Célébration de la journée des femmes : La candidate à la présidentielle à cœur ouvert

0
0

Elle s’appelle Aminata dite Niamato DIAKITE, elle est née à Bamako en 1971 et a fait ses études du premier cycle à l’école fondamentale de Bougouni et son second cycle au groupe scolaire de Lafiabougou où elle a obtenu son DEF (Diplôme des Etudes Fondamentales). Puis, elle fait la 10ème science au Lycée Régional de Ségou, passé la première partie au Lycée Sankoré en Sciences Exactes et le baccalauréat en 1991 au lycée des Jeunes Filles de Bamako. Elle ne va pas s’arrêter en si bon chemin, elle va à l’ENA (Ecole Nationale d’Administration)  pour faire les sciences économiques, actuellement elle cherche un MBA en gestion d’entreprise. Intégrée à la fonction publique en 2002 en tant qu’inspecteur du trésor, actuellement  elle est  en service à la paierie générale du trésor. Sur le plan politique, la candidate à la présidentielle de 2012 qui entend être la 1ère Présidente du Mali est secrétaire de la section VI du District de Bamako, Présidente de l’Union des Femmes du Parti Humaniste-Adamaden Ya Ton.

 

Le Zénith Balé : Quelles sont les réelles motivations de votre candidature à la présidentielle?

Mme Ami : Un nouveau choix démocratique s’impose pour donner au Mali, un président qui correspond à son histoire, à ses valeurs sacrées tels que la solidarité et l’humanisme,  à sa passion de la liberté, de la justice, de la démocratie et de la bonne gouvernance pour le mieux être de la population malienne. Un Président respectueux du Grand Peuple malien avec une base politique et ayant une culture de la gestion des problèmes réels par sa proximité avec les citoyens. Par ailleurs, je me suis engagée dans cette course présidentielle pour nous renforcer davantage sur le terrain humaniste à travers le mouvement humaniste qui intervient depuis 1998 dans notre pays pour le financement  des projets de développement des groupes de femmes et des jeunes, la construction et l’équipement des écoles et des centres de santé,  le soutien scolaire apporté aux enfants démunis et orphelins, la consultation gratuite avec la distribution gratuite des médicaments, la purification des eaux de puits de nos villages et de nos fractions, etc.. Voilà pourquoi, notre Parti Humaniste Adamaden Ya Ton qui est l’expression politique du Mouvement Humaniste vit selon le principe  qui  place « l’homme comme valeur et préoccupation centrale, et que rien ne soit au dessus de l’homme ». Nous œuvrons pour un Mali Humanisé et prospère avec une refondation dela République. C’est la prise en compte de tous ces défis là, qui motive et donne du sens à la candidature que je porte.

ZB : Avez-vous objectivement les moyens de vos ambitions?

Mme Ami : Le Mali est un Etat démocratique, un Etat de droit selon les textes qui nous gouvernent. Et l’Etat de droit suppose le respect de la règle de droit. Ainsi, la seule voix pour accéder au pouvoir est celle des urnes, c’est-à-dire la démocratie.La République nous a donné un droit, le peuple malien s’est prononcé en 1992 pour nous accorder des droits que nous allons mettre à profit pour briguer la magistrature suprême. Ces moyens démocratiques renforcés par notre projet de société basé sur l’idéal Humaniste serviront de gages de réussite pour assurer la refondation de notre République. En plus, je pense que le peuple malien aspire aujourd’hui à un changement démocratique au sommet de l’Etat.

Au vu de tous ces facteurs, je pense objectivement que nous avons avec le peuple malien les moyens pour atteindre notre objectif, nos ambitions qui ne sont pas différentes de celles des Maliennes et des Maliens.

ZB : Elue présidente du Mali, quels seront les grands axes de votre programme?

Mme Ami : Nous souhaitons avant tout que le peuple malien ait la clairvoyance de nous choisir, ce qui se fera, nous n’avons aucun doute. Après l’investiture,  avec la volonté de Dieu et l’accompagnement de toutes les Maliennes et tous les Maliens, nous mettrons immédiatement en application notre projet de société en insistant particulièrement sur la restauration de l’autorité de l’Etat, en mettant en place une stratégie de sécurisation des Maliens où ils se trouvent et leurs biens, et ferons face à l’emploi des jeunes qui est la priorité des priorités.

ZB : Quelle adresse aux femmes qui viennent de fêter le 8 mars hier jeudi?

Mme Ami : Je dis bonne fête aux femmes maliennes, je souhaite qu’on se souvienne de l’origine de cette journée, que nous partageons les peines des nos sœurs des zones de conflits tant dans le nord du Mali que dans les autres zones de conflits du monde. Je demande à toutes les femmes de profiter de ce 08 Mars pour passer des messages de paix afin qu’on puisse dire que le 08 Mars a apporté un plus dans la résolution de la crise du Nord, et je sais si on s’y engage on le fera.

Pour les femmes et les jeunes, je les dis de ne point se décourager en perdant espoir face à un environnement politique qui ne nous est pas favorable. La démocratie est une chance pour nous et l’avenir est tout tracé. Il faut que nous les femmes croyions en notre capacité de transformation de la société malienne. Il faut que nous pensions que le message de changement martelé par les femmes du Liberia, de l’Argentine, du Brésil peut aussi marcher dans notre pays. Je demeure profondément convaincue que vous ferez de moi la première femme présidente dela Républiquedu Mali.

Sira DABO dite Na

Stagiaire

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.