Feuille de route du gouvernement: Quitus des députés au Premier ministre

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

C’est à l’unanimité et par acclamation que les députés maliens ont adopté la feuille de route du gouvernement de transition, version Django Sissoko. Soit 139 voix pour, zéro contre, zéro non votant et zéro abstention. L’anatomie du document présenté par le PM aux élus de la nation met en exergue trois grands axes : la reconquête des territoires occupés, la réconciliation et les élections. De très grande qualité, défendue bec et ongles, mais avec brio, par le Premier ministre, la feuille de route gouvernementale a l’avantage de la clarté nonobstant quelques propositions des députés sur son contenu.

Dans son intervention, le Premier ministre Django Sissoko a mis l’accent sur le rétablissement des institutions, la libération du nord, le retour progressif de l’administration dans les zones occupées. Il a aussi évoqué la mise en place d’une commission nationale de dialogue et de réconciliation, de la transparence et la crédibilité des élections et enfin l’expression libre au suffrage des personnes en âge de voter.

Concernant les événements douloureux que notre pays a vécus, le PM n’est pas allé avec le dos de la cuillère lorsqu’il affirme : « Le 22 mars et le 30 avril 2012 ont entraîné des arrestations extrajudiciaires et sans jugement, le gouvernement entend remédier fermement à cette situation ». Le mot est lâché : les auteurs des exactions commises lors du coup d’Etat (22 mars 2012) et du « contre coup » (30 avril2012) répondront de leurs actes, en tous cas, pour ceux dont la responsabilité sera établie. Car il faut savoir qu’en droit, la responsabilité pénale est individuelle.

On se rappelle (NDLR) aussi que des personnes ont été abusivement arrêtées, d’autres exécutées sommairement, SOS pour des Maliens disparus avec des cas de règlement de compte, rien que pour des ambitions personnelles inavouées.

Il s’agira également pour Django de prévenir toute violation des droits de l’homme. « L’état de droit se construit, la gestion est conforme aux normes et pratiques de la bonne gouvernance » a indiqué le Premier ministre de la Transition à l’endroit des partenaires techniques et financiers et en appelle à la coopération avec l’Etat malien.

Puis vient le discours de clôture de Younoussi Touré président de l’Assemblée nationale : « Vous avez raison d’amener la feuille de route à l’Assemblée Nationale, une institution républicaine et démocratique », a-t-il dit.

A l’hémicycle, les débats ont été intenses et fructueux. Et Younoussi n’a pas tari de mots à l’endroit du PM : « L’Assemblée nationale va vous accompagner dans l’application rigoureuse de cette feuille de route à un moment où la communauté internationale est mobilisée derrière le Mali. On n’a pas le droit d’échouer ».

Le président de l’Assemblée Nationale a adressé dans la même mouvance des félicitations à la France, aux pays amis du Mali parmi lesquels les USA, l’Allemagne, le Canada, sans oublier personne. Il a aussi salué les forces armées maliennes, des hommes et des femmes qui ont accepté « de sacrifier leurs vies pour que le Mali se relève ».

« Pour garantir la crédibilité des élections, ni le président de la République, ni le Premier ministre encore moins les membres du gouvernement ne pourront se présenter aux élections présidentielles à venir », a précisé Django Sissoko très déterminé à faire avancer le Mali.

Issiaka Sidibé

 
SOURCE:  du   31 jan 2013.