Témoignage : Lamine Tiécoura COULIBALY : L’envol du cygne

8

Devant l’infinie désespérance d’une vie fugace, il ne faut finalement retenir que la substance d’un engagement accompli.  Le journaliste Lamine Tiécoura Coulibaly qui vient de nous quitter était sans doute l’un des derniers intellectuels de notre profession.

J’ai croisé, sans le connaître, Lamine Tiécoura Coulibaly, un beau matin de 1995 à l’entrée du journal « Le Républicain » qui m’avait engagé trois jours plutôt. Je prenais service ce lundi quand, au lieu de me trouver au sein d’une rédaction, pour faire le travail attendu d’un journaliste, je m’en suis retrouvé à la tête, investi de facto. Le Républicain, au carrefour d’une turbulence, venait de connaître une grande  scission.

Après être revenu de cette déconvenue magistrale, je pris les choses en main ; interrogeais les anciens, sondais la machine pour évaluer de la consistance des textes disponibles. Avec le peu d’assurance que je me suis donné, je convoquais ma toute première conférence de rédaction du journal aux environs de midi : Lamine Tiécoura Coulibaly, Cheick Hamalla Sylla, Ali Badara Kéita, Boucary Daou et un peu tard Brahima Fomba.  Rapidement, l’actualité a été revue et chacun a été commis à son devoir. Et nous voilà sur notre chemin de fer pour aventure humaine et professionnelle d’une grande densité.

A cheval entre les aînés et les cadets mon rôle de coordinateur au sein de cette rédaction a été d’une grande facilité. Les aînés s’appelaient Aly Badara KEITA, Dr Brahima Fomba et Lamine Tiécoura. Et Dieu seul sait quel était leur bagage. Ali Badara Kéïta, que nous n’appelions que par « doyen » avait fait les beaux jours de « L’Essor » avant de continuer à vivre sa passion du sport au « Républicain ». Brahima Fomba avait déjà un premier doctorat et s’apprêtait à en décrocher dans une université marocaine.

Lamine, lui avait effectué de solides études d’histoire de géographie à la prestigieuse Ecole Normale Supérieure de Bamako avant de partir étudier le journalisme au CESTI, à Dakar.

Cheickna Hamalla Sylla, lui était pétri d’une grande expérience dans la « fabrication » même du journal. Boucary Daou qui débutait, lui avait une grande propension à déclarer volontaire pour tous les reportages où qu’ils soient. Demandez un reporter au pied-levé, il vous dira de lui donner le temps d’aller chercher sa couverture !

Dans la répartition des tâches, Lamine manifesta un vif intérêt pour les sujets de société, la culture notamment. Il a crée et animé avec un grand aplomb la rubrique « Echos Stars » qui a vu défiler plein d’artistes nationaux et internationaux : Ibrahim Hama Dicko, Oumou Sangaré, Aïcha Koné, Méway… Ce qui faisait son originalité, ce n’était pas tant la régularité de la rubrique que la consistance et la truculence de sa « façon de faire », sa manière à lui de rapporter des propos décousus en un article d’une grande richesse humaine. J’eus l’occasion de l’accompagner lors de sa rencontre avec Ibrahim Hama Dicko. Et alors que je m’attendais à une interview classique, Lamine opta pour un exercice de maïeutique. « Vous devez avoir plus de soixante dix ans et que diriez vous à votre petit fils qui souhaiterait savoir quel a été le parcours de son grand père » ?  L’artiste se laissa aller. «  A mon petit fils-là, je dirais qu’il est un bandit », déclara-t-il dans un grand éclat de rire. Il déclina alors son itinéraire que le conduisit de son Gabéro natal à Gao, de Gao à Niamey et en plusieurs autres endroits où il a exercé des métiers aussi variés que celui d’apprenti tailleur, gardien d’immeuble, boy cuisinier avant la chanson. Je n’en reviens toujours pas.

Au sein de la rédaction, Lamine nous fit bénéficier de son expérience d’enseignant en veillant à ce que le français soit bon, dans la syntaxe et l’orthographe. Qu’est ce qu’il traquait les fautes ! Je me souviens d’un papier du doyen Ali Badara se rapportant à un match de foot ball entre le Botswana et le Mali. Dans le rendu, le doyen au lieu de Botswana écrivait à tous les coups Bostwana. Et imaginez combien de temps, il fallu prendre pour mettre le « t » et le « s » du nom de ce pays à leur place. Mais Lamine était là pour ça.

Nous nous décidâmes à ouvrir le journal sur l’international. Nous pûmes, grâce à un  système de troc, avec la compagnie aérienne « Air Afrique », couvrir les élections législatives partielles de 1996 à Abidjan et l’avènement de Maïnassara au Niger.

Et à chacun des reporters qui se déployaient sur le terrain de ces enjeux, Lamine avait un conseil : « soyez prudent ; soyez vigilant ». J’ai particulièrement apprécié sa propension à vous conseiller de voir au-delà de votre sujet principal. « Regarde au tour de toi, et raconte nous ce tu que tu as senti et vécu humainement » m’a-t-il dit quand je partais à la rencontre de Maïnassara. Je compris, à mon retour de Niamey, ce qu’était un envoyé spécial.

Nos chemins ont divergé par la suite. Lui a choisi l’ORTM et nous autres d’autres horizons au gré des contingences et des tribulations personnelles. Et même là, jamais le contact n’a été rompu. En bon grand frère, il appelait très fréquemment pour s’inquiéter d’un silence prolongé, pour réagir à un évènement social ou se prononcer sur une production publiée. Pointu, il était un passionné du travail bien fait.

Reporter devant l’éternel, il est sorti miraculeusement d’un accident de voiture qui a fait des morts, sur la route de Kayes, il y a quelques années. Blessé ? Blessé de guerre ? Traumatisé ? Oui, car personnellement, je crois que tout a basculé dans la vie de Lamine à partir de ce jour. Sa santé s’en est ressentie pour toujours. Aurait-il été sous d’autres cieux qu’il aurait, sans doute, bénéficié d’un suivi approprié. Mais stoïque, il s’est toujours illustré comme un homme de devoir et un homme de sentiments qui sait faire preuve d’une grande altérité. Tel ce témoignage qu’il écrivit au lendemain de la mort du Colonel Séga, le muséographe de l’armée. Quand je l’ai appelé, ce jour pour lui faire part de mon impression, nous n’avions pu échanger un seul mot car il étai tout en larmes au bout du fil. Et je retins sa dernière phrase : «on n’échappe pas à son destin ». Oui, le destin qui fait la destinée. Assurément, le destin qui fait que dans un pays, le mérite est rarement reconnu et récompensé à hauteur. Assurément, le destin qui fait que les premiers sont derniers et les derniers premiers, dans un pays où l’inversion des valeurs est totale.

Pour moi, je retiens de Lamine un professionnel d’une grande probité et d’une grande humilité. Pour l’avoir vu à l’œuvre dans son travail, son rapport par rapport aux différentes sources de l’information, sa capacité à se documenter, et son style, je dirais qu’il était l’un des derniers intellectuels de notre profession. Sans doute.

En ces moments de deuils, rejoignons dans la prière ; resserrons  nos cœurs endoloris dans l’âtre du seigneur et de son prophète Mouhamad  (PSL) pour que dans l’au-delà s’ouvre pour lui et tous les musulmans, les grâces de la vie éternelle. De poussière, nous sommes. De poussière, nous restons.

Ibrahim MAIGA

Agence de l’Environnement et du Développement Durable

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Je remercie tous ceux qui eu un brin de sensibilite a la lecture de cet article qui est loin d’avoir restituer les qualités d’homme de ce grand pro. Ibrahim

  2. C'est à travers les reportages sur les écoles, et surtout l'enseignement privé que beaucoup de diplômes ont été homologué par le département. Lamine était un journaliste d'investigation, et maitrisait beacoup son sujet.
    Dors en paix grand frère.

  3. toutes mes condoléances à la famille de Lamine Tiècoura COULIBALY. Je ne t'ai connu personnellement, j'ai toujours aimé votre voix sans te voir. Dors en paix lamine

  4. toutes mes condoléances à la famille de Lamine Tiècoura COULIBALY. Je ne t'ai connu personnellement, j'ai toujours aimé votre voix sans te voir. Dors en paix lamine

    • “Assurément, le destin qui fait que les premiers sont derniers et les derniers premiers, dans un pays où l’inversion des valeurs est totale.”Quelle verité, dans un pays où on ne sait pas où aller ? tant
      les principaux dirigeants nous rappellent les fanfaronnades et les triperies des Bokassa , des IDi Amin DADA, des FRANCISCO MACIAS NGUEMA……quand on pense qu’il faut parler à la Victor Hugo pour devenir “quelqu’un “…..dans un pays où les dirigeants des institutions de la rep sont en retraite:
      – Président de la rep
      – Président de l’assemblée nationale
      -Président du conseil ecmq et social
      – Président de la c..constitutionnelle
      -Président la mediature de la rep( 83 ans)
      – Premier ministre
      – Président de la cour Supreme ( bientot)
      – président de la Haute cour de justice…sans compter les ambassadeurs à Paris, à Washington,Bonn, Algerie….

Comments are closed.