Police Nationale: L’acte du général GASSAMA qui mécontente les agents

6
2

L’atmosphère est on ne peut plus délétère depuis quelques jours au sein de la police nationale. Et tous les regards sont à présent tournés vers le ministre sortant de la sécurité intérieure et de la protection civile. Sadio Gassama, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’aura visiblement pas laissé une bonne impression à son passage à la tête du département de la sécurité intérieure. C’est du moins le constat, si l’on en juge par la tension qui prévaut actuellement au sein de la police nationale.

Et pour cause ! L’avancement de deux échelons accordé par le ministre Gassama aux commissaires de police de la promotion 2005, alors même que certains commissaires et autres inspecteurs et sous officiers de  police ne bénéficiaient que d’un échelon à titre d’avancement. En clair, si l’arrêté n°2012 0321 MSIPC-SG du 02 février 2012 portant avancement d’un échelon de fonctionnaires du corps des commissaires de police, a été bien accueilli par les fonctionnaires de la police nationale, l’on est loin à présent d’un contentement avec cette autre décision prise toujours le même jour (c’est-à-dire le 02 février dernier) par le ministre sortant. Il s’agit de l’arrêté n°2012 0324/ MSIPC-SG portant régularisation de situation administrative de fonctionnaires de police du corps des commissaires. Une décision à travers laquelle le Général de division a fait encore avancer d’un échelon les commissaires de police de la promotion 2005. Qui bénéficient, à travers ces deux arrêtés, d’un avancement de deux échelons. Entretemps, selon nos informations,  les commissaires de police appartenant à d’autres promotions ne bénéficiaient que d’un échelon à titre d’avancement. Mieux, l’arrêté n°324 a fait avancer de deux échelons les commissaires de police. Pendant que les inspecteurs et sous officiers de la même promotion (2005) n’avançaient que d’un seul échelon. D’où la frustration chez les fonctionnaires de la police nationale qui dénoncent à présent, le favoritisme du ministre sortant. Les responsables syndicaux que nous avons rencontrés sont à présent sur le “pied de guerre”. Car, pour eux, non seulement les conditions de délai prévu par l’article 112 alinéa 3 de la loi n°10 -034 du 12 juillet 2010 portant statut des fonctionnaires de la police nationale, n’a pas été respectée mais aussi, les conditions relatives à l’avancement à titre exceptionnel prévues par l’article 120 de la loi susvisée ne sont pas aussi remplies. Par conséquent, ils réclament purement et simplement l’annulation du deuxième arrêté (celui portant régularisation de situation administrative de fonctionnaires de police du corps des commissaires). Faute de quoi, la police nationale risque de connaitre une paralysie, ont-ils menacé.

Les actions entreprises en son temps auprès du signataire de l’arrêté sont restées vaines. Puisque, rapportent-ils, le Général Sadio Gassama disait avoir reçu des instructions en prenant cette décision. De qui ? Et pourquoi ? L’on ne saurait le dire. Toujours est-il que la police nationale connaît une division depuis quelques jours. Les autorités sont donc interpellées pour parer à cette crise qui se dessine au sein de la police nationale. Surtout que, notre pays vie actuellement une situation difficile avec la rébellion au nord.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
malihomme<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 152</span>
Membre
malihomme 152
4 années 5 mois plus tôt

Ce n’est pas le moment pour le syndicat de la police de rêgler ses comptes

Bouare77<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 30</span>
Membre
Bouare77 30
4 années 6 mois plus tôt

Ce n’est pas responsable de déclarer avoir reçu des instructions à son niveau de responsabilité. Soit il refuse les instructions reçues ou il les assume.

nonono<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 619</span>
Membre
nonono 619
4 années 6 mois plus tôt

apres ATT on doit reculer tout les galon reussit par amitier car ses juste a cause de ,argent.pauvre mali,chacun le dit autour du the,et personne ne descent dans la rue,nous devons nous revolter pour ses connerie,et la corruption,sinon pas d,avenir pour nos enfant je vous le jure,quelle honte quelle honte quelle honte…

waritiki<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 604</span>
Membre
waritiki 604
4 années 6 mois plus tôt

il y a qu au mali qu on vois des choses comme sa avec la délinquance galopante au mali que les policiers fassent déja leurs travail sans corruption et sans ammerdér les honnêttes populations

Djenfa<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 112</span>
Membre
Djenfa 112
4 années 6 mois plus tôt

Au lieu de se battre pour se distribuer des echellons (donnes memes aux dormeurs), qui pour devenir general ou colonnel, IL EST TEMPS DE QUE CES NOMINATIONS SE FACENT AU MERITE. La guerre du nord est une occasion en or pour meriter des gallons, si non ca fait honte.

1FILSDUMALIBA<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 7091</span>
Membre
1FILSDUMALIBA 7091
4 années 6 mois plus tôt

Si un certain lieutenant-colonel s’est autoproclame general apres les evenements de 1991 avec les applaudissements inconscients et insoucients de toute la classe politique et de la societe civile, apres les nominations continueront sans bruit. Sinon nous avions eu des grands revolutionnaires africains comme Thomas Sankara qui est reste Capitaine jusqu’a son assassinat il ne s’est jamais autoproclame de quelque grade que ce soit et aussi Jerry J. Rawlings.
Ils n’on pas honte au Mali, bon il faudra revoir tous ceux la.

wpDiscuz