1ère convention nationale du PDES : Les amis de Zounzani 1er sauvent les apparences pour l’instant

0
0

La salle de basketball du stade du 26 mars a abrité le week end dernier les travaux de la première convention nationale du parti pour le développement économique et la solidarité (PDES), sous la présidence de Hamed Diané Séméga, premier responsable de cette formation politique. C’était en présence d’autres barons du parti, des délégués venus de l’intérieur et d’une vingtaine de pays dont quatre hors du continent africain, des représentants des partis amis et de nombreux invités.

Dans son discours d’ouverture le président du PDES a rappelé qu’avec quinze députés à son actif et plus de 1500 élus municipaux, le parti a pu enfin atteindre un objectif qu’il s’est fixé dès le départ : compter parmi les toutes premières forces politiques du pays. Pour consolider les acquis politiques et économiques et sociaux obtenus par le Mali et capitaliser les résultats positifs que le PDES a obtenus en si peu de temps, Hamed Diané Séméga a appelé à l’unité tous les responsables et militants du parti. Et d’insister sur les mots clés du succès : unité, discipline, consensus. En ce qui concerne la participation des ”héritiers” de Zounzani 1er aux échéances électorales à venir, le président Séméga a dit ceci : "  nous devons aussi et surtout réussir, à travers des alliances politiques et électorales appropriées, à favoriser l’émergence pour les cinq années à venir d’une majorité de gouvernement. Sans précipitation et avec une conscience aiguë des enjeux actuels, le PDES a entamé un dialogue avec l’ensemble des forces politiques acquises à la nécessité de poursuivre les changements réussis dans notre pays. "

Pour ce qui est de la situation au Nord du pays, le PDES, par la voix de son président, condamne avec force les actes de terrorisme et les crimes commis par des bandes armées sans foi ni loi dans la bande sahélo-saharienne contre de paisibles populations et les ressortissants étrangers, et réaffirme son adhésion à la ligne définie par le Président de la République pour gérer la question de l’insécurité au Nord. S’agissant du referendum, il a affirmé que son parti doit œuvrer pour une victoire massive du Oui, en informant et sensibilisant nos compatriotes sur les avancées que l’adoption du projet de révision constitutionnelle permettra au Mali de réaliser.

A l’issue de deux jours de travaux, un bureau consensuel XXL (appelé comité directeur national)  d’une centaine de membres a été mis en place pour une durée de trois ans. Il est dirigé par Hamed Diané Séméga, Jeamille Bittar demeure à la première vice présidence, tandis qu’on retrouve Dr Ousmane Bah, l’ancien ministre N’Diaye Bah, Bakary Togola respectivement aux postes de 2ème, 3ème et  4ème vice -présidents. Quant à Maharafa Traoré, il reste à son poste de secrétaire général, le secrétaire à la jeunesse sortant, le bouillant Amadou Koïta devient secrétaire aux questions électorales. Figurent aussi dans ce bureau à des niveaux plus ou moins importants Hamadaou Sylla (5ème vice président), Hamane Niang (6ème vice président), Mme Ascofaré Oulématou Tamboura (7ème vice présidente), Mohamed El Moctar (8ème vice président). Ce bureau travaillera avec des commissions de travail, constituées de plus de 15 membres chacune.

  La première dame Touré Lobbo Traoré en est toujours la marraine et les présidents d’honneur sont entre autres : Dr Hamed Sow, Seydou Nantoumé, Habib Sofara, Amadou Ba Aly Traoré.

 Massa Sidibé

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.