Valérie Trierweiler, une marraine qui gêne les associations ?

0
Valérie Trierweiler, une marraine qui gêne les associations ?
Valérie Trierweiler

Valérie Trierweiler est-elle difficile à gérer ? Depuis la parution de Merci pour ce Moment, le 4 septembre 2014, avoir l’ancienne Première dame de France dans son camp n’est pas forcément un atout. En effet, Valérie Trierweiler nuirait aux associations humanitaires qu’elle défend depuis la sortie de son brûlot contreFrançois Hollande, selon une enquête du Parisien Magazine.

“Une bonne marraine est ‘une personnalité qui a la sympathie du public et qui mène sa carrière sans tapage et sans faire d’erreurs’ “décrypte Antoine Vaccaro, président de Faircom, une agence qui aide les ONG à lever des fonds dans les colonnes du Parisien. Et voilà que Valérie Trierweiler qui soutient entre autres des associations comme Action contre la Faim ou le Secours Populaire aurait 70% d’opinion défavorable. Oui, pour 70 % des Français, la journaliste de Paris Match serait “arrogante, pas sympathique, et pas proche des gens”. C’est dire. Elle n’y a pas été de main morte avec ses révélations sur François Hollande. Elle n’a pas hésité à puiser dans leurs secrets les plus intimes pour imager son récit, alors forcément ça fait désordre sur le terrain.

Les dégâts ont commencé lorsque François Hollande et Valérie Trierweiler se séparent par voie de communiqué le 25 janvier 2014. Elle s’envole le lendemain pour un voyage en Inde afin de soutenir l’association Action contre la Faim. L’association va payer cher cette venue puisque des donateurs s’indignent que Valérie Trierweiler soit logée dans des palaces avec leur argent. Une donatrice commentera “Mauvaise idée, cette égérie un peu trop médiatique ! Et son hébergement dans un palace ! Avec ce fric, combien d’enfants pourrait-on nourrir ? Cela me choque !”

Valérie Trierweiler qui veut continuer son travail humanitaire depuis qu’elle n’est plus à l’Elysée ne veut pas lâcher son rôle de marraine. Mais c’est sans doute les associations qui (…)

Lire la suite sur CloserMag.fr

Commentaires via Facebook :

PARTAGER