UN MOPTITIEN REPOND AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : «ATT, vous avez bien défendu un Malien contre un autre»

0

Après son discours musclé à l’occasion de la sortie de la promotion 2006 de la police nationale, le 10 octobre dernier, dans lequel il a affirmé, haut et fort, qu’il n’ a jamais aidé un malien contre un autre, le président du Parti Espoir Réel (PER) Ibrahim Cissé, un Moptitien bon teint, commerçant de son état au grand marché de Bamako, apporte un démenti cinglant aux propos du Président de la République, Amadou Toumani Touré.

Candidat indépendant malheureux aux dernières législatives partielles de Mopti à l’issue desquelles, il est arrivé troisième après l’URD et le RPM, Ibrahim Cissé, qui préside actuellement aux destinées du tout nouveau parti politique, le PER (parti espoir réel) ne semble pas du tout digérer les propos tenus par le Président de la République, Amadou Toumani Touré, à la faveur de la sortie de la promotion 2006 de la police nationale, ayant trait à ses rapports avec ses concitoyens.

En affirmant, haut et fort, qu’il n’a jamais aidé un Malien contre un autre, ATT a certainement irrité le jeune Cissé qui a déclaré avoir été victime de l’influence du chef de l’Etat lors des dernières élections législatives partielles de Mopti qu’il a qualifiées, au passage, de tout sauf un scrutin digne de ce nom. "A Mopti, lors des dernières législatives partielles, nous avons assisté impuissamment à la nomination de Samba Yattassaye, candidat de l’URD autour duquel une coalition présidentielle s’est formée" a-t-il déclaré. Avant de soutenir que le scrutin a été émaillé de fraudes qualifiés. Comme preuve à l’appui de ses accusations, l’enfant de Konnan affirmera que le nombre de voix de son challenger Samba Yattassaye, soit environ six mille, dépassait largement celui des votants du village de Konnan. "Pourquoi faire des élections une affaire de Soud’Baba, c’est-à-dire une affaire de famille. Pourquoi des slogans comme on m’a battu à Sikasso, il ne faudra pas que l’on vienne me battre chez moi ?" s’est interrogé le jeune leader du PER qui accuse l’administration publique d’être partisane lors des élections. «ATT vous avez bien défendu un Malien contre un autre» a-t-il soutenu.

Ensuite, notre interlocuteur affirme même avoir été victime de menace de la part d’un élément de la Sécurité d’Etat d’un certain Niaré à Konnan, dans son village natal. Toutes choses qui feront dire à Ibrahim Cissé, qu’ "au Mali, il y a des pratiques démocratiques qui n’honorent pas avec leur corollaire de consensus de façade". Enfin, pour redorer le blason de la démocratie malienne, le jeune leader du PER se propose de ramener la politique au niveau de la jeunesse qui, selon lui, est victime de la servitude des actuels dirigeants politiques.

Comptant sur l’adhésion massive de l’électorat à son parti qui a déjà commencé avec la défection de cinq conseillers municipaux et au regard de l’implantation de son parti à Mopti, Ségou, sans compter l’extérieur (Sénégal, Côte d’Ivoire, Gambie, France), le jeune leader du PER, n’exclut pas sa candidature à l’élection présidentielle de 2007.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER