Cadre Permanent de Concertation avec les partis : Le franc-parler du Ministre de l’Adminstration

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Après la rencontre de septembre, revoilà le Ministre de l’Administration Territoriale et de la décentralisation face aux partis politiques. C’était hier jeudi, 1er novembre 2012, dans la salle de conférence du Gouvernorat du District de Bamako.

Moussa Sinko Coulibaly, ministre de l’Administration territoriale

L’ordre du jour de la rencontre portait sur l’audit du fichier électoral, les préparatifs des élections et le calendrier électoral, ainsi que des questions diverses. Mais, pour de pareilles rencontres, d’autres sujets reviennent toujours dans le débat général, notamment celui relatif à l’éligibilité des membres du Gouvernement de transition.

Dans son exposé liminaire, le Ministre, étant l’interface du Gouvernement face aux partis, a fait le tour d’horizon de l’actualité politique, institutionnelle et diplomatique du pays. Il a rappelé le mérite de la rencontre du Groupe de suivi et de contact sur la crise malienne tenue le 19 octobre dernier à Bamako. Il s’est félicité de l’image de marque que cela a donné au pays et de la conséquence immédiate qui a été la réintégration du Mali à l’Union Africaine.

S’agissant du fichier électoral, Moussa Sinko Coulibaly a rappelé la démarche du Gouvernement à aller vers un audit des fichiers dits consensuel et du RAVEC. Et cela se fait avec les partenaires techniques et financiers, principalement l’Union Européenne. Un Comité de pilotage qui comprendra l’administration et les partis, sera chargé du suivi de cet audit. Concernant le calendrier électoral, le Ministre s’est dit convaincu que les élections se tiendront courant 2013. «C’est une question de volonté. Il suffit seulement de le vouloir et que nous nous y mettions dès à présent, et nous y arriverons », a-t-il fait savoir aux représentants des partis politiques qui avaient formulé des réserves quant au respect de la date butoir.

L’autre sujet sur lequel les discussions ont achoppé est la question de la révision des listes électorales. Certains partis ont évoqué la violation de la loi électorale, tandis que d’autres ont dit comprendre la démarche du Département d’ajourner lesdites révisions, compte tenu de la crise du Nord qui ne permet pas une révision sur l’ensemble du territoire, comme le dit la loi.

La gestion du contentieux électoral été également abordé. Le Ministre a informé de la détermination de son équipe à s’imprégner de l’expérience d’autres pays ; ce qui explique une mission récente en Côte d’ivoire et en RDC.

Pendant trois heures d’horloge, le chef de l’administration territoriale et les responsables politiques ont échangé dans la courtoisie, dans la franchise et dans la préservation de l’intérêt supérieur de la Nation.

Cellule de Communication-MATD

 

SOURCE:  du   7 nov 2012.