Rejet de l'actuel fichier électoral :L’improbable combat de Soumaïla Cissé

0

A propos des élections générales de 2012 et particulièrement de la présidentielle de la même année, le président de l’Union pour République et la démocratie (URD) a insisté le 31 mars 2011, lors d’un point de presse, sur les préoccupations du parti par rapport au fichier électoral.

A cette occasion, Younoussi Touré a été on ne peut plus clair : «le fichier électoral, dont nous disposons, n’est pas fiable. S’il est proposé pour aller aux élections de 2012, nous irons à la catastrophe. L’URD n’est pas d’accord pour qu’on aille aux élections sur la base de ce fichier. Il faut qu’on se concerte entre acteurs politiques avant d’aller aux élections sur des bases saines. Il est nécessaire que nous allions à des élections claires, transparentes et justes ».

Une position qui n’aurait pas varié depuis et cela malgré les explications fournies par le gouvernement sur les difficultés à obtenir un nouveau fichier sur la base du Ravec et l’appel au calme d’autres formations politiques. Alors, que va donc faire le parti de Soumaïla Cissé si on venait à maintenir la décision d’organiser les élections générales de 2012 avec l’actuel fichier ? Ce qui semble être le choix du ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, le général Kafougouna Koné, qui ne cache plus son agacement face à la polémique entretenue autour du sujet. Et la marge de manœuvre de l’URD est d’autant plus réduite aujourd’hui que le parti majoritaire à l’Assemblée nationale, l’Adéma/PASJ, en dépit de quelques réserves sur le timing, vient d’apporter la semaine dernière son soutien au gouvernement pour la réforme constitutionnelle et le choix du fichier électoral actuel. Au nom d’une logique politique que semble ignorer les amis de l’actuel président de la Commission de l’Uémoa, Soumaïla Cissé. Ces derniers auront intérêt à se mettre au travail pour faire enrôler le maximum de leurs militants au lieu de s’accrocher à des positions pas tenables.
Abdoul Karim Maïga

Commentaires via Facebook :

PARTAGER