Alliance pour la République : Déjà dans le vif du sujet

1 réaction [-] Texte [+] Email Imprimer

Aussi bien lors de la cérémonie de lancement qu’à la conférence de presse, l’Alliance Pour la République a, à travers son président, Oumar Ibrahima Touré, évoqué l’actualité et lancé quelques pistes de réflexion pour l’avenir. C’était dans l’après-midi du vendredi 24 mai, au CICB

Oumar Ibrahim Touré

Oumar Ibrahim Touré

Dans son discours, dans la salle Banzouma Sissoko surchauffée du CICB, Oumar Ibrahima Touré a tout d’abord voulu expliquer «le choix de lancer un nouveau parti politique». «Il y a 20 ans, s’il m’avait été demandé la raison exacte de ma volonté de faire la politique, je n’allais manquer cette occasion de dresser le bilan sombre du pouvoir d’avant la démocratie et évoquer notre volonté de faire «notre révolution» et apporter au Mali la démocratie. Aujourd’hui, s’il m’est demandé de justifier cette orientation nouvelle, je ne saurai évoquer autre chose que le malheur qui arrive au Mali depuis 2012. En effet, les crises multiformes qui nous ont désolées durant l’année 2013, ont conduit chaque acteur politique de la scène malienne à un constat amer : Il nous faut repenser le Mali, il nous faut reconstruire le Mali, il nous faut bâtir une vision endogène qui prenne en compte les préoccupations du malien partout où il se trouve. Sous d’autres cieux, nous en serions à évoquer la révolution et partant du prédicat qui veut que «pour qu’une révolution aboutisse elle doit être pensée, on ne la mène jamais la tête baissée», l’évolution du Mali ne se fera jamais sans profonde remise en question».

 

Ensuite, le Président de l’APR a répondu à certaines critiques de l’heure…Dans un jeu de mots : «J’entends d’ici les critiques familières à toute nouvelle formation politique qui se présente aux plumes, parfois acerbes, du quatrième pouvoir : Pourquoi un autre parti politique ? Il est temps d’apporter une précision peu banale et pleine de portée symbolique. Le film de la vie politique malienne offre à voir aux observateurs extérieurs des épisodes chaque jour plus complexes et parfois dépourvus de toute cohérence. Ce film nous offre à nous, premiers acteurs, une expérience inouïe qui se fortifie au fil des réalités sournoises de la politique. La curiosité mène certains à découvrir une sorte de vendetta dans la politique malienne, mais l’optimisme de l’Alliance Pour la République soufflera un «vent d’Etat» républicain suivant le souhait conscient et inconscient de chaque malien».

 

Dans un ton révolutionnaire, Oumar Ibrahima Touré lancera : «Nous ne sommes pas sur le chemin de notre liberté politique, cette liberté, qui est un acquis depuis belles lurettes, nous en avons fait une exigence morale pour chaque combat que nous avons mené, que nous menons et que nous mènerons. Notre passé ne sera jamais un geôlier pour nos ambitions, aucune honte n’emprisonnera nos convictions et hormis cette humilité propre à nos valeurs sociales, nous évoquerions ici notre parcours que nous avons voulu sans fausses notes».

 

Pour terminer, il a appelé toutes les couches socioprofessionnelles du Mali à se donner la main pour «bâtir un Mali nouveau».

 

 

APR : «Pas une propriété d’OIT»

A la conférence de presse, peu de temps après avoir lancé l’APR, Oumar Ibrahima Touré a invité l’ensemble des journalistes présents pour «véhiculer un certain nombre de messages, les yeux dans les yeux». C’est ainsi qu’il fera savoir que «c’est au parti de décider s’il y aura un candidat ou pas pour la présidentielle de 2013 ou si le parti ira aux législatives ainsi qu’aux municipales». Ensuite, il précisera que «Ce sont les militants qui en décideront, car, il faut qu’on soit désormais clairs. Quand certaines personnes lancent un parti politique, ils s’en approprient. L’APR ne m’appartient pas. Ce n’est pas ma propriété privé. Le parti est à l’écoute des militants, discutera avec eux, décidera avec eux et agira avec eux pour mettre en œuvre leur volonté, j’allais dire leurs décisions.».

 

Sur une probable alliance avec d’autres partis politiques, OIT a expliqué que «le parti devra d’abord asseoir réellement ses bases (un exercice pas très difficile, car ceux qui l’animent connaissent bien le Mali, les maliens et leurs préoccupations), puis le temps des alliances viendra».

 

Interrogé sur ses rapports avec ses anciens camarades de l’URD, le premier responsable de l’APR a laissé entendre qu’«il n’y a pas de guerre larvée entre eux. S’ils veulent travailler pour le Mali, nos chemins pourront se croiser un jour».

 

Jeune militant de l’ADEMA Association, dans les années 90, Oumar Ibrahima Touré a engrangé des galons à l’ADEMA où il était membre du Comité Exécutif, avant même le candidat de l’URD, Soumaïla Cissé. C’est avec ce dernier et bien d’autres qu’ils ont créé l’URD qu’il a longtemps représenté au sein du gouvernement. Maintenant qu’il est propulsé plus que jamais au devant de la scène avec l’APR, il devra montrer qu’il a, pendant toutes ces années, beaucoup appris à l’ombre des baobabs de la politique malienne.

 

Les chantiers sur lesquels il devra convaincre les Maliens, s’il veut accéder à la magistrature suprême- ambition de tout politique-, sont nombreux : lutte contre la corruption, l’enrichissement illicite, le népotisme et le laxisme, la création de richesses pour lutter contre le chômage et la pauvreté, la reforme complète du système éducatif et la formation professionnelle…

Notons, enfin, que le vendredi dernier, plusieurs personnalités politiques ont fait le déplacement pour assister au lancement de l’APR. Parmi elles, on pouvait noter la présence d’IBK et du président du HCC.

Paul Mben

 
SOURCE:  du   27 mai 2013.    

Une Réaction à » Alliance pour la République : Déjà dans le vif du sujet

  1. Malien de Haiti

    On ne regle pas les problemes avec ceux qui les ont crees. Oumar toure fait partie de ceux ui ont mis a genous le Mali. le ridicule ne tue vraiment pas dans ce pays ou des voleurs crient au voleur. Ou allons nous?