Au cours du premier congrès du parti YELEMA le weekend dernier à Sikasso : Moussa Mara réitère le soutien de sa formation au président IBK

0

Il propose ”  le rassemblement des partis de la majorité présidentielle dans la perspective des prochaines échéances électorales “

 

 

 Au cours du premier congrès du parti YELEMA le weekend dernier à Sikasso : Moussa Mara réitère le soutien de sa formation au président IBK
Après sa réélection, Moussa Mara saluant les congressites

yelema-mara

Allons-nous vers la création d’un grand regroupement politique des partis issus de la majorité présidentielle dans la perspective des prochaines élections municipales et régionales ? C’est, en tout cas, le sentiment qui se dégage à la suite des déclarations du président du parti YELEMA (le Changement), Moussa Mara, Premier ministre, lors du premier congrès ordinaire de sa formation politique, tenu le week-end dernier à Sikasso. A cette occasion, son parti a confirmé ” son appartenance pleine et entière à la majorité présidentielle et son soutien indéfectible au chef de l’Etat dans la conduite de son mandat du redressement pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens “. C’est dire que c’est un autre grand chantier que le chef du gouvernement Moussa Mara veut entamer dans le cadre d’une ” reconfiguration du paysage politique derrière le président de la République “.

Le premier congrès ordinaire du parti YELEMA, qui s’est tenu à Sikasso les samedi 20 et dimanche 21 décembre dernier, a tenu, aux dires des nombreux invités et observateurs, toutes ses promesses. D’abord en termes de représentativité, on a noté la présence des délégués de toutes les régions du Mali y compris Kidal et de l’extérieur. De  même que celle de tous les grands partis de la majorité présidentielle parmi lesquels le RPM, l’ADEMA-PASJ, la CODEM, le MPR, ADP-Maliba… Ils avaient tous répondu présents aux cérémonies d’ouverture et de clôture du congrès dans la légendaire salle Lamissa Bengaly. Mais l’événement attendu tant par les médias que par l’opinion nationale était sans doute le discours du président du parti et non moins Premier ministre Moussa Mara.

Ce congrès intervient à une période où un espoir certain semble se dessiner tant du côté d’Alger où les négociations inter-Maliens vont bientôt redémarrer que du côté des dossiers qui avaient récemment défrayé la chronique dans notre pays. C’est dire que le président du parti YELEMA pouvait, étant maintenant plus ou moins soulagé, tenir tranquillement le congrès, premier du genre, de son parti dans une atmosphère moins pesante.

Comme il est de coutume, cette manifestation a été aussi l’occasion pour Moussa Mara de dégager les grandes orientations de sa jeune mais combien dynamique formation politique. C’est ainsi qu’au cours de la cérémonie d’ouverture, après avoir fait observer une minute de silence en la mémoire de “tous ceux qui sont tombés ces dernières années pour la cause du Mali, du fait de la crise “, Moussa Mara s’est exprimé sur les négociations inter-Maliens d’Alger. C’est ainsi qu’il a souligné qu’on est ” près d’un accord de paix qui préserve l’essentiel (l’intégrité du territoire, l’unité du pays, la laïcité et la souveraineté du Mali) qui consolide le vivre ensemble à la malienne (pas de problème communautaire ni de problème religieux), qui renforce le Mali, son armée et ses forces de sécurité “.

 

Un appel à l’unité politique des acteurs de la majorité autour d’IBK

Aidons le président de la République à engager davantage le Mali dans le progrès, la prospérité, le changement “. Telle est la substance du message que le président du parti YELEMA a lancé dès l’ouverture du congrès. Selon Moussa Mara, il faut pour cela ” triompher des forces d’inertie, les forces de la régression, du retour en arrière, ceux qui gagnent dans le statu quo, la corruption, la médiocrité, les passe-droits, le trafic d’influence, la paresse, ceux qui se battent pour eux-mêmes et contre le pays “.

A l’entendre, le pays est entre deux camps : ceux qui veulent le faire avancer, qui se sacrifient pour cela, qui ne ménagent pas leur temps et ceux qui profitent des positions, des combines, des avantages indus. Pour faire avancer le pays, le leader ” des jeunes leaders politiques “, Moussa Mara demande de “ faire amener le Mali vers le travail, le gain à la sueur de son front, la vérité, la justice, l’équité, la transparence, l’alternance dans le leadership, le leadership désintéressé qui exerce ses responsabilités et passe ensuite pour aller faire autre chose “. C’est dire que ce congrès a pu se tenir grâce à l’accalmie que IBK et son Premier ministre observent sur les différents fronts qui les empêchaient de dormir… tranquilles. Il y a de cela pas si longtemps.

Dans ses interventions tant à l’ouverture qu’à la clôture des travaux du congrès, Mara n’a pas tari d’éloges envers le président de la République. Un Homme d’Etat ” conscient de l’immensité de sa tâche ” et qui a besoin de l’engagement de tous.

 

YELEMA plus que jamais derrière  le chef de l’Etat

Il a souligné que son parti ” est plus que jamais derrière le président de la République, avec les autres formations politiques de l’APM et de la majorité présidentielle pour le changement au Mali “.

Aussi, le parti YELEMA a, au cours de ce premier congrès, “ confirmé son appartenance pleine et entière à la majorité présidentielle, son soutien indéfectible au chef de l’Etat dans la conduite de son mandat du redressement pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens, son ouverture aux formations politiques de l’APM, basé sur un très bon groupe parlementaire et animé par un esprit de rassemblement autour du Président Ibrahim Boubacar Kéïta “.

Pour Moussa Mara, c’est cet esprit de rassemblement qui doit leur permettre ” d’affronter ensemble les prochaines élections municipales et régionales “. Et pourquoi pas, s’interroge-t-il, ” de se mettre ensemble dans le cadre d’une reconfiguration du paysage politique vers les prochaines échéances derrière le Président Ibrahim Boubacar Kéïta au service du changement, du progrès et de la refondation nationale “.

Comité exécutif central de 81 membres

En ce qui concerne l’actualité nationale, le parti YELEMA soutient le gouvernement dans la recherche de la paix au nord du Mali, les reformes institutionnelles qu’il faut mener pour moderniser l’administration malienne au service de l’usager, rapprocher le centre de décision du bénéficiaire ; le renforcement des forces armées et de sécurité afin qu’elles puissent rapidement sécuriser le territoire et amener la paix sur toute son étendue ; la réconciliation des Maliens sans oublier la justice, les réparations et le pardon ; la lutte contre la corruption ” sur le sentier de laquelle beaucoup d’actions ont été menées “. Moussa Mara dixit.

Après la mise en place d’un Comité exécutif central de 81 membres, composé de militants de l’intérieur et de l’extérieur, les membresdu parti ont pris rendez-vous pour 2015 sur le terrain des municipales et des régionales.Certainement au sein d’un grand regroupement que Moussa Mara semble déjà proposer à ses amis et alliés de la majorité présidentielle.

 

Mamadou FOFANA

 

Quelques membres du Comité Exécutif Central  issus du premier congrès

Président : Moussa MARA

1er vice-président : Abdoulaye DIARRA

2ème vice-président : Dr Youssouf DIAWARA

3ème vice-président : Dr Mamadou DIALLO

4ème vice-président : Modibo CISSE

5ème vice-président : Adama DIAKITE

Secrétaire Générale : Assétou SANGARE

Secrétaire politique : Amadou AYA

Secrétaire administratif : Abou SANOGO

Secrétaire chargé de la Santé et de l’hygiène publique : Dr Bassirou DIALLO

Secrétaire à la solidarité : Dr Diakaridia TRAORE

Secrétaire aux Finances : Ousmane CISSE

Secrétaire chargé des affaires juridiques et aux Droits humains : Me Wally DIAWARA

Secrétaire chargée des relations avec les institutions : KEITA Zéinabou SACKO

 

 

 

 

PARTAGER