DPG : Mara coupe l’herbe sous les pieds de ses détracteurs

0
Mara coupe l’herbe sous les pieds de ses détracteurs
Le premier ministre Moussa MARA

Nous devons reconnaître au nouveau Premier Ministre, le mérite d’avoir été capable de se présenter devant la Représentation Nationale aussitôt après sa nomination, comme l’y avait invité le Président IBK dans son discours, lors du premier Conseil des Ministres du nouveau gouvernement. En réussissant à se soumettre si promptement à cet exercice républicain, Moussa Mara a, non seulement, coupé l’herbe sous les pieds de ses détracteurs et coupé court aux différentes tentatives de manipulation de l’opinion qui commençaient à enfler pour contester sa nomination, mais il a surtout prouvé qu’il était prêt pour le « job », si ce n’est pas qu’il a les dispositions requises pour être apte en un temps record. Cela montre qu’il dispose « des qualités de volontarisme, d’esprit patriotique et de compétences » que lui a reconnues le Président IBK  lorsqu’il présentait sa feuille de route au gouvernement, lors du premier conseil des ministres, le 16 Avril 2014. Ce timing éminemment politique peut rassurer aussi bien sur sa bonne compréhension des enjeux de l’heure que sur sa grande maturité politique.

 

A travers sa Déclaration de Politique Générale (DPG), le Premier Ministre a fait un diagnostic pertinent de la situation et décliné des ambitions généreuses pour le Mali. Seulement, au niveau des solutions proposées, nous sommes restés sur notre faim et avons relevé une absence de pragmatisme et d’esprit de synthèse. On dirait que le PM a voulu trop en faire pour séduire son auditoire; histoire de convaincre coûte que coûte, pour juste susciter l’espoir et l’adhésion des députés. On me rétorquera que c’est cela le but de la DPG, qui doit recevoir l’onction des représentants du peuple pour sa validation. Certes, mais  que fait-on alors du tableau noir représentatif du diagnostic  pertinent, caractéristique de la gravité  du mal auquel le gouvernement doit apporter les soins adéquats avec célérité et justesse, sous peine de perdre définitivement le malade ?  On ne peut pas jouer avec cela, dans un tel contexte.

 

Le caractère trop général des solutions proposées ne renseigne pas assez sur le type et la qualité du traitement à appliquer; ce qui signifie que celui-ci n’est simplement pas à la hauteur du mal à guérir.

 

Au niveau de la forme,  nous avons assisté à un chapelet de généralités, caractérisé par une vaste et généreuse littérature, dans un français très approximatif. Toute porte à croire que l’urgence attachée à la présentation de la DPG, par le Président de la République, n’a pas aidé à l’approfondissement de la réflexion et à la perfection dans l’écriture du langage.

 

Nous nous proposons, par conséquent, d’analyser la DPG du Premier Ministre en la mettant en  perspective avec le discours fondateur du Président de la République, adressé au gouvernement Moussa Mara, le 16 Avril 2014, lors de son premier conseil.  C’est ce discours qui décline la vision du Président IBK que le Premier Ministre doit prendre en charge dans sa Déclaration de Politique Générale (DPG).

 

PARTAGER