Arrestation / démission forcée du Premier ministre : Condamnations de la CEDEAO, de l’ONU et des USA. Un nouveau PM dans les 24 heures …

11

Premier ministre malien démis: un recul pour la démocratie

Cheick Modibo Diarra à Paris, en octobre 2004. | AFP

WASHINGTON – La diplomatie américaine a vivement condamné mardi la démission forcée du Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra, la qualifiant de recul pour la transition démocratique dans ce pays, dont le Nord est aux mains d’islamistes armés.

Nous condamnons cet acte perpétré par la junte militaire et la pressons de cesser ses ingérences perpétuelles dans les affaires politiques et gouvernementales maliennes, a déclaré la porte-parole du département d’Etat Victoria Nuland, promettant probablement des décisions cette semaine au sein du Conseil de sécurité de l’ONU.

(©AFP / 11 décembre 2012 20h17)

===============

Mali: l’ONU condamne l’arrestation du Premier ministre, menace de sanctions

NEW YORK (Nations unies) – Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné mardi l’arrestation du Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra et a renouvelé ses menaces de sanctions ciblées contre les ex-putschistes.

Dans une déclaration, le Conseil se dit prêt à envisager des mesures appropriées, dont des sanctions ciblées contre ceux qui empêchent la restauration de l’ordre constitutionnel et agissent pour miner la stabilité du Mali.

Le coup de force des militaires maliens va à l’encontre des résolutions de l’ONU qui demandaient que les forces armées maliennes cessent d’interférer dans le travail des autorités de transition, souligne la déclaration.

Cheick Modibo Diarra a annoncé à l’aube sa démission et celle de son gouvernement après avoir été arrêté par une vingtaine de militaires, dans la nuit, sur ordre du capitaine Amadou Haya Sanogo, chef de l’ex-junte qui avait renversé le président Amadou Toumani Touré en mars.

Le départ forcé du gouvernement malien survient au lendemain de la décision de l’Union européenne (UE) d’envoyer dans le pays 400 militaires début 2013 pour former l’armée malienne en vue de reconquérir le Nord, première concrétisation d’un engagement étranger sur le terrain, alors qu’est attendu avant Noël un feu vert de l’ONU sur le déploiement d’une force internationale.

Dans leur déclaration, les 15 pays membres du Conseil soulignent leur engagement à autoriser dès que possible le déploiement de cette force.

Le Conseil réitère son soutien au président malien par interim Dioncounda Traore et lui demande de nommer rapidement un gouvernement d’union nationale.

Le Conseil demande instamment aux autorités de transition de mettre au point rapidement une feuille de route (…), afin de restaurer l’ordre constitutionnel et l’unité nationale, et de tenir dès que possible des élections pacifiques et crédibles.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est déclaré de son côté, par le voix de son porte-parole Martin Nesirky, troublé par le coup de force au Mali. Ces événements soulignent la nécessité d’une stabilité politique à Bamako, a ajouté M. Nesirky.

(©AFP / 11 décembre 2012 19h33)

========================

Mali: un nouveau Premier ministre dans les 24 heures

BAMAKO – Le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, a accepté la démission du Premier ministre Cheick Modibo Diarra et nommera son successeur dans les 24 heures, selon un discours enregistré qui doit être diffusé dans la soirée et dont l’AFP a obtenu une copie.

Dans la nuit du lundi au mardi 11 décembre 2012, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra a annoncé sa démission ainsi que celle de son gouvernement. Cette démission m’a été formellement remise par écrit, j’en ai pris acte et je l’ai acceptée. (…) Dans les vingt-quatre heures, le Mali connaîtra son nouveau Premier ministre et son nouveau gouvernement d’ici la fin de la semaine, déclare le président Traoré.

(©AFP / 11 décembre 2012 20h33)

========================

Mali: la Cédéao condamne les agissements des militaires

ABIDJAN – La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a condamné mardi les agissements des militaires au Mali après la démission forcée du Premier ministre Cheick Modibo Diarra, et réclamé la mise en place d’un gouvernement représentatif et inclusif.

La Cédéao a appris avec beaucoup de préoccupation les événements qui ont conduit à la démission du Premier ministre Cheick Modibo Diarra, a déclaré à Abidjan le président de la commission de cette organisation, Désiré Kadré Ouédraogo. La Cédéao condamne tout agissement, en particulier celui de militaires, contre toute personnalité de la transition au Mali et souhaite l’installation d’un gouvernement représentatif, inclusif, a-t-il ajouté.

(©AFP / 11 décembre 2012 20h39)

 

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Laissez-nous respirer la communauté internationale!Vous ne savez que “condamner” et “sanctionner” les états pour faire soufrir plus leurs peuples!Pendant ce temps nos populations vivant sous occupation manquent de tout!CMD (que j’ai toujours supporté) n’occupait pas non plus un poste électif: c’est suite à des accords qu’il fut premier nommé ministre!S’il n’arrive plus à assumer et cherche en plus à rester aux affaires et qu’on le “vire” par la force, où est le mal?S’il avait déclenché les hostilités contre les occupants, il serait aujourd’hui soutenu par tous!Maintenant la balle est dans le camp de Django qui j’espère ne va pas rester les bras croisés à regarder les djihadistes torturer er assassiner notre peuple vivant au nord. 😉

  2. Non tu es trop naif
    le discours n’est pas de lui mais de sanogo et acolytes, lui il n’est qu’un lecteur 💡

  3. Dans ce cas bien précis je trouve que Sanogo a eu raison de limoger le PM. Voila combien de mois maintenant que ce dernier n’a posé aucun acte tendant à libérer le Mali et aussi j’ai suivi cet ancien PM, il change régulièrement de discours. Il n’ a jamais eu une ligne directrice, aucun programme de sortie de crise, aucune cohérence dans ses prises de décision. S’il va a Ouaga on lui dicte quelque chose, il va à New York ou en France on lui dicte autre chose et il est d’accord avec tout le monde. Il était vraiment incompétent. Il a compris hier au moins à qui il devait remettre sa démission. Qu’on le veuille ou pas c’est Sanogo, le Président du Mali malheureusement peut être…
    Je demande à Diango Sissoko de choisir des ministres mûrs et sérieux car on n’a pas besoin des apprentis sorciers. C’est une transition, on a besoin des hommes d’expérience et responsables.

  4. Je viens de suivre le discours de Dioncounda, il est trop fort !!! Il dit ceci “j’aurai tout tenté….pour éviter la crise au sommet de l’état…” Chacun comprendra… c’est lui qui a donc fait partir ce PM… Que Dieu sauve le Mali… 😉 😉

    • C’est bien ce que je disais ce matin… patron… mais tu ne m’écoutes pas… 😉 😉 😉

      Sacré Dionkiss…

      Au temps d’ATT, il a été le premier à parler de coup d’Etat… “même un coup d’Etat est possible”, disait-il… il a été se cacher au Niger… et Vlan ! … Coup d’Etat. 😀

      Cacophonie au sommet de l’Etat… conseils de ministres houleux… Notre Dionkiss siffle la fin de la récréation… Adieu… CMD… Villa… Voiture… Fille du nord… 😀 😀

      Mais… finalement… je crois qu’il vaut mieux que le Mali soit sans premier ministre… Dans cette situation exceptionnelle, Dionkiss lui même peut avoir les pouvoirs pour diriger un gouvernement… Non ?

      Au fait… qui nomme le PM ? … C’est Dionkiss non ?

      • Mon cher, Dionkiss a remplace le “Pathfinderien en Mission”: Sanogo “boli” decrete, Dionkiss nomme et se met au “gardes, A Vous!” serre les f…. et prend les ordres et les excecute sans reproche ni murmure.

        “garadavou”. Qui dit que boli n’est pas fetiche.

  5. C’est certainement le début de la solution. On peut sans trop se tromper que c’est le problème du Mali résolu à 25%. Le reste; 50% la Junte et 25% le nord sont les plus grands défis à venir.

Comments are closed.