Oumou Coulibaly, députée à l’Assemblée Nationale: Le parcours atypique d’une ‘’paysanne’’ à Bagadadji !

0
3

Siégeant à l’Assemblée Nationale depuis 2007, Mme Oumou Coulibaly, paysanne analphabète, a un parcours atypique. Elle est l’incarnation de la femme qui se bat pour se faire une place au soleil.

Elle n’appartient pas à l’univers de ces grandes dames aux grands foulards qui ont pris goût à l’air frais de leurs bureaux climatisés. Oumou Coulibaly, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est députée élue dans la circonscription électorale de Niono. Elle est l’incarnation de la femme qui se bat pour se faire une place au soleil. Le parcours de cette militante du parti Solidarité africaine pour le développement et l’intégration (Sadi) prouve qu’une femme n’a pas besoin d’être bardée de diplômes pour avoir un destin national ou parler au nom de ses sœurs.

Née le 4 février 1958 à Siguinè, dans le cercle de Niono, de Soumaïla Coulibaly et Fatoumata Coulibaly, Oumou Coulibaly est l’épouse d’Ali Coulibaly et mère de 7 enfants dont 4 filles et 3 garçons. Sur sa page facebook, elle affirme que « sa famille, comme son entourage, fut surprise qu’elle puisse être députée vue son statut de paysanne analphabète. »

Aujourd’hui, la population qui ne cesse de lui faire confiance, est très fière d’elle. Mme Oumou Coulibaly n’est pas comme certains élus de la nation. La paysanne de l’Assemblée nationale rend régulièrement compte des travaux parlementaires à la base à travers un échange direct et franc. Elle rend visite aux paysans pour recueillir des informations sur leurs difficultés. Bien armée, elle se fait porte-parole de ces milliers de paysans dont la voix n’atteint pas Bagadadji, au sein des commissions, afin d’influer sur le vote des lois. Dans les débats, elle ne se gêne pas de faire part de sa divergence d’opinion. C’est une femme de conviction qui croit à tout ce qu’elle entreprend.

Mme Oumou Coulibaly n’est pas du genre à confondre combat politique et animosité personnelle. « Dans la pratique sociale, je me sens bien avec les autres députés qui me témoignent respect et admiration, il y a de la sympathie c’est beaucoup plus important avec d’autre députés différents de mon parti », a-t-elle écrit sur sa page facebook tout en précisant son grand désaccord sur la vision politique de ses collègues. « J’ai une grande difficulté dans le dialogue direct dans les travaux à l’assemblée, quand je parle dans la langue nationale qui n’est pas compris par tous les députés et moi je ne comprends pas le français. Donc je ne perçois pas complètement tout ce qui se dit. Avec l’interprète je ne me sens pas complètement satisfaite dans mes communications », a-t-elle souligné.  Depuis 2007, elle est membre de la commission de développement rural et de l’environnement. L’opinion garde encore l’image d’une femme tenace qui n’hésite même pas à tenir tête à un premier ministre, fut-il une dame. Mme Oumou Coulibaly a croisé le fer avec Mme Cissé Mariam Kaïdhama Sidibé lors de sa déclaration de  politique générale du gouvernement.

Ousmane Ballo    

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.