Adema-Pasj : Rien ne va plus au sein de la section ADEMA/PASJ de Niono

0
0

Depuis un plus de cinq ans, la section ADEMA/PASJ de Niono est confrontée à une crise de leadership. Et depuis cinq ans, le Comité Exécutif n’est pas parvenu à trouver une issue à la crise qui divise la section de l’ADEMA/PASJ de Niono. En faite dans la capitale du Kala profond, il existe deux tendances au sein de la section de l’ADEMA/PASJ. Il s’agit de la tendance conduite par Rahmata Haïdara, ex-première adjointe au maire de Niono et candidate malheureuse aux législatives de 2007 , et la tendance que contrôle Boubacar Sabane Touré dit Bob.

De nos sources, il paraîtrait que des membres du CE seraient en train d’apporter soutien et appui de façon aveuglée à l’ex-dame de fer de la localité, Rahmata Haïdara, alors qu’en réalité, sur le terrain, les donnes sont plutôt favorables à Bob, qui serait aujourd’hui muté à la direction de l’Office du Niger, mais qui demeure un homme de confiance des militants et militantes ADEMA de la localité de Niono.      Un militant ADEMA sur ses nerfs, a révélé que sur 7 millions de FCFA que le CE avait envoyé à Niono  pour l’organisation des communales, ce sont plus de 6 millions qui ont disparu sans laisser de trace, et le résultat est là pour attester cela.                                                                        

 L’argent destiné aux élections communales a été utilisé de façon unilatérale sans supervision, en plus, il n’y aurait eu aucun suivi de contrôle pour connaître la destination de ces sous. Il aurait dit aux militants et militantes, que pour des élections communales de 2009, le CE n’avait pas envoyé de l’argent à la section. Quelle aberration.             

  En ce qui concerne, le renouvellement du bureau de la section de l’ADEMA/PASJ de Niono, tout aurait été planifiée, pour défavoriser l’autre tendance au profit de celle dirigée par Rahmata Haïdara. Pire, lors des élections communales des listes avaient été falsifiées  et des têtes de listes avaient été changées de façon unilatérale par la tendance dirigée par Rahmata Haïdara, rien que pour tromper la vigilance des membres du CE. Le résultat, il a été, de ce qu’il a été. L’ADEMA/PASJ a radicalement perdu lors de ces communales. Pour la petite histoire, en prélude aux élections communales, des dispositions avaient été prises au niveau de toutes les sous sections pour dégager des noms de leaders pouvant conduire le parti abeille à la victoire, mais, au grand dam de tout le monde, il y a eu autre chose.                                                       

    Récemment lors de l’arrivée le 4 décembre 2011 à Niono, de la délégation du Comité Exécutif conduite par Ahmed El Madani, le secrétaire général de la section (illégitime, mais reconnue par des membres du CE) avait mis en place des structures parallèles (sous sections). En plus, toujours en rapport avec cette visite de terrain de la délégation du Docteur El Madani, la tendance de Rahmata Haïdara s’est permise de mettre en place un bureau de la section de Niono sans consulter la tendance de Bob Touré et en violation des textes fondamentaux du parti. Et pour la simple raison, le bureau mis en place unilatéralement a été rejeté par 8 sous sections sur 12 et 32 membres sur les 42 de la section. Où est donc la légitimité d’un tel bureau ?                  

   Pour clore le dossier, 8 sous sections sur 12 et 32 membres sur 42 du bureau de la section ont demandé une conférence élective de la section de Niono. Et bizarrement, le secrétaire général de la section, en dépit de l’opposition de la majorité des membres, a refusé tout débat en rapport avec la composition du bureau actuel de la section ADEMA de Niono.         

        Suite à ces nombreuses velléités, nul doute, nous osons dire que la section ADEMA de Niono est au bord de l’implosion. Ce qui dénote que la fin des crises internes au sein de l’ADEMA/PASJ est plus loin que jamais. Dans le cercle de Niono, certains militants et militantes pensent qu’ils ont à faire à un syndicat d’amis et non à un parti politique. Fort de toutes ces velléités, l’ADEMA/PASJ saura-t-elle relever le défi, surtout en cette veille d’élection présidentielle ? Wait and see ! 

Par Zhao Ahmed A. Bamba

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.