Section syndicale de la police nationale : Sur la difficile voie de la réconciliation

0
0

La Section syndicale de la police nationale (SPN) tenait mardi sa conférence de section. Les assises se sont déroulées au Carrefour des jeunes de Bamako.

Les travaux étaient dirigés par le secrétaire général du syndicat, le commissaire Tidjani Coulibaly. Il avait à ses côtés des représentants de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) et du Syndicat national des travailleurs de l’administration d’Etat (SYNTADE). Au cours de cette conférence, les cent quarante participants venus de toutes les régions du pays, des 15 arrondissements de police ainsi que des brigades spéciales du District de Bamako ont traité deux principaux points : la relecture du statut de la police nationale et la mise en place d’un nouveau bureau de la section syndicale. Cette conférence de section intervenait à un moment où le syndicat est confronté à la division. A l’ouverture des travaux, Tidjani Coulibaly avait reconnu cet état de fait en soulignant que le moment était crucial pour la vie de l’organisation. « Le mouvement syndical à la police nationale est en train de prendre des dimensions inquiétantes pour la sécurité des personnes et de leurs biens. Certains camarades utilisent la violence et le désordre comme moyen d’expression. Nous sommes engagés dans un processus de réunification qui a suscité un grand espoir chez les fonctionnaires de police. Certains camarades ont choisi ce moment pour nous quitter et s’accaparer du nom de notre syndicat. C’est une des causes de l’échec du processus de réconciliation », avait-il dénoncé en promettant néanmoins qu’aucun effort ne sera négligé pour que tous les policiers se retrouvent dans le même mouvement syndical. Il a assuré que les portes de la SPN restent ouvertes et que ses responsables tendent la main à ceux qui ont fait défection. Et de poursuivre : « le corporatisme est le plus grand danger qui nous guette, car commissaires, inspecteurs et sous-officiers ont un seul et unique statut et concourent tous ensemble à la sécurisation des personnes et des biens ». De son côté, le secrétaire général adjoint du bureau national de la SPN-SYNTADE, l’adjudant Tiékouta Kanté a souligné que la dotation des policiers en tenues et leur prise en charge par l’Etat dans certains cas restent les principales préoccupations de la police nationale. Au terme des assises, le commissaire Tidjani Coulibaly a été reconduit à la tête d’un nouveau bureau de 26 membres pour un mandat de cinq ans. Cette équipe s’est fixée comme première tâche de réconcilier l’ensemble des policiers au sein de la SPN.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.