Plénière hier l’Assemblée nationale : Les jours des sachets plastiques sont comptés

0
0





La première séance plénière de la session extraordinaire de l’Assemblée nationale s’est tenue hier jeudi 5 janvier 2012 Place de la République. Sous la présidence du Pr Dioncounda Traoré, président de l’institution, les députés ont voté la loi portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation, de la détention et de l’utilisation des granulés et des sachets plastiques en République du Mali.

C’est par 113 voix pour que le projet de loi portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation, de la détention et de l’utilisation des granulés et des sachets plastiques non biodégradables a été voté. Cette loi entrera en vigueur le 1er avril 2013.

La commission saisie au fond, la commission du développement rural et de l’environnement a, par son rapporteur, Amadou Bocoum, présenté le rapport.

Au Mali, presque toutes les localités sont envahies par des emballages et sachets en plastiques, abandonnés dans la nature après usage. Or, il est de notoriété publique que ces matières plastiques ne se dégradent pas. Elles polluent l’environnement, provoquent la mort des animaux qui les mangent, l’infertilité des sols et divers problèmes de santé aux êtres humains.

Les débats ont porté notamment sur la notion de biodégradabilité, les mesures d’accompagnement de cette interdiction des plastiques. les honorables Hamadaou Sylla, Baba Haïdara dit Sandy, Kalifa Doumbia, Me Kassoum Tapo, Konimba Sidibé, Témoré Tioulenta, Mohamed Adideye Maïga, Mme Ascofaré Oulématou Tamboura, Yaya Haïdara, Abdramane Sylla, Moriba Kéita ont, tour à tour, exprimé diverses préoccupations pour les uns et apporté des explications pour les autres sur le domaine technique (chimie) des plastiques. Tous ont salué l’initiative de cette loi et demandé au Gouvernement de mettre en oeuvre des mesures d’accompagnement et trouver des moyens de substitution aux plastiques. Des préoccupations sur lesquelles le ministre de l’Environnement, Pr Tiémoko Sangaré, a donné les assurances nécessaires.

Bruno D SEGBEDJI

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.