Analyse des présidentielles de 2012 : Qui seront les vrais électeurs de Modibo ?

0
3
Mr Modibo SIDIBE, ancien Premier Ministre

Depuis près d’une année la presse nationale et les observateurs de la scène politique au Mali, ont dégagé quatre candidats favoris, à savoir Modibo SIDIBE, Dioncounda TRAORE, Ibrahim Boubacar KEITA et Soumaïla CISSE. A l’exception du premier cité, qui est un indépendant mais ayant des militants discrets dans nombre de formations politiques, les trois sont respectivement présidents de l’ADEMA, du RPM et de l’URD,  et désignés comme candidats aux présidentielles de 2012.  Aujourd’hui, l’éventuelle candidature de l’ancien Premier SIDIBE sème de troubles dans les partis cités ci haut. Des troubles accentués par les visites de terrain, prises de contact  que celui-ci s’enchaînent depuis près d’un mois maintenant dans toutes régions, cercles et villages du pays.

Cette offensive de l’un des favoris aux échéances d’avril et de mai de cette année , dans le pays profond, intervient où les observateurs de la scène politique  jurent souvent avec la main sur le cœur, que Modibo est le véritable dauphin du Président sortant Amadou Toumani TOURE.

Ainsi, nous nous sommes intéressés  à ceux qui peuvent être ses électeurs. Un exercice qui nous a amené à faire ressortir trois catégories d’électorats qui risquent de l’élire à l’issue des votes d’avril et de mai.

Les trois types d’électeurs de Modibo

Le premier est l’électorat  que nous appelons de fait. Il s’agit d’électeurs qui n’appartiennent  à aucun parti politique, et diffèrent de l’électorat classique censés militer au sein des formations politiques. Selon toute vraisemblance cette frange serait déjà acquise à Modibo.

Le deuxième électorat demeure celui débauché surtout dans les trois grands partis à savoir l’ADEMA, l’URD et le RPM. En effet,  l’expérience des vingt ans de pratique démocratique au Mali  a révélé que l’esprit de militantisme n’est pas absolu, et reste largement tributaire des intérêts individuels des acteurs, à quelque niveau qu’il soit. Lorsqu’un militant se rend compte que ses intérêts sont menacés en s’alignant derrière sa formation politique, alors il n’hésitera pas à abandonner les siens en plein bataille électorale. Ils sont discrets au sein des formations politiques et n’acceptent de montrer leur visage que le moment venu.

Le troisième type d’électorat de Modibo viendrait de la société civile. Ils sont nombreux nos compatriotes qui ont les mauvais souvenirs des dix ans du règne ADEMA, 1992- 2002. Selon les dires d’un haut cadre de l’administration d’Etat, ‘’ vaut mieux se battre pour un sans parti, qu’avec celui qui appartient à un parti. Car, en cas de victoire, ses camarades du parti fermeront la porte et il sera difficilement accessible. Le cas ATT est l’exemple patent. Beaucoup, on eu leur part du gâteau’’.

Voilà comment se composent l’électorat réel de M. SIDIBE. C’est ce qui va lui faire la majorité au 1er tour des présidentielles de 2012.

L’interprétation du  sondage réalisé par un quotidien de la place

Selon ce sondage, sincèrement que nous qualifions de sérieux, IBK et Soumi viendraient en tête à l’issue du premier tour, et le second, à savoir Soumaïla serait talonné par Modibo. Ce qui est vraiment plausible. Mais, ce qu’il faut  cependant noter,  ledit  sondage met l’accent surtout sur les valeurs intrinsèques des quatre candidats favoris, c’est-à-dire chacun pris individuellement. Or, une élection de surcroît pour la désignation du Président de la République n’est pas seulement que compétence individuelles, plusieurs paramètres qui entrent en ligne de compte, que le sondage n’a  pas nécessairement  pris en considération.

Le faible taux de participation profiterait-il  à Modibo ?

Cette faiblesse signifie que les partis ont des difficultés réelles de convaincre leurs électeurs à aller voter. Ceux qui ne participent pas au jeu politique sont plus  nombreux que ceux l’animent.

Les mensonges, les promesses non tenues faits par les hommes aux populations pauvres de nos villes et villages sont à l’origine de leur désenchantement vis-à-vis du politique. Donc, Modibo a vu juste qu’il a intérêt à aller chercher le soutien, la bénédiction de nos parents campagnards avant qu’il ne se décide  à se déclarer candidat pour les élections présidentielles de 2012.

Aussi, comme souligner dans nos parutions précédentes, si  Modibo SIDIBE a la caution du Président sortant, sa victoire ne fait l’ombre d’aucun doute.

Bany ZAN

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.