Candidature interne de l’ADEMA : La position ambiguë de Yaya Sangaré

3

La désignation du candidat de l’Adema à la présidentielle 2018 sera tranchée le 14 février, selon Yaya Sangaré, député élu à Yanfolila. «La question brûle toutes les lèvres », avait écrit-il écrit dans un post sur les réseaux sociaux rappelant que le parti doit s’assumer. Les raisons de son optimisme résidaient dans « les résultats honorables des élections communales ». Mais cette position tranche avec le dernier post de l’honorable Sangaré qui est un appel du pied aux militants de l’Adema en faveur de la candidature du président IBK.

 -Maliweb.net- Dans un premier post, Yaya Sangaré expliquait que son parti doit prendre ses « responsabilités historiques » dans l’intérêt du peuple. Il s’agit d’une question de loyauté vis-à-vis du Président IBK, selon Yaya Sangaré. Mais «une loyauté qui ne doit pas exclure l’assumassions et la franchise », précisait le député.  Et pour enfoncer, il ajouta : « il n’est pas exclu que le parti ait son candidat pour affronter le candidat du RPM, le parti présidentiel ».

Pour justifier cette position qui n’arrange pas le régime, Yaya Sangaré a rapporté le malaise du Mali profond qui ne « supporte plus l’arrogance de ceux qui veulent usurper leurs votes de confiance de 2013». Mieux, il a indiqué : «Nous avons des hommes de valeur de la trempe de Kalfa SANOGO dans la région de Sikasso qui ont prouvé que la ruche dispose encore de réserve de miel mais que les abeilles peuvent toujours planer et piquer mal, très, très mal ».

Puis il a rappelé que le peuple Adema impatient veut la vérité tout en attendant des actes concrets de la part des hommes politiques. «Les militants ont été sevrés, les cadres désabusés par le parti au pouvoir. Le choix des cadres à des postes de responsabilité a été fait sans consultation du parti, ce qui a parfois créé de profonds malaises au sein des militants », a poursuivi le député.

L’Adema est censée désigner son candidat ce 14 février. La question est de savoir à quelle vision le parti va se conformer. Car Yaya Sangaré, qui a récemment fait montre d’un faible pour IBK, expliquait avant que si le parti s’engage pour choisir un candidat, ce sera pour gagner. « Il faut oser tenter, braver, persister, persévérer, être fidèle à soi-même, prendre corps-à-corps le destin, affronter la puissance injuste, tantôt insulter la victoire ivre, tenir bon, tenir tête. Et les militants ne s’arrêteront pas en chemin. Ils vont renverser la table ».

Soumaila T. Diarra

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Dans tous les cas, monsieur, sachez qu’un parti est créé pour participer aux joutes électorales. Le débat , s’i y en a, ne devrait même pas se poser. Ceux qui prône la candidature unique le font souvent dans leurs intérêts personnels. Pour ne prendre que le cas de Yaya Sangaré, tout le monde sait que ce dernier a été élu à Yanfolila sur une liste RPM, parti que l’honorable ne veut pas égratigner sous peine de compromettre sa réélection.
    En tout état de cause, je pense que les uns et les autres devraient mettre de côté, le temps des élections, leur égo car c’est l’ADEMA qui est menacé.

  2. Monsieur. Veuilez rectifier. Ce n’est pas ce 14 février que la reunion du CE désignera le candidat de notre parti. Ce n’est pad l’objet de réunion. Au fait pourquoi êtes vous wi pressés et si préoccupés pour une candidature de l’ADEMA? Sachez que ce parti ne tombera pas dans ce jeu qui consite à créer cette impression de cassure au sein du parti. Rappelez vous juste que RPM, URD, MIRIA, RND et autres son sortis de l’ADEMA rt pourtant le psrti résiste et fait l’objet we toutes les convoitises. Cela veut dire que l’ADEMA n ‘est pas n’importe quel parti. Donc lsissez nous en mzix on saura résoudre nos incompréhensions internes et on rebondira n’en déplaise aux marchands d’illusions et aux prophètes de l’apocslypse. L’honorable Yaya est yout juste réaliste. Ecoutez plutot ce le président DIONCOUNDA cobweillera aujourd’hui au parti. La posture actuelle de l’ADEMA est une résultante de biens d’événements vécus par le parti en son sein et au sein de l’envirronnement politique national. Ce sont les militants à la base généralement pas au courant des tribulations fes cadres haut perchés à Bamako qui sont trompés. Si nous tous ceux ci se connaissent et tous les agissements des uns zutres constituent en la sauvegarde des positions et intérêts personnels ou tout simplement mettre à l’abri5 les biens frauduleusement acquis.On se connait.

    • C’est dire que si tous ces autres partis sont sortis de l’adema, c’est qu’il est mort. il reste a l’enterrer maintenant. A quelques infimes exceptions pres, lescadres de l’adema courent derriere les miettes du rpm, laiissant une ruche qui se vide de ses abeilles a commencer par la reine mere, pardon le roi pere qui s’est terre dans une hibernation proche de la mort.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here