Billet : Des insuffisances pourtant objectives

3
Bruno D SEGBEDJI
Bruno D SEGBEDJI

Au moment où le point de non-retour  c’est-à-dire le démarrage de la campagne électorale, est franchi, certains partis politiques continuent de se complaire dans leurs insipides réclamations portant sur le report du scrutin du 28 juillet prochain. Le PARENA de Tiébilé Dramé va jusqu’à annoncer la saisine de la Cour constitutionnelle sur ses rodomontades qui semblent laisser tout le monde indifférent. Le MPR de Choguel Maïga aussi ne se fatigue pas de crier à gorge déployée que le scrutin décisif de sortie de crise doit être repoussé. Ainsi, les partis du bélier blanc et du tigre continuent de prêcher dans le désert quand leurs adversaires politiques ont lancé leurs machines électorales dimanche dernier à Mopti pour Soumaïla Cissé de l’URD, à Sikasso pour Dramane Dembélé de l’ADEMA, à Kayes avec Modibo Sidibé des FARE, au stade du 26 mars avec IBK du RPM et au stade Mamadou Konaté avec Moussa Mara du parti du changement.

 

 

Pour plusieurs observateurs et les principaux organes de gestion des élections, il faut résolument aller aux urnes le 28 juillet prochain. Et il faut souligner que les insuffisances que brandissent les adeptes du report sont celles qui doivent affecter tous les candidats, et non un d’entre eux en particulier. Les omis, les majeurs non inscrits sur le fichier électoral, le temps court pour la distribution des cartes NINA ne peuvent aucunement diminuer en particulier les chances des candidats Tiébilé Dramé ou Choguel Maïga ! Ces insuffisances sont dites “ objectives “, selon les experts électoraux. Nul ne pourra brandir ces aspects du processus électoral comme argument de contestation.

 

 

En outre, combien de fois le ministère de l’Administration territoriale, la CENI et la DGE doivent-ils rappeler à tous qu’ils sont ” matériellement et techniquement prêts ” pour la tenue du scrutin le 28 juillet ? Et le Directeur national de l’intérieur, Bassidi Coulibaly expliquait vendredi dernier sur l’ORTM le taux encourageant (de 40%pour la première semaine) de retrait des cartes NINA. On ne peut que conclure que ceux qui parlent d’ores et déjà de “chaos électoral ou de débâcle électoral “ sont simplement des oiseaux de mauvais augure dont le peuple doit se méfier. Quand on n’a pas eu le temps suffisant pour préparer une élection présidentielle, ce n’est la faute de personne pour se mettre à vociférer à la veille du scrutin…voyant le démon partout. De grâce !

 

 

Bruno Djito SEGBEDJI

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. il prendre en compte leur preoccupation(PARENA MPR)mais cette election doit se faire et le plus vite serait le mieux car le mali a besoin d’un souffle nouveau pour aller de l’avant.

  2. Ces maudits ne sont prêts à faire une concession, ils ne pensent qu’à venir, ils sont pressés, plus pressé que la musique !

  3. Bruno, laissez crier sur leurs propres toits, ils finiront par comprendre que le temps n’est plus au recul. Nous irons de l’avant pour cela, il faudra franchir la 1ere étape qu’est assurément l’élection du nouveau président de la République. La personne convenable,s’il plaît à Allah, est IBK.In challah, il fera le bonheur et l’honneur de ce pays. Nous prions Allah qu’Il nous protège tous.

Comments are closed.