Sournoiserie au sommet de l’Etat : Comment Moussa Mara s’est fait induire en erreur ?

2
Sournoiserie au sommet de l’Etat
Le premier ministre Moussa MARA

Le Premier ministre Moussa Mara s’est-il planté sur la question de l’avion présidentiel ? Ou a-t-il été induit en erreur par l’inamovible Soumeylou Boubèye Maiga, ministre de la Défense et des Anciens Combattants qui dispose suffisamment d’éléments pour s’expliquer sur cet appareil qui fait partie du patrimoine de la défense ? C’est la question qui taraude l’esprit des Maliens  qui ne savent plus qui croire entre le Premier ministre Moussa Mara et les informations divulguées  par presse interposées pour tenter de  battre en brèche les mises au point de ce dernier.

 

Devant les élus de la nation, le Premier ministre Moussa Maraa tenté de mettre fin à la polémique et le tollé qu’a créé l’achat de l’avion présidentiel.  Des députés, surtout ceux de l’opposition qui ont demandé au Premier ministre de leur dire toute la véritéconcernant cet appareil que le Mali vient  d’acquérir.

 

Moussa Mara induit en erreur ?

Pour mettre fin à la polémique, Moussa Mara s’est voulu convaincant dans ses explications devant les députés lors de sa Déclaration de Politique générale. Selon lui,  la République du  Mali a acquis cet avion en toute souveraineté. Car, sur  le fameux Boeing utilisé par les prédécesseurs d’IBK, le Mali  ne dispose d’aucun document certifiant sa propriété sur cet avion.

« On dit qu’il n’y a aucun problème sur cet avion  alors qu’il  n’y a aucun élément  justifiant  qu’il appartient au Mali, dans les livres comptables des dix dernières années, il n’y a aucune trace de l’achat de cet avion », a-t-il dit.

Et de poursuivre : « il ne faut pas qu’on se hasarde à voyager avec un tel avion  et qu’on le saisisse dans un aéroport,  un pays souverain ne fait pas cela, le Boeing 727  n’a pas satisfait aux exigences de son constructeur  en matière d’expertise et de test ».

Mieux dit-il,  si c’était un avion commercial, sa Carling n’est pas habilitéeà voler.

Pour Moussa Mara, cet avion a été obtenu dans une opacité totale. Et cela crée  pour le Mali un problème juridique et technique autour de cet avion.

A en croire Moussa Mara,  le Mali avait le choix entre la location et l’achat d’un avion.  Mais c’est l’achat qui arrangeait notre pays car le prix d’achat de cet avion équivaut à quatre ans de location d’un appareil du même genre.

Et Moussa Mara de préciser que cet avion a été acquis  à 20 milliards FCFA à travers un prêt contracté avec la BDM-Sa que l’Etat va rembourser en quatre ans.

Pour le Premier ministre, cette somme inclue les frais de transports, d’achats et tout qui s’en suit.

Ainsi, dans quatre ans dit-il,  le Mali aura son propre avion  pouvant circuler encore pendant 15 ans.

Pour acheter cet avion, a-t-il expliqué, le Mali a dû faire le choix entre trois avions, et c’est celui qui était vendu à 20 millions qui était le plus habilité car ayant fait seulement 6000 heures de vol.

Boubèye-Mara, un baiser de Judas

Comme pour battre en brèche les informations données par le Premier ministre Moussa Mara, voilà que des informations sont divulguées et distillées dans la presse. Des informations dont l’objectif est de ridiculiser le Premier Ministre Moussa Mara, de le jeter en pâture ses premiers pas en tant que PM.

Mais dans cette affaire, la première personne concernée est le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Soumeylou Boubèye Maïga. Il en sait quelque chose pour avoir été ministre des Affaires Etrangères sous Amadou Toumani Touré sous qui, cet avion a été acquis dans les conditions non élucidées.  Toute chose qui suscite d’ailleurs toute cette polémique.

Dans l’actuel gouvernement, SoumeylouBoubèyeMaïga est le ministre le mieux placé pour donner au Premier ministre, les détails sur cet avion.

En effet, SBM est connu pour avoir traversé tous les régimes du Mali démocratique car il a été ministre sous Alpha Oumar Konaré, Amadou ToumaniTouré  et aujourd’hui sous Ibrahim Boubacar Keita.

Mieux, il occupe le portefeuille de ministre de la Défense et des Anciens Combattants. Et l’avion de la polémique est dans le patrimoine de son département.

Donc, il est inconcevable que SBM ne sache pas quelque chose à propos de cet avion sur lequel, un dossier complet concernant existerait à Koulouba sur son état réel : appartenance, immatriculation, assurance, entretien, équipage…

Dans cette affaire, nombreux sont ceux qui se disent convaincus que Moussa Mara a été induit en erreur par SBM car il n’a défendu le dossier de l’avion qu’avec les informations qui lui ont été fournies par qui de droit.

Georges Diarra

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Arrêtez d’être ridicule cher journaleux et dites la vérité à ce Mara Mara!

    Personne ne lui a obligé de MENTIR!

    Quand on lui a posé la question sur l’avion, il aurait pu dire:

    “Cet avion a été acheté quand je n’étais pas premier ministre, j’étais ministre de la ville et je n’ai pas été associé au processus de décision qui a conduit à l’achat de cet avion ou que le conseil des ministres a juste été informé et non impliqué au processus.

    Mais je vais instruire au gouvernement de faire une enquête sur cet achat au égard aux règles des finances publiques et des marchés publics.

    S’il y a eu fautes, je m’engage ici à le réparer avec l’appui du président de la république”

    Et c’était la formule magique:

    1. Parce qu’il n’aurait pas menti si vraiment il ne savait rien.

    2. Il aurait désengagé sa propre responsabilité

    3. Il allait chercher à comprendre cet achat nébuleux et frauduleux.

    4 il allait obliger IBK à respecter la loi.

    Mais il n’a rien fait de tel et S’EST COMPROMIS TOUT SEUL.

    Donc laissez Boubeye en paix car Moussa Mara n’est plus un bébé de la maternelle!

    Wa salam!

Comments are closed.