Accalmie au Pdes : La main du diable

0
1

 La veille de la conférence nationale du PDES était un instant d’incertitudes tant la fracture était importante entre les différents courants. Pourtant, subitement et à la surprise générale, les amis d’ATT ont miraculeusement réussi à surmonter leurs difficultés. Pour les observateurs et autres analystes politiques il n’y a rien à faire le diable est intervenu. Car seul lui pourrait réussir une telle prouesse. Pourtant personne ne se fait d’illusions, la bataille n’est que reportée, ainsi elle est désormais clandestine, moins publique et plus en réseau. 

                Il serait illusoire de penser que le combat de leadership ainsi engagé au PDES se termine sur de simples consignes, fut-elles du manager général. Il n’y a rien à faire les hostilités vont se poursuivre sous d’autres formes. Ainsi, un membre du bureau politique proche de Bittar  confessait : " Ils ont opté pour l’hypocrisie et les faux compromis, nous, nous attendons de voir ; seulement nous espérons qu’ils ne vont pas continuer à saper la dynamique des plus aptes d’entre nous qui prennent des initiatives…. ". Un militant proche du président qui de passage avait capté cette information rétorquait ainsi : " c’est d’autant juste que des individus auxquels vous faites allusion sont ceux que l’on doit exclure du parti, mais vous allez voir ils vont récidiver car c’est des assoiffés de pouvoir… ". Nous avons choisi ces quelques extraits pour vous permettre de comprendre l’unanimité des frustrations et de la division. Ainsi, aucun des courants, n’est prêt à faire les concessions adéquates pour en arriver au compromis.

                Cependant, dan le discours officiel le président Hamed Diané Séméga se veut optimiste et déterminer à arriver à la cohésion. Car, pour lui, il s’agit de préserver l’essentiel qui est la pérennisation des idéaux du président ATT. Le parti se veut héritier du président ATT alors il doit continuer à poursuivre l’œuvre que celui-ci a engagé pour le Mali. Mais de plus en plus certains cadres du parti soupçonnent le mentor d’être la cause de toutes les difficultés. Ainsi, certains estiment avoir été négligés, d’autres, par contre, accuse ATT de ne pas jouer franc jeu à l’égard de tous. Selon les  tenants de cette théorie, ce qui est en cause dans la méthode ATT, c’est sa volonté de satisfaire tout le monde. Cette attitude consiste alors à dire ce que les interlocuteurs ont envie d’entendre ; très souvent loin de la réalité.

                Il est donc temps pour le PDES de revenir à la réalité, elle est simple, c’est-à-dire appliquer les statuts et  règlement qui diligentent tous les cas de figure de dissensions. Autrement en usant des compromis comme mode de fonctionnement, il va être difficile pour le parti d’espérer jouer un rôle prépondérant dans l’arène politique dans les prochains jours.

 

Youba KONATE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.