Analyse : Cheick Modibo Diarra victime de lui-même

44 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le Premier ministre démissionnaire s’est révélé incapable de fédérer assez de forces politiques et sociales autour de lui pour faire progresser la Transition à un rythme soutenu et se protéger lui même

L’ancien PM, Dr Cheick Modibo Diarra (photo L’Essor)

De quoi ou de qui Cheick Modibo Diarra a-t-il été victime ? De la confusion entourant les concertations nationales, du bras-de-fer incessant conduit avec les forces politiques, de sa prise en grippe par la galaxie de ses alliés d’hier, de son aura éteinte dans l’armée, de son crédit épuisé dans les chancelleries ? Certainement d’un peu de tout cela mais le Premier ministre sortant a surtout été victime de lui même, tant sur la forme que sur le fond.

La forme relèverait de l’anecdotique dans notre situation si la politique n’était aussi l’art d’arrondir les angles, un savoir-faire précieux en période de crise. De ce point de vue, le style abrupt du chef de gouvernement sortant a pu plaire dans l’opinion au tout début de son mandat lorsqu’il s’agissait de rassurer en marquant un retour déterminé de l’Etat. Mais au fil des mois, ce verbe imperméable aux nuances s’accordait de moins en moins avec, à la fois, l’image érodée de son porteur et une réalité qui exigeait des actes au moins à la hauteur des paroles. Cheick Modibo Diarra n’a pas réalisé combien ce décalage croissant était dommageable à sa crédibilité comme on a encore pu le mesurer lors de son interview martiale à son récent retour de N’Djaména.

Cette espèce d’aveuglement tient cependant peu du hasard. C’est la conséquence logique d’une conviction qui a guidé toute l’action de l’ancien Premier ministre. Celui-ci a, en effet, toujours considéré les formations politiques traditionnelles comme peu représentatives de la grande majorité de la population. Son discours se calait donc systématiquement sur le « peuple », par dessus les « élites » et, à l’occasion, contre elles.

Souleymane Drabo (Dirpub L’Essor)

Cette appréciation très sommaire de la politique et des rapports de force a eu des conséquences désastreuses sur le fond de l’action du chef de gouvernement démissionnaire. Celui-ci s’est, en effet, révélé incapable de fédérer assez de forces politiques et sociales autour de lui pour faire progresser la Transition à un rythme soutenu et, du coup, renforcer sa position et se protéger lui même. Il est vrai que Cheick Modibo Diarra avait affaire à des regroupements et des personnalités très divers, aux positionnements divergents, aux agendas personnels contradictoires. Mais il est tout aussi vrai que dans un climat très demandeur d’union sacrée, le PM a gâché, au moins, trois belles occasions de constituer un puissant front national sur un programme consensuel : à sa nomination en avril, à sa reconduite à la tête du gouvernement d’union nationale en août et à son retour de l’ONU en septembre-octobre.

En ces trois circonstances, le Front uni pour la sauvegarde de la République et la  démocratie (FDR) qui regroupe les partis fournissant le gros des députés et conseillers municipaux sans parler de la principale centrale syndicale et des associations établies de la société civile, lui avait fait des offres directes de collaboration. Des offres certainement intéressées qui auraient dû susciter une réponse non dénuée de calculs car toute l’habileté d’un bon politique est d’agir pour l’intérêt général sans perdre de vue le jeu des intérêts particuliers, les siens et ceux des autres.

Préjugés et insigne maladresse politique sont donc à la base de ces rendez-vous manqués, de l’isolement croissant du PM et des crispations qui ont suivi dont la dernière en date est le retrait de presque tous les poids lourds du paysage politique et associatif des concertations nationales ou leur alignement derrière une proposition de report. Cette péripétie, pour grave qu’elle soit, n’a cependant été que l’ultime goutte d’eau qui a fait déborder un vase plein à ras bord de rancoeurs et contentieux accumulés en seulement 8 mois.
Une « performance » qui explique le relatif détachement avec lequel une opinion, lassée par les cafouillages incessants (la primature a ainsi désavoué le ministre des AE dépêché à Ouagadougou pour des contacts préliminaires avec le MNLA et Ançardine), a accueilli le départ de Cheick Modibo Diarra et un passif qui situe les clarifications à opérer dans la perspective de son remplacement. Le problème réside autant dans la personnalité du chef de gouvernement à nommer que dans la définition du périmètre de ses pouvoirs.

L’interprétation littérale des « pleins pouvoirs » adoptée par le Premier ministre sortant, sur la foi des termes utilisés dans l’accord-cadre (« un Premier ministre de transition, chef du gouvernement, disposant des pleins pouvoirs … »), était fondamentalement porteuse de conflits dans un contexte encore largement normé par la constitution.

Une personnalité moins égocentrique, plus au fait du jeu institutionnel et au style plus collectif s’impose aujourd’hui. Un oiseau rare ? Non, juste un chef d’équipe de sang-froid, qui ne se trompe pas de boussole.

S. DRABO

Lire cet article sur le site de L’ESSOR

 

SOURCE:  du   12 déc 2012.    

44 Réactions à Analyse : Cheick Modibo Diarra victime de lui-même

  1. JOE STRUMER

    LES HOMMES DE SCIENCES ONT TOUJOURS ETE SEULS DE TOUS TEMPS.AVEC CMD LES MALIENS S ATTENDAIENT A DES MIRACLES EN VERITE A Y VOIR DE PRES ON NE LUI REPROCHE QUE LA MANIERE.C EST UN PATRIOTE IL A DONNE TOUT CE QU IL POUVAIT DONNER.IL A AGIT AVEC SON COEUR POU UN HOMME DE TETE CE FUT FATAL.MAINTENANT IL A ASSE PAYER DE GRACE POUR L HONNEUR ET LA DIGNITE FOUTONS LUI LA PAIX.LE RESTE C EST DE L ACHARNEMENT .ON TIRE PAS SUR UNE AMBULANCE

  2. Fakrid Ahmed

    Ce n’est pas grave en mauritanie vous n’en portez pas.

  3. blanche neige

    CMD a eu de la chance ,il aurait pu tomber dans l’escalier :mrgreen: :mrgreen:

  4. kokofi

    Merci S.DRABO pour cet article. en vous lisant, on sent du professionnalisme dans ce texte, du respect mais surtout de la vérité. Je veux que les maliens sachent parler aux gens. parce qu’il est possible de parler à quelqu’un sans l’insulter ou le dénigrer. c’est ne pas pour rein qu’on a inventé en français des propos suivants: Langage soutenu (LS), familier (LF) , courant selon le statut ou la personnalité de notre auditeur. Donc, j’implore aux hommes de médiat de prendre leur métiers au sérieux. Qu’ils également qu’ils sont le maître de notre planète en ce siècle. « Cette appréciation très sommaire de la politique et des rapports de force a eu des conséquences désastreuses sur le fond de l’action du chef de gouvernement démissionnaire. Celui-ci s’est, en effet, révélé incapable de fédérer assez de forces politiques et sociales autour de lui pour faire progresser la Transition à un rythme soutenu et, du coup, renforcer sa position et se protéger lui même. Il est vrai que Cheick Modibo Diarra avait affaire à des regroupements et des personnalités très divers, aux positionnements divergents, aux agendas personnels contradictoires. Mais il est tout aussi vrai que dans un climat très demandeur d’union sacrée » S.D. ce paragraphe explique vraiment les défauts de l’ex premier ministre. Je trouve qu’il n’y a plus rien à dire après. merci
    Que DIEU protège le MALI, amen!

  5. sambpu

    Depuis le jour où il a accepté d’ouvrir le gouvernement au FDR, CMD a signé sa fin de mission à la primature!Si Sanogo ne l’avait pas « arrêté », l’implosion qui l’emporterait allait provenir de l’intérieur même du gouvernement où certaines voix avait déjà commencé à le contredire!L’on ne peut pas condamner l’Accord Cadre dont Sanogo est co-signataire (puisque cet Accord nous a épargnés d’une guerre civile certaine au lendemain de la fuite d’ATT)en vertu de quoi, il se donne le droit de mettre fin à l’exercice d’un premier ministre qui non plus n’a pas de légitimité électorale comme lui Sanogo.L’on serait en pleine guerre de libération aujourd’hui, CMD premier ministre allait avoir le soutien de tous les Maliens qui verraient en lui un sauveur comme le jour de sa nommination!Mais hélas! :wink:

  6. cheikmodibo sanogo

    lissé svp mon article du 20 juin 2012. Je suis sur que ce pays na plus d’avenir, car je ne comprends pas ceux que le premier ministre est entrait de faire en se contredisant tout les jours. IL disait personne ne viendra libérée se pays a la place de non forces armés et aujourd’hui il dit le contraire à quand un homme de parole pour ce pays ? Ou bien il était sous informé par ses complices SANOGO et DICKO. Se qui est arrivé au Général Moussa TRAORE en 1991 et a ATT en 2012 ne va pas l’échappé. Il connait très mal le Mali et le malien. D’après Alpha BLONDI ont applaudit pour te faire monté sur l’arbre après ont applaudit pour te faire descendre. Le PM.na jamais été un premier ministre de transition car pour moi un premier ministre de transition doit être d’abord quelqu’un d’impartial et transparent. Je voulais qu’il renonce a tout les anciens systèmes, c’est à dire nous dire a combien un ministre est payé au Mali? A combien il est rémunéré? Nous dire aussi si un ministre est en déplacement les frais de déplacement coûte combien au pays? Car je voie si un ministre se déplace il est accompagné par des dizaines de V8 comme au temps d’ATT. Hors nous vivons dans un pays pauvre; tout les maliens voient que non militaires se déplacent avec ces même V8 en masse. Je voulais qu’il nous dise ses militaires fonts quoi avec ses grosses cylindrés dans un pays pauvre comme le Mali, et que la consommation et l’entretien coutent chers. nous voulons qu’il nous dise combien est payé un Directeur , un sécréteur général dans un ministère et quels sont leurs droits en terme de déplacement pour rassuré la population et semer la confiance entre nous les pauvres et les Hommes aux pouvoirs que des ministres, des Directeurs, des Généraux , des Capitaines, des Colonels, des lieutenants, des commissaires, des Douaniers, des inspecteurs, des présidents par intérims des premiers ministre au plait pouvoir deviennent Milliardaires au détriment des pauvres citoyens qui se tuent entre eux sans cherché a comprendre parce que tu es leurs proches ou parce que tu viens de leurs région et non de te soutenir a travers tes dits et tes actes. Merci à vous les INTERNAUTES dans un pays ou les gens changent : de langage, de soutien et de promesse pour des intérêts personnels. Car il y’a des chefs religieux aujourd’hui milliardaire dans se pays !!!! Étant donnée en 1990 ils ne se sont jamais intéressé de la politique ni du pouvoir et en 2002 ils étaient tous porche ou même conseillers du président ATT !!! Et aujourd’hui ils sont devenues alliés et complices avec le premier ministre et le capitaine SANOGO pour leurs propres intérêt et non l’intérêt de Dieu ou de la nation, que nous les pauvres villageois non informés non instruis et qu’ont ne voient pas loin de notre nez passent notre temps à lès applaudir soit disant Musulman !!! Et d’ailleurs ces même musulmans disaient au Général Moussa de coupé les mains des voleurs, de tué ceux qu’ils fonts l’adultères étant mariés, de n’est pas avoirs de l’argent qui dépasse 10 millions de n’est pas acheté des voiture dont la valeur dépasse 5 millions aujourd’hui ils sont tous MILLIARDAIRES avec des véhicules dont la valeur dépasse les 60 millions. Nous vivons donc dans quel pays MUSULMAN ??? Pour faire dormir la conscience des pauvres ???Car il dit chaque fois aux pauvres que demain vous appartenez pour lès soulager et continuer a menacés les leaders politiques avec ces pauvres pour dire que le politique ne doit rien décidé sans nous

  7. Cheick Modibo est très lourd en politique car il n’y a en pas de culture dans ce sens. Aussi, pour moi, son erreur a été qu’il pensait que lui seul a toujours raison pour vouloir forcer les choses. On dirait pas un intellectuel dans tous ses comportements et cela social et nous l’avons vu en politique.
    Qu’il retourne sur Mars, c’est mieux pour lui

  8. Cheikh KANE

    Federons autour d’un Projet Mali un et indivisible…………..

  9. yadupour

    Solo, je suis toujours heureux de lire tes écrits.
    Simple et concis, surtout très correct, sans grossièreté ni vulgarité.
    Toutes mes félicitations. Bravo. JM.

  10. Vrai malien

    Dans tout ça vous n’avez rien remarqué d’insolite?? Je ne sais pas si c’est fait exprès par ceux qui ont avaient ras le bol à l’ORTM de Cheick Modibo DIARRA mais c’est Aissata Ibrahim MAIGA en personne qui a annoncé la demission de son petit grand copain. J’allais mourir de rire, elle balbutait ne savais plus ce qu’elle disait elle était triste…. Mais qui sème le vent récolte la tempête.Elle a voulu jouer avec les perdants tant pis pour elle…. J ‘espère au moins qu’elle pourra un peu dormir et surtout qu’elle reviendra sur terre…. Peut être qu’elle démissionnera aussi. A moins qu’elle ne sache pas à qui donner sa démission?????? MDR Il ne fallait t’offrir à lui…..

    • Bintou Fané

      un peu de respect pour les gens s’il vous plaît. Verifiez vos informations vrai malien

    • Miniankaden

      Un « Vrai Malien » ne se laisse pas aller à de telles accusations sans preuve…elevez un peu le niveau des débats et évitons de fouiller dans les poubelles :evil: :cry:

      • Bougobalini

        D’ou est-ce que vous piochez ceci: »Un « Vrai Malien » ne se laisse pas aller à de telles accusations sans preuve… ». C’est faux et archi-faux. La merde dans laquelle nous sommes est due a moitie justement aux accusations sans preuves des maliens. En un mot le HASSIDIYA.

        Quelle honte!!!

      • Reaction_Mting_26mrs

        Et surtout ne pas fouiller dans les calissons

    • Reaction_Mting_26mrs

      faux malien