Caution et parrainage pour la présidentielle 2013 : Le bluff terrible de Mamadou Djigué

1

La proclamation de la liste de candidatures retenues pour le scrutin présidentiel du 28 juillet 2013 est tombée comme un couperet pour Mamadou Djigué dit Diaff. Son nom figure en très bonne place des candidats recalés pour n’avoir pas réuni le parrainage et payé la caution. Pourtant, Diaff a crié sur tous les toits de la Maison de la Presse, le lundi 24 juin 2013, qu’il a eu le parrainage requis de 10 députés et payé la caution de 10 millions.

 

 

 

Mamadou Djigué dit Diaff
Mamadou Djigué dit Diaff

L’éléphant annoncé est arrivé avec un pied cassé. Mamadou Djigué, candidat du Parti Démocratique pour l’Alternance et le Renouveau (PDAR-MJCD) à l’élection présidentielle de juillet 2013, qui pensait incarner le changement, a vu sa notoriété, s’il en a encore, sérieusement entamée.

 

 

Le rejet de sa candidature n’est pas un problème en soi, mais le jeune candidat du PDAR-MJCD a trop parlé. Il a affirmé publiquement, sans aucune hésitation, le lundi 24 juin 2013 à la Maison de la Presse, qu’il n’avait pas de problème pour son parrainage, que c’était un acquis avec 10 députés et qu’il a même déposé son dossier à la Cour Constitutionnelle. Très confiant, il avait dit qu’ils ont organisé la cérémonie de lancement officiel de leur parti parce que tout est ok pour le parrainage et la caution.

 

 

Mais à la grande surprise des journalistes et même de ses militants et sympathisants, la candidature de Mamadou Djigué a été rejetée par le juge électoral. Non seulement il n’a pas le parrainage requis, mais aussi il n’a pas payé la caution pour être validé sur la liste des admis.

 

 

 

Les autres candidats qui ont vu leur candidature rejetée n’ont pas fait de boucan sur les dossiers. Au contraire, ils ont été modestes. Me Tidiani Guindo du parti Alliance Mali Dambé, avait dit qu’il n’allait pas chercher le parrainage des députés ou élus communaux qui n’ont plus de légitimité populaire. Pour cela, il a même introduit, le 25 juin 2013, une requête à la Cour Constitutionnelle aux fins de suspendre provisoirement aux parrainages pour l’élection présidentielle du 28 juillet 2013.

 

 

 

D’autres aussi, n’on pas déposé leur candidature, parce qu’ils n’ont pas voulu faire de la prostitution politique, en achetant des parrainages. Sadou Abidine Diallo candidat du Mouvement Rassemblement Africain pour une Gouvernance Eclairée, a désisté, car il a refusé de payer le parrainage des élus de Kidal s’élevant entre 500 et 600.000 FCFA, alors qu’il avait eu les autres gratuitement.

 

 

 

Dans tous les cas l’attitude de Mamadou Djigué est un manque de respect pour le peuple, ses militants et les jeunes qu’il prétendait incarner. Il n’incarne pas le changement qu’il compte apporter au Mali. Le premier changement et la première révolution sont personnels pour tout homme politique digne de ce nom : dire la vérité en tout lieu et en tout temps. Mais chez lui, c’est malheureusement le bluff qui domine.

 

Sékou Coulibaly

PARTAGER

1 commentaire

  1. Le Mali n’a pas besoin de toutes ces candidatures farfelues!L’élection du président de la république n’est pas une plaisanterie.Il faudrait songer à rendre plus complexes encore les critères pour se présenter afin d’éviter à n’importe qui d’être candidat aux présidentielles. 😉

Comments are closed.