Assemblée nationale du Mali : Cette grande « caverne d’Ali baba»

0
0





Avec un budget 2012 à la hausse (1 341 508 174 000 de nos francs), le Mali en bonne santé financière, et patati et patata… Le Gouvernement gazouille partout que les finances vont bon train au moment même où la vie du peuple n’est que misère. Qui en tire profit? Certainement pas les citoyens qui peinent même à manger une fois par jour.


«Il y a deux histoires : l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète où se trouvent les véritables causes des évènements », disait  Honoré de Balzac (1799-1850). Au Mali il ya une minorité dite « enfants de la nation » qui se partagent le gâteau. C’est à croire, sinon jurer que nous autres ne sommes pas des « Halals » de ce pays. Une dame nous confiait : « J’arrive de mon village. Nous sommes affamés à cause du déficit pluviométrique. Je cherche une aide alimentaire ; j’ai laissé mes enfants chez moi sans nourriture. Dans ma localité, il n’ya rien à manger ». Où se cache donc cette grande solidarité tant médiatisée il y a seulement quelques mois?

Après tout, à quoi bon se jouir des gros chiffres (milliards),  un langage d’ailleurs méconnu par le peuple, alors que les craintes d’une crise alimentaire au Sahel en 2012 se confirment  et que des milliers d’enfants maliens sont menacés par la malnutrition ? En 2012, nous exigeons une augmentation de salaire. Nos rares « honnêtes » fonctionnaires ont un revenu maigre et vivent péniblement  pour boucler la fin du mois. Nos policiers de la rue sont si pauvres ! S’ils n’ont rien à « coller », ils quémandent  afin de ramener quelques sous au poste pour un partage.

L’apport des mines d’or et les impôts fonciers sont nos deux vedettes en matière d’entrée de sous. Ce qui n’empêche pas les dirigeants de « dormir sur leurs  lauriers » en pensant : « Oui, le Mali va bien, et même très bien ». Mais la vie est loin d’être rose pour les populations. Pourtant, c’est nous, les autres enfants maliens qui « inhalons du mercure », l’une des substances les plus toxiques qu’utilisent les miniers.

Ceux qui ont compris le fonctionnement du Mali vendent leur âme au diable pour entrer dans la politique, cette famille qui  lave ses enfants par l’eau de javel « Argent ».

Notre inquiétude est grandissant pour cette belle nation, pas tant à cause d’une quelconque insécurité dans le pays, mais davantage à cause des comportements insidieux qui  s’opèrent au sein de notre Gouvernement.

En synthèse, que conclure de ce tableau ténébreux ? Qu’un souffle puissant pourrait l’emporter loin, très loin de notre grand Mali.

Neimatou Naillé Coulibaly

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.