RPM : Parti au pouvoir, discours d’opposant

0

"Le parti du tisserand qui a fêté ses cinq ans le 31 juin 2006 s’est toujours inscrit dans la ligne républicaine de l’action politique, dans la recherche de l’affermissement et surtout de l’approfondissement incessant du processus démocratique, lui-même mis en péril, mis en danger par la dérive liberticide et démocraticide de la gestion actuelle du pouvoir abusivement autocratique et foncièrement populiste". Ce discours tenu par le secrétaire politique du Rpm, Bakary Koniba Traoré, lors de la conférence des cadres de son parti, le 14 octobre, a l’avantage d’être clair : Le Rpm est tout à fait opposé au pouvoir en place au Mali. Cette opposition se dévoile à travers la description selon, laquelle le Rpm, parti républicain, est attaché à l’approfondissement de la démocratie au Mali, tandis que le pouvoir en place à Bamako, autocratique et populiste mettrait en danger le processus démocratique.

Cette déclaration du secrétaire politique du Rpm n’est pas la première sortie de ce parti contre le pouvoir. Le Rpm, parti du président de l’Assemblée nationale, Ibrahim Boubacar Kéïta, depuis le 8 juin 2005, où il s’est inquiété de "la façon catastrophique de la gestion des affaires de l’Etat", n’a pas manqué l’occasion de tirer à boulets rouges sur le régime du basketball trikots günstig Président Amadou Toumani Touré (ATT). C’est un chapelet de Déclarations et d’actes posés par la formation que ses responsables se plaisent à égrener : déclaration du 8 juin 2005, déclaration du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale pour boycotter le bureau de cette institution, déclaration pour dénoncer l’accord d’Alger, interpellation à l’Assemblée du ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales, déclaration sur la Ceni, recours en annulation du décret de constitution de la Ceni etc.

La conviction des "tisserands" est que des dangers lourds pèsent sur la démocratie au Mali : "tout est ramené à la volonté du prince du jour ; la marginalisation des partis politiques est en cours, le refus du respect des opinions contradictoires caractérise les actes du pouvoir, les médias d’Etat sont au service exclusif du pouvoir et de ses amis", a asséné le secrétaire politique du parti, Bakary Koniba Traoré. Au moment où d’autres partis politiques, pas les moindres se contentent d’apporter leur soutien au Président sortant lors des élections de 2007, le Rpm se positionne et affiche sa détermination à participer à toutes les échéances électorales en 2007 : "que vaut un parti qui refuse d’aller à la conquête du pouvoir ? C’est pourquoi nous faisons de la transparence de toutes les opérations électorales, un préalable", a souligné Boubacar Touré, député Rpm, présent à la conférence des cadres.

Avec une quarantaine de députés à l’Assemblée nationale, bien que ceux-ci aient été évincés du bureau de l’Assemblée nationale du fait d’une coalition majoritaire de la mouvance présidentielle, le Rpm se réclame du groupe politique le plus important et le plus porteur d’une alternative basketball trikots politique crédible au sein du parlement malien.

Et sans la présence duquel à tous les niveaux du processus électoral à venir, il n’y a pas d’élections propres, régulières, véritablement démocratiques, souligne le secrétaire politique. "Nul ne peut mettre de côté notre participation, sans le Rpm pas d’élections crédibles", clame-t-il.

Le Rpm est en ordre de bataille "pour mettre fin au règne de la pensée unique développée par le pouvoir qui délivre, agresse et panique … et aucun tripatouillage, aucun mensonge, aucune intimidation ou tentative chaussure de football pas cher ne passera", avise Bakary Koniba Traoré. Avec de telles déclarations, on a du mal à comprendre la présence de deux ministres issus des rangs du Rpm dans le gouvernement actuel du régime de Amadou Toumani Touré. Si le ministre de l’Environnement et de l’Assainissement Nancoma Kéïta était présent à la conférence des Cadres de son parti comme d’habitude, la ministre de la Santé Mme Maïga Zéïnab Mint Youba n’y était pas et se ferait de plus en plus rare aux différentes manifestations organisées par le parti.

Boukary Daou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER