LE RPM ET L’ACTION GOUVERNEMENTALE: Les ministres de la «honte»

0
Le Rassemblement pour le Mali (RPM) du président de l’Assemblée nationale, Ibrahim Boubacar Kéïta, ne quittera pas le gouvernement dans lequel il siège à travers le ministère de la Santé et celui de l’environnement. Rien à faire donc : IBK veut pousser ATT à bout et l’obliger à " dégainer " en premier. C’est cela aussi le consensus du côté de Sébénikoro. ATT l’a-t-il compris ? On ne saurait le dire avec certitude pour l’instant.
e ministre de l’environnement Nakoma Kéïta et celui de la Santé Mme Maïga Zéïnab Mint Youba siègent dans le gouvernement au nom du RPM (Rassemblement pour le Mali). Même si leur parti n’a jamais soutenu à fond, comme le ferait tout bon membre de gouvernement, ne serait-ce qu’à cause du consensus que nous vivons, les actions menées par le président de la République, ces deux membres du gouvernement ne l’ont jamais ressenti dans leur rapport avec les autres autorités du pays. Même s’ils ne le méritent pas, à cause du comportement de celui qui les aurait proposé pour faire partie de l’exécutif, ils bénéficient de tous les honneurs et de tous les avantages dus à leur rang.
Longtemps, on croyait que le RPM allait sortir ses ministres du gouvernement ou que ces derniers allaient démissionner soit du gouvernement, soit du parti. Rien de tout cela, comme le Sadi ; le RPM, qui est quand même (contrairement à la formation du Dr Mariko) un parti respecté et respectable au Mali, critique toutes les actions gouvernementales et continue à siéger dans ce gouvernement. Une manière qui tranche totalement avec nos valeurs culturelles et nos coutumes au Mali. Partout dans le monde d’ailleurs, les choses sont claires : On ne peut vouloir d’une chose et de son contraire.
Comment peut-on accepté de continuer à siéger (même doublement), à travers ses représentants dûment mandatés, dans un gouvernement et passer tout sa vie à critiquer ce gouvernement. De deux choses l’une : Soit on quitte le gouvernement et on critique, soit reste et on arrête de raconter sa vie à tout bout de champ. Cela n’est pas valable que pour le RPM seulement mais pour l’ensemble de la classe politique malienne. Une classe politique qui, au même titre que le président du RPM, manque terriblement de courage. Tous préfèrent, malheureusement, continuer à bénéficier des avantages que leur offre leur place plutôt que dire la vérité et faire avancer le pays.
Dans le cadre, par exemple du consensus, des leaders politiques nous ont confié à l’époque qu’ils en avaient assez mais qu’ils n’avaient pas le choix. Une attitude bizarre et difficilement compréhensible que nous avions essayé de dénoncer en son temps sans être véritablement compris. Récemment, pour coller à l’actualité, avec les accords d’Alger, des ministres, selon nos sources, serait entrain de raconter tous les jours à certains de leurs proches qu’ils " ne croient pas à Accords d’Alger ". Alors qu’ils doivent convaincre les Maliens, quelque soient leurs couches, à accepter ces Accords. C’est exactement à ce jeu que joue IBK et ses ministres. Ils ne soutiennent personne. Tout ce qui les intéresse c’est le profit qu’ils peuvent tirer de leur poste actuel.
En ce qui concerne les deux ministres RPM, les observateurs commencent à croire qu’ils jouent le même jeu que leur président IBK. Ils attendent tous à ce que ce soit ATT lui-même qui les renvoie du gouvernement pour avoir encore plus de slogan de campagne. Espérons que ce dernier ne tombera pas dans ce piège.
Affaire à suivre

Moussa TOURE

PARTAGER