L’énergie électrique en débat hier à l’assemblée nationale : Près de 52 milliards F CFA de prêts pour des interconnexions de réseaux autorisés

2

Les députés ont, au cours de la séance plénière d’hier, jeudi 1er novembre 2012, voté les textes de lois relatifs aux projets d’interconnexion électrique Guinée-Mali et celui de l’interconnexion des réseaux électriques Sikasso-Bougouni-Bamako. Des prêts de près de 52 milliards de nos francs sont ainsi ratifiés.

Alfa Bocar Nafo

Les questions orales du député Mamadou Diarra adressées au ministre de l’Administration territoriale ont été ajournées. Le ministre était absent à l’Hémicycle ; pris par une réunion avec la classe politique au Gouvernorat du district. Parmi les textes examinés par les députés se trouvent les deux textes portant ratification des accords de prêt et de ligne de crédit.

Le premier document, présenté par le Rapporteur de la Commission Eau et Energie, Amadou Bocoum, est relatif au prêt consenti au Gouvernement par le FAD pour le financement du projet d’interconnexion des réseaux électriques de la Guinée et du Mali. Ce projet est inscrit parmi les projets prioritaires identifiés par le Plan Directeur révisé de la CEDEAO. La mise en œuvre de ces projets est nécessaire pour assurer une intégration stable des réseaux électriques nationaux dans l’espace CEDEAO et faciliter les échanges optimaux et la commercialisation de l’énergie entre les Etats membres. Le prêt, dont le montant s’élève à 833 000 unités de compte, soit environ 621 319 700 F CFA, est destiné à la réalisation de l’étude de faisabilité de la construction des liaisons électriques N’Zérékoré-Fomi et Fomi-Bamako, d’une longueur totale de 920 km, l’extension de trois postes de Haute Tension(HT) existants et la construction de quatre nouveaux postes. Cet accord de prêt a été signé à Bamako le 2 juin 2011 et comporte des modalités de remboursement sur une période de 40 ans.

Plusieurs représentants du peuple dont Belco Bah, Mme Dicko Fatoumata Dicko, Kalifa Doumbia, Lancéni Balla Kéita, Ibrahima Lanceni Coulibaly sont intervenus pour reconnaître le bien-fondé de ce texte, non sans avoir émis des réserves sur les capacités  énergétiques de la Guinée. Après les débats et les explications du ministre de l’Energie, Alfa Bocar Nafo, les députés ont voté le texte à l’unanimité : 120 voix pour.

Le deuxième texte est relatif à l’accord octroyant une ligne de crédit au Gouvernement pour financer l’interconnexion des réseaux électriques reliant Sikasso à Bamako en passant par Bougouni. Cet accord, signé entre le Gouvernement du Mali et  Export-Import Bank of India, le 11 janvier 2012 à New Dehli, octroie une ligne de crédit dont le montant s’élève à 100 000 000 dollars US, soit environ 51 155 195 720 F CFA.

Dans leurs explications, le ministre Alfa Bocar Naffo, le rapporteur de la Commission saisie au fond,  Amadou Bocoum, ont assuré que les ressources mises à disposition à travers l’accord relatif à la ligne de crédit d’Export-Import sont destinées au financement de l’interconnexion des réseaux électriques du Mali reliant Sikasso à Bamako via Bougouni. Ce financement s’inscrit dans le cadre de la diversification des sources d’approvisionnement d’énergie électrique et des activités socio-économiques des populations et sera utilisé spécifiquement pour l’importation de biens (machines et équipements) et l’achat des services de consultation en provenance de l’Inde.

Il faut signaler que le principal de la ligne de crédit sera remboursé sur une période de vingt ans après un différé d’amortissement de cinq ans, à compter de la date de la première avance. Le Gouvernement du Mali s’engage à payer les intérêts de 1,75% sur le montant décaissé du crédit et une commission d’engagement de 0,5% par an sur le montant du crédit non décaissé. Au final, ce texte a été voté par 112 voix pour, o contre, o abstention.

Bruno D SEGBEDJI

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. 255 millions de FCFA de commissions annuelles (0,5% du prêt non decaissé) à filer aux indiens gratos sans compter l’intérêt du prêt de 51,155 milliards sur 25 ans (dont 5 ans de différé d’amortissement) tout ça pour dépendre de la Côte d’Ivoire en fourniture d’électricité.

    Pourquoi ne pas déveloper les capacités de petroma sa (en faisant entrer l’état dans son capital) avec un prêt concessionnel de la Banque mondiale sur 40 ans et produire une électricité malienne (à partir du gisement de gaz à hydrogène découvert à Kati bourankedoudou à 60 km de Bamako avec un prix au kW plus intéressant à 10 f CFA?

    Décidément, le gouvernement pacotille du premier inutile CMD, n’a aucun sens de l’optimisation financière de l’argent public.

  2. BONJOUR TOUT LE MONDE
    LE LT COLONEL DIALLO A PARLE ET TOUT LE MONDE CONTINUE DE PARLER.
    LE MALIEN DOIT ENFIN BOUGER, SI CERTAINS SOLDATS PENSENT COMME LE LT COLONEL DIALLO,
    VA FALLOIR QU’ILS SE RETROUVENT ENFIN.MÊME SI SANOGO VEUT AUSSI SAUVER LE MALI, IL SERA LE BIENVENU.
    SUR MALIWEB ON S’EST ASSEZ INSULTE ET ASSEZ PARLE.MAINTENANT AUX ACTES.
    1-RETROUVONS-NOUS SUR UNE PLATE FORME, PAR EXEMPLE SUR beffodougou@gmail.com.
    2-DEVENONS LES CATALISEURS QUI VONT FAIRE QUE NOS MILITAIRES SE RETROUVENT.
    3-PERMETTONS QUE NOS MILITAIRES SAUVENT LEUR HONNEUR EN RALLIANT MOPTI, REGROUPES TEL UN SEUL HOMME, POUR AU MOINS LIBERER DOUENTZA.
    LE RESTE NOUS ALLONS LE FAIRE AVEC LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE.
    LE MALIEN EST FIERTE ET JE PENSE BON SENS, ALORS CESSONS ENFIN DE PARLER ET AGISSONS.
    LA DIASPORA PEUT AIDER MATERIELLEMENT, J’OSE PENSER QUE LE LT COLONEL DIALLO N’A PAS RISQUE POUR RIEN.
    JE VOUS ATTENDS A L’ADRESSE CI-DESSUS INDIQUEE POUR QUE NOUS PUISSIONS ORGANISER TOUT CELA.
    L’APPEL EST LANCE A TOUT MALIEN, MILITAIRE ET CIVIL ,DE L’INTERIEUR COMME DE L’EXTERIEUR ;SOYONS UNIS ENFIN POUR LAVER L’AFFRONT. ON A ETE ASSEZ DIVISE.
    JE VOUS ATTENDS….

Comments are closed.