Bientôt la mise en circulation du passeport biométrique au Mali

1

La mise en circulation du passeport biométrique et l’attaque de l’hôtel Nord-Sud par les groupes terroristes étaient, ce mardi 22 Mars, au cœur d’une conférence de presse tenue dans la salle de conférence du Ministère de la sécurité  et de la protection civile. Cette conférence de presse  était animée par le  Directeur Général de la Police Nationale, le contrôleur Général  Moussa Ag Infahi, qui avait à ses côtés le contrôleur Divisionnaire Moussodo  Arby, Directeur National de la police des Frontières.

D’entrée de jeu, le Directeur Général de la Police Nationale, le contrôleur Général Moussa Ag Infahi dira que le gouvernement du Mali compte mettre en circulation un nouveau passeport. Ce passeport qui sera mis en circulation, explique le commissaire divisionnaire Moussa Ag Infahi, est un passeport biométrique qui répond à toutes les normes internationales de sécurité. Il  comportera une puce électronique où seront stockées des données identifiant le titulaire du passeport.  Il s’agit de la photographie du visage, de l’emprunte digitale des deux mains. Ce qui constitue une valeur ajoutée par rapport au passeport précédent, a-t-il précisé. Aux dires du Directeur Général de la Police Nationale, le nouveau passeport est un document sécurisé et non falsifiable. Selon le contrôleur général, le nouveau passeport coûtera 55 000 FCFA soit 5000 FCFA de plus que l’ancien passeport.  C’est une société de droit malien en l’occurrence Mali Solution Service (MSN) et son partenaire français Oberthur qui seront chargés de la production du nouveau passeport. Il sera produit ici au Mali, contrairement à l’ancien passeport. Pour la délivrance du nouveau passeport, les pièces à fournir restent les mêmes. Il s’agit de l’acte de naissance, de la carte d’identité nationale. Pour l’acquisition de ce nouveau, le demandeur est tenu de payer la somme de 55 000 fcfa à un des guichets d’Ecobank, contre un reçu avec lequel il se présentera à la police des frontières pour remplir un formulaire. Une fois, le formulaire rempli, le Directeur de la police des frontières se chargera de l’acheminer au MSN. Une fois le passeport produit, le MSN fera retourner  le passeport au directeur national de la police des frontières qui se chargera du reste. Le délai de livraison du nouveau passeport est de 20 jours.  Ce nouveau passeport ne peut être acquis sans le numéro d’indentification nationale (NINA).

Le Directeur National de la Police des frontières, le commissaire Divisionnaire Moussodo Arby, quant à lui a rassuré la population sur le respect du délai de livraison dudit document. Ce passeport biométrique sera mis en circulation dès les premiers jours du mois d’avril,  nous a-t-il dit.

Rappelons que les anciens passeports resteront  valables jusqu’à l’expiration de leur durée de validité.

Concernant, le deuxième sujet, le Directeur National de la police dira que l’hôtel Nord-Sud qui abrite les forces de l’Union Européenne chargées de la formation de nos militaires a été la cible des tirs dans l’après midi du lundi 21 Mars. Les forces de la garde nationale du Mali, qui assuraient la sécurité extérieure du bâtiment ont réagi. C’est ainsi qu’ils arrivent à neutraliser un assaillant. Ce dernier possédait une arme de type AK 47, deux sacs, l’un contenant des grenades et l’autre un chargeur. Deux personnes ont pu être appréhendés sur place assure le Commissaire Général Moussa Ag Infahi. A ses dires, 19 suspects dont un étranger ont été interpellés. Seules les enquêtes démontreront la culpabilité ou non des suspects. Si, pour l’heure aucune revendication de l’attentat n’a été fait, le commissaire Général de la police Moussa Ag Infahi soupçonne fortement les nébuleuses. Il n’a pas par ailleurs révélé l’identité de l’assaillant neutralisé. Selon  le Directeur Général de la police nationale, la contribution de la presse est très importante dans la lutte contre l’insécurité. C’est pourquoi, il demande aux journalistes de véhiculer la bonne information en sensibilisant la population afin que celle-ci ne cède à la panique.

Famory

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. A-t-on demandé aux canadiens qui produisaient nos passeports s’ils étaient capables de confectionner ce nouveau type de document sécurisé avec des avantages qu-ils concédaient au Mali. Le prix de revient était de 4500 FCFA,, le trésor public avait une marge de 45000FCFA.

Comments are closed.