NOMINATION DES MEMBRES DE LA CENI : Le RPM et d’autres partis décident d’attaquer le décret devant la Cour Suprême

0

    Après la publication du décret portant nomination des membres de la CENI, six partis politiques d’Espoir 2002 à savoir le RPM, le RDT, le RJP, la CD, la COPP et le RDR ont décidé d’attaquer l’arrêté ce matin devant la Section Administrative de la Cour Suprême pour son annulation dans le fond et dans la forme. Dans une déclaration, ils dénoncent “l’ingérence flagrante du ministre de l’Administration Territoriale, le Général Kafougouna Koné dans la gestion des groupements politiques”.

            C’était le samedi dernier au Mémorial Modibo Kéïta. Le principal animateur de cet point presse était l’Honorable Boubacar Touré du RPM, assisté de Me Mamadou Gakou de la COPP, ainsi que les représentants d’autres partis dont Aboubar Diallo de la CD, Broulaye Diallo du RDR.

            Le décret n°06-410/P-RM du 27 septembre 2006 portant nomination des membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

            L’article 4 du code électoral stipule que la CENI est composée au niveau national de 15 membres dont 10 désignés par les partis politiques suivant une répartition équitable entre les partis politiques de la majorité et ceux de l’opposition.

Mais, vu le décret portant nomination des membres de la CENI, il ressort qu’ils sont 12 membres sur la liste au lieu de 15. Manquent alors le représentant de l’opposition et les deux autres d’Espoir 2002. C’est à ce niveau que le problème s’est posé qui est l’objet de cette conférence de presse.

            Dans son exposé liminaire, le principal orateur Boubacar Touré, faisant lecture de la déclaration des 6 partis politiques, a affirmé que, contrairement à toutes les attentes, le regroupement Espoir 2002 n’y est pas représenté. A ses dires, “Espoir 2002 s’est réuni, et après délibération, a désigné ses deux représentants dont les noms ont été régulièrement transmis au ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, le même jour par Ibrahim Boubacar Kéïta, président du regroupement Espoir 2002. Le même jour, certains partis, membres de Espoir 2002, à savoir le CNID, le MPR et le PLM, après avoir abandonné la réunion avant du vote, ont déposé une deuxième liste, au niveau du ministère de l’Administration…”.

            Ces partis estiment que le Général Kafougouna Koné “s’est cru autorisé à faire un constat de divergences au sein de Espoir 2002, pour s’arroger le droit de publier la composition d’une CENI apparemment à sa seule dévotion”. Et le président d’Espoir 2002 a rappelé le caractère injuste et inapproprié de la démarche du ministre qui est resté sur sa position.

            Le conférencier a estimé que la démarche du ministre, loin d’être un acte isolé, traduit une volonté clairement exprimée d’exclure certains acteurs du processus électoral.

            “Nous, partis signataires de la présente, en tirant toutes les leçons des agissements de certains partis politiques (CNID, MPR et PLM) et de l’Administration Territoriale, attirons l’attention de l’opinion nationale et internationale sur l’extrême gravité de ces faits qui constituent autant de précédents susceptibles de mettre en doute la sincérité et la transparente des élections à venir et de mettre en danger la stabilité de notre pays”.

            Donc, après une analyse approfondie de la situation, les partis signataires de cette déclaration ont dénoncé et protesté contre cette ingérence flagrante de l’Administration dans la gestion des groupements politiques ; réaffirment leur soutien total à la liste proposée par le président de Espoir 2002 à la date du 18 septembre 2006.

            Prenant la parole, Broulaye Diallo de la CD (Concertation Démocratique) a expliqué les péripéties de la désignation des deux membres d’Espoir 2002. Une réunion regroupant les neuf partis politiques d’Espoir 2002 a eu lieu à Sébénicoro chez IBK, à laquelle ont pris part tous les représentants des partis politiques membres du regroupement.

            Après deux jours de discussions, il n’y a pas eu de consensus. Tous les partis sont restés figés sur leur position. C’est ce qui a conduit des partis à opter pour le vote. C’est dans ce cadre que les représentants du CNID, du MPR et du PLM ont claqué la porte.

            Après leur départ, le vote s’est déroulé et c’est ainsi que le RPM et le RDT ont été retenus.

            En tout cas, le ministre a refusé la liste et ces 6 partis vont aujourd’hui attaquer le décret de nomination des membres de la CENI devant la section administrative de la Cour Suprême, a dit Me Mamadou Gakou. Il a ajouté que le décret traduit une violation flagrante de la loi dans le fond et dans la forme.

            En outre, le parti continuera à se battre pour que sa liste soit reconnue au détriment de celle déposée par le CNID et le MPR.

Mamadi TOUNKARA

PARTAGER