Bocari Treta à la primature : Le RPM peut-il rêver ?

14

Plusieurs canaux annoncent le départ du premier ministre Modibo Keïta, après la tenue du sommet Afrique-France. Si cela arrivait, qui sera-t-il le nouveau patron de la Primature ?   C’est la question qui taraude les esprits  des observateurs avertis soucieux de l’avenir de la nation malienne. Pour plusieurs cadres de la mouvance  présidentielle et surtout du RPM, l’heure est venue pour le regroupement politique de mériter le fauteuil de Chef du Gouvernement. Et si c’était le Dr Docteur Bocari Treta, Président du Rassemblement Pour le Mali et président de la Convention des Partis Politiques de la Majorité Présidentielle. Question : ce rêve du RPM est-il permis ?

 Selon des analyses politiques, Treta a des arguments au nom du RPM  pour rêver de devenir le futur occupant de la Primature.  Ayant tiré les enseignements des dures épreuves depuis sa sortie du gouvernement en janvier 2015,  Bocari Tréta semble suffisamment prêt moralement à assumer une fonction aussi importante dans la gestion du pouvoir. Politiquement, ce choix peut être capital. Après avoir réussi à refonder le RPM, Tréta a fait preuve de maturité politique. Aujourd’hui, en qualité de rassembleur le président du RPM  est engagé dans une grande démarche de consolidation des acquis de la CMP. L’homme s’est fait de la personnalité au sein de l’arène politique pour pouvoir  relever de grands défis. Des résultats de cette œuvre sont irréfutables. Au sortir des élections communales du 20 novembre 2016, les Tisserands se sont adjugé  la première place avec  187 maires et 2582 conseillers. En devenant la première force politique de la république, le RPM a de quoi pour nourrir de nouvelles ambitions légitimes. Respectant toujours le choix de son président fondateur à vie, le parti Tisserand sera davantage requinqué en se voyant confier la gestion de la primature. Le parti aura cependant la « main libre » pour concrétiser le projet de société de son candidat aux joutes de 2013, et préparer les échéances de 2018. La  performance enregistré lors des récentes élections de proximité ont permis au RPM d’abord de se faire respecter et ensuite prouver au  Président de la République qu’il peut lui faire confiance et compter sur pour le futur. Réconforté de sa suprématie, sur l’échiquier politique national, le RPM et Treta peuvent rêver  de la Primature. Mériter la  primature est aujourd’hui un des grands défis des tisserands.

Jean Goïta

Aube d’Afrique

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

14 COMMENTAIRES

  1. et si c’est un problème de ligne politique d’ibk plutôt qu’une opération de casting ? avec tant de gvts formés en 4 ans , ça fait quand même un trop?

  2. Depuis plus de 25 ans de aok a ibk en passant par att, le Maliba se meurt.
    Pire, pouvoir et opposition sont de meme pere et de la meme mere, des pourritures extra-vampires-hyper-vampires qui font de Nous tous ceux qu’ils veulent sans quw un simple citoyen x, y ou z ne bronche,
    Pauvres de Nous.
    Un treat pm, lolololoollllllllllllllllllll. de pire en pire, pire et super-hyper pire….

    vive le Maliba…………

  3. On a bien accepté les engrais frelatés, on peut accepter un gouvernement frelaté 😛 😛 .
    Au moins, enfin je l’espère, il passera moins de temps à faire des interviews à la con pour attaquer l’opposition.

  4. Il y’a une logique politique que Dr TRETA soit PM. Mais, je ne suis pas sure qu’il a une personnalité de rassembleur ou de leader. Au contraire sa fougue issue de son orgueil politique au seul intérêt du RPM risquent de lui faire nous conduire dans une situation inconfortable. Ce qui serait tres mauvais pour nous tous. C’est pourquoi, je ne le préfère pas. Franchement, je n’ai rien contre lui, absolument rien du tout. Mais, j’ai assiste a certaines rencontres avec lui quand il était ministre; j’ai été déçu de certaines de ses réactions en sa qualité de ministre d’état. Il m’a paru ne défendre que les intérêts politiques rien que politiques au seul bien du RPM. Il n’y’avait aucune réaction citoyenne dans son comportement, d’ailleurs il menaçait certains cadres de les relever pour des raisons que nous connaissons tous. Je ne suis pas sure qu’il soit un batiseur. Helas…

  5. Partez vous du même Treta qui n’a pu bien gérer le Ministère du Développement Rural? Que le Bon Dieu nous en préserve et protège le Mali. Amen

  6. De toutes les façons, si IBK veut gagner en 2018, TRETA est la seule alternative pour lui. Et après le sommet, la ligne vers les élections est droite et courte, donc le vieux IBK ira pieds joints vers le Président du parti sans équivoque. C’est le tour de TRETA à la Primature et de façon naturelle, les politiciens sont patients et déterminés dans leur actes de gouvernance. La patience est un chemin d’or, cela est sans doute une vérité de tous les temps.

  7. Un pur sondage d’opinion . Voir s’il y’a moins de réactions négatives le concernant, ils vont ensuite préparer le décideur . J’attends de voir ce rêve se réaliser encore sur le dos du peuple malien. Tout est possible dans ce pays de mal gouvernance, de sur facturations , de trafic d’influence , de vols, d’escroquerie j’en oublie volontier ! Au Mali ! tes enfants te font souffrir sans cesse , au de la démocratie .

    • En ces temps de mediocratie tout est possible. Avec IBK, il faut avoir un impact négatif pour prendre du galon. On se souvient de ceux que les partenaires techniques et financiers ont enjoint de faire quitter le gouvernement, ils sont toujours là à se promener dans l’avion Présidentiel sans que l’on sache ce qu’ils font là bas.

    • Même si le pardon existe au Mali, les gens ont au moins en mémoire les motifs de départ du gouvernement . Il n’a pas d’abord été inquiété ça c’est vrai mais prendre du galon !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here