Assemblée nationale du Mali : Ambitieuse diplomatie parlementaire

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

L’Assemblée nationale du Mali ne ménage aucun effort pour faire entendre la voix du Mali dans les foras internationaux.

A peine la session extraordinaire consacrée essentiellement à l’adoption de la loi de finance 2013 terminée, le président de l’Hémicycle, l’honorable Younoussi Touré est parti en mission du côté de l’Hexagone. Pendant que le 4ème vice-président, Me Kassoum Tapo a mis le cap sur la Côte d’Ivoire, dépêché auprès du président de l’Assemblée nationale de ce pays, Guillaume Kigbafori Soro, non moins ancien Premier ministre. Me Tapo doit aussi remettre à celui-ci un message de compassion de l’Assemblée nationale du Mali, suite au drame (bousculade après le lancement de feux d’artifice du 31 décembre 2012 survenu à Abidjan et qui a fait plus de 60 morts.

Selon nos informations, l’honorable Younoussi Touré rencontrera dans les prochains jours, à Paris, les autorités françaises dont des parlementaires et aura des entretiens informels avec des responsables politiques de divers horizons.

Il est annoncé aussi que l’agenda du président de l’Hémicycle sera très chargé durant ce mois de janvier. En effet, Younoussi Touré, qui sera accompagné par le nouveau Secrétaire général de l’institution, Dr Madou Diallo, se rendra bientôt en France, aux USA, au Maroc, en Côte d’ivoire, en Algérie, au Sénégal au Bénin pour une diplomatie parlementaire assez active. Il s’agira d’expliquer la crise politico-sécuritaire que traverse le Mali aux autorités parlementaires de ces pays ; mais aussi pour s’inspirer des réformes en matière d’organisation du travail législatif et du statut du personnel parlementaire.

Il est probable que Younoussi Touré rencontre aussi des ressortissants maliens établis dans ces pays, notamment des responsables et militants de l’URD, le parti dont il est le président. Le parrain et fondateur de l’URD, faut-il le rappeler, Soumaïla Cissé, avait récemment séjourné pendant plusieurs mois à Paris après l’agression dont il a été victime après le coup d’Etat du 22 mars 2012.

Bruno D SEGBEDJI

 

SOURCE:  du   8 jan 2013.