son ancien entraîneur au stade Santiago Bernabeu.

 

“Nous nous sommes rendus compte de qui était Mourinho un jour de présaison”, a confié Arbeloa dans le magazine Jotdown. “Les Espagnols venaient d’être champions du monde et ils nous ont rejoints à Los Angeles. Nous avons joué un match contre le Galaxy et nous étions menés 2-0 à la mi-temps. Des cris sont sortis de sa bouche. Il n’en a épargné aucun. Nous avons très vite compris qui était Mourinho. Tu n’imagines pas Pellegrini (NDLR: le coach précédent) crier comme ça sur Cristiano. Nous nous souvenons tous de cette intervention. Il a dit : “Vous ne voulez pas courir ? Pas de problème pour moi : banc. Toi non plus? Pas de problème: tu sors. Qui que ce soit, même un champion du monde, je mettrai Kaka ou un jeune joueur.

Les principes de dictateur de Mourinho ont très vite cassé sa relation avec ses joueurs. Au Real, c’est la première et la seule fois de sa carrière que le “Special One” n’avait pas le soutien complet de son groupe. “La relation de Mourinho avec certains joueurs s’est détériorée”, poursuit Arbeloa, évoquant la demi-finale perdue contre Dortmund en 2013. “Mais nous avons été assez professionnels pour que ça n’affecte pas l’équipe sur le terrain. Nous avons d’abord perdu la Liga, puis la finale de la Coupe et puis la demi-finale de la Ligue des Champions. La défaite 4-1 à Dortmund a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est tout. Il n’était plus possible de revenir en arrière.”

La rivalité avec Barcelone
Le défenseur du Real Madrid est aussi revenu sur la rivalité avec le Barça, à l’époque de Mourinho et Guardiola. Si aujourd’hui la tension a baissé d’un cran, l’atmosphère était électrique à l’époque. “Tout est parti de notre défaite 5-0. Pas parce qu’ils ont marqué à cinq reprises mais à cause de leurs déclarations après le match. Après avoir pris une telle raclée, leurs commentaires nous ont fait mal et nous ont beaucoup affecté psychologiquement. (…) Ce n’est pas nous qui avons inventé la rivalité entre les deux clubs. J’ai vu Zidane prendre Luis Enrique à la gorge. Ce n’est pas bien mais ce n’est pas nouveau. Peut-être aurait-il fallu qu’on s’embrasse?”

Enfin, Arbeloa a parlé de Diego Costa, l’attaquant de l’Atletico Madrid qu’il admire. “Tu vois Diego Costa jouer et tu te dis : “Merde, ce mec fait des trucs de fou!“. Et bien moi je veux un Diego Costa dans mon équipe. Un emm*** qui se bat sur tous les ballons et qui va au duel avec tout le monde.”

 

Par: 

Source: 7sur7.be

PARTAGER