Meeting au Stade OMNISPORTS : La Jeunesse RPM pourfend la gestion d’ATT

0
Au cours d’un meeting qu’il a organisé dimanche dans la salle des spectacles du stade Omnisports Modibo Kéita, la Jeunesse du Rassemblement pour le Mali (RPM) de Bamako est montée au créneau pour toucher du doigt les problèmes de la nation et dénoncé la gestion qui en est fait par le pouvoir.
 
Ils étaient nombreux les jeunes qui se sont mobilisés dimanche pour assister au meeting organisé par l’Union des jeunes du Rassemblement pour le Mali (UJ-RPM). Au cours de cette grande rencontre, la jeunesse du parti du Tisserand (emblème du RPM) n’est pas allée avec le dos de la cuillère, passant minutieusement au crible les avatars de notre démocratie, mais surtout l’accord d’Alger.
« Oui pour la paix, non pour l’accord d’Alger ». « Ensemble pour la victoire en 2007 ». « Dans le sillage de nos aînés au coude à coude, serrons les rangs pour renforcer le parti », pouvait-on lire sur des banderoles déployées dans la salle.
Moussa Timbiné, le secrétaire général de la Jeunesse RPM, dans un exposé liminaire, a déclaré que l’heure de l’action avait sonné. Faisant sienne la fable du corbeau et du renard de l’écrivain Français Jean de La Fontaine, M. Timbiné a indiqué que la jeunesse du parti n’allait succomber à aucune flatterie, mais résolument engagée sur la « défense des intérêts du Mali contre vents et marées ».
Ainsi les différentes politiques mises en œuvre par le général ATT (logements sociaux, sécurité alimentaire, emploi des jeunes, la sécurité des personnes et des biens, etc.), n’ont pas échappé à l’analyse critique. Selon M. Timbiné, toutes ces politiques doivent être formulées autrement afin qu’elles répondent aux aspirations légitimes des couches sociales.
Sur l’accord d’Alger, le premier dirigeant de l’Union de la jeunesse du RPM ne garde pas sa langue dans sa poche. « La jeunesse RPM refuse cette façon monarchique de gérer le Mali. Un problème national doit être traité à la dimension nationale et non pas par un club d’amis ». La jeunesse dénonce l’accord d’Alger par ce que justement « c’est un mauvais accord qui différencie les Maliens, accorde des avantages ou des priorités a une partie des citoyens, décourage ». L’accord d’Alger incline à croire qu’au Mali « il faut prendre les armes pour être pris au sérieux », a déploré M. Timbiné, qui a invité ses pairs à s’approprier les documents mis à leur disposition par le parti pour dénoncer l’accord, argument à l’appui.
Plusieurs orateurs se sont succédé au micro parmi lesquels le secrétaire politique du BPN, Bakary Koniba Traore, l’honorable député Boubacar Touré. Tous ont dénoncé l’accord dans sa forme, ces différents orateurs du RPM ont réaffirmé la détermination du parti à briguer la présidence en 2007 et la détermination à ne pas accepter qu’une deuxième victoire soit volée au Tisserand.
Aussi du haut de la tribune appel a été lancé aux militants pour prendre leur carte d’électeur et aux autorités à tout mettre en œuvre pour une transparence du scrutin. Pour l’heure, « nous n’accepterons pas de vilipender l’esprit et la lettre des textes fondateurs du pays, nul pouvoir ne saura nous intimider et nous faire renoncer à la conquête du pouvoir », a martelé Bakary Pionnier.
Outre certains partis , L’ADJ a pris part à ce meeting.
Denis Koné

PARTAGER