Tahara Dravé, opératrice culturelle : «Je trouve que le monde de la mode est oublié au Mali»

0
Tahara Dravé
Tahara Dravé

Mannequin, manager de Tom Event, une agence de communication, promotrice de la mode au Mali, Tahara Dravé se bat sur plusieurs terrains. Objectif : faire la promotion de la mode malienne à travers le monde et préparer de futurs mannequins. Celle qui pense que les autorités ont oublié le monde de la mode, s’est confiée à votre Magazine. 

 
Comment avez-vous embrassé ce travail ?

Depuis l’adolescence, je me suis intéressée à l’événementiel. Mes parents m’ont beaucoup encouragée. Ainsi que mon mari et M’Baye Boubacar Diarra, un bon ami qui m’a toujours soutenue dans tout ce je fais. C’est entre 2007 et 2008 que j’ai décidé de faire la promotion de la mode malienne. En 2010, j’ai organisé un concours de futurs mannequins dénommé «TOP MODEL MALI», qui a mis sous les feux de la rampe quelques meilleurs mannequins maliens qui participent à des festivals de mode en dehors du Mali.

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à faire ce travail pas un autre ?
J’ai été mannequin pendant un moment ; mais je n’ai défilé que 3 ou 4 fois maximum. Je trouvais que c’était à chaque fois moins bien organisé. Vu que c’est un milieu qui m’attire, je me suis engagée à faire la promotion de la mode au Mali, pour nos créateurs, stylistes et mannequins, en organisant des défilés de mode pour valoriser la mode malienne. J’ai essayé d’autres activités en tant que commerciale dans deux boîtes différentes. Mais je ne m’épanouissais pas assez.

Vous avez donc fait une formation. Laquelle ?
J’ai ma maîtrise en techniques de commercialisation.

 
Dans le monde des arts, de la culture et de la mode, quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?

Les autorités ne nous soutiennent pas trop dans ce milieu. Je trouve que nous sommes à l’écart de la société. On a des difficultés pour avoir des partenaires solides. C’est un milieu qui n’est vraiment pas facile. Si je peux me le permettre, je dirais même qu’on ne vit pas de ça au Mali. Mais, Inch’Allah, on va se battre jusqu’au bout pour valoriser davantage la mode au Mali.

 
Avez-vous un grand événement en vue ?

Oui, je viens de commencer la 3ème saison de l’émission de téléréalité «TOP MODEL MALI». C’est un concours de futurs mannequins qui sera diffusé début avril sur l’Ortm, la chaîne nationale.

 
À ce jour, cet événement a-t-il atteint ses objectifs ?
Oui, bien sûr. J’ai vocation de faire découvrir les mannequins et stylistes de demain…

 
Quelles sont vos perspectives, après la crise qu’a connue le Mali ?

Je crois que la crise continue. On a toujours une guerre résiduelle qui est là. Je souhaite de tout cœur que la paix revienne partout au Mali pour que le pays puisse se mettre rapidement au travail. Ce n’est qu’à travers cela qu’on pourrait envisager quelque chose de durable dans notre pays. On a des projets et de belles initiatives pour la mode, la culture et la promotion des mannequins dans notre pays.

 
Avez-vous un message ?

Tout d’abord, je tiens à inviter tous les acteurs de la mode à faire avancer la mode malienne. Il faut qu’ils comprennent que c’est l’union qui fait la force. Aujourd’hui, je suis fière de cette émission de téléréalité «Top Model Mali» qui me permet de dénicher les meilleurs «Top Model» du pays.

Kassim TRAORE 

PARTAGER