Yeli Mady Konaté, président du Réveil citoyen Fasoden Lakounou : «Nous devons prendre notre destin en main»

0

Créée en début d’année 2015, l’association le Réveil Fasoden Lakounou a mené plusieurs actions, dont des marches de soutien à l’armée malienne, aux populations du nord particulièrement celles de Ménaka. Face au grand désespoir qu’animent les Maliens, l’association qui avait mis en berne ses activités phares, va reprendre bientôt. Avec des conférences citoyennes, des marches, meetings à Bamako et à l’intérieur du pays afin de donner la parole aux Maliens. C’est en prélude à ces rencontres et activités citoyennes que nous avons rencontré Yeli Mady Konaté, président de l’association le Réveil Citoyen Faso Den Lakounou.

Vous pouvez nous parler de Réveil citoyen ?

Le “Réveil Citoyen -Fasoden Lakounou” s’est donné pour mission d’œuvrer pour l’inclusion sociale, l’accès aux droits, l’esprit de solidarité, l’exercice des droits civiques et la prise de responsabilité. Il s’agit de se poser des questions sur la culture et les valeurs, et non des simples questions de procédure. Au premier plan se trouve la participation active à l’élaboration de conceptions et pratiques de la citoyenneté et non la «consommation» passive de «produits» démocratiques. Le putsch de 2012 a provoqué une véritable prise de conscience au sein de la jeunesse malienne. Le “Réveil Citoyen -Fasoden Lakounou” veut consolider cet acquis et faire en sorte que les citoyens jouent pleinement leur rôle à tous les niveaux. C’est pourquoi nous avons initié plusieurs activités pour apprendre, comprendre et proposer des solutions pour notre pays. Nous sommes implantés dans plusieurs régions du Mali y compris au Nord. Vu la passivité de la classe politique et le manque d’informations, nous nous devons de nous organiser, nous informer et agir.

Après les affrontements, est-ce que vous avez fait d’autres activités ?

Nous n’avons jamais cessé de faire des activités. Nous avons fait plusieurs rencontres avec la classe politique, les autres acteurs de la société civile ainsi que les leaders religieux. Nous avons organisé plusieurs ateliers de formation car la jeunesse manque terriblement de repère. Nous nous formons chaque jour pour être à la hauteur de nos propres attentes. Nous ne pouvons pas toujours nous plaindre sans jamais rien proposer et c’est pour cela qu’il est important de s’auto-éduquer. L’une de nos sorties les plus mémorables est la marche que nous avons organisée pour dénoncer la dégradation de la situation sécuritaire à Ménaka et réclamer le redéploiement de l’armée. Cette marche et nos incessantes interventions ont attiré les médias sur le cas de Ménaka et cela a abouti à une intervention d’autorités. C’est la preuve que lorsque nous sommes unis, rien ne peut nous arrêter.

Qu’est-ce qui fait la particularité de cette association ?

La particularité de notre association est que nous partons sur la base que nous ne savons rien. Nous sommes conscients que pendant trop longtemps le peuple malien à été privé de son Histoire et de ses valeurs. Nous sommes conscients que le pays va mal et que sa construction va prendre du temps. Mais encore faudrait-il savoir où on va. Nous avons beaucoup de questions et nous comptons bien obtenir les réponses que le Mali mérite.

Quelles sont les activités en perspective ?

Le “Réveil Citoyen -Fasoden Lakounou”, toujours à la quête de réponses face aux nombreuses questions restées sans réponses dans des domaines clés tels que l’éducation, l’emploi, la santé et la sécurité, veut initier les “Rencontres Publiques Citoyennes” dans le but d’échanger avec tous les acteurs de la société à travers le Mali et de situer les préoccupations réelles des populations. Ces rencontres seront décisives pour nos prochaines actions, car nous ferons un suivi sur les attentes qui vont en ressortir.

Quel commentaire faites-vous sur la situation du pays et celle du Nord ?

Nous restons prudents car nous savons que notre pays traverse une très grande crise. Mais force est de constater que les Maliens se posent des questions et que les acteurs interpellés tardent à leur donner une réponse. Sur la situation du Nord, nous faisons preuve de retenue parce que nous ne voulons pas entraver le processus de paix. Mais à chaque fois qu’il semble y avoir une avancée, nous apprenons que nous faisons 2 pas en arrière. Les Rencontres Publiques Citoyennes nous permettront d’avoir une position claire sur cette situation qui nous affecte tous.

Avez-vous un mot de conclusion ou un appel à la jeunesse ?

«Nos aînés ont montré leurs limites. Il est temps de nous unir et reconstruire notre pays sur des bases saines. Cessons de nous diviser sur des querelles personnelles qui ne nous regardent pas et mettons le Mali au centre de tout. Le “Réveil Citoyen – Fasoden Lakounou” reste déterminé à mener le combat pour les véritables aspirations de la population et compte sur le soutien de tous les citoyens épris de liberté et de justice.

Kassim TRAORE

PARTAGER