Billet : Etat d’urgence et état de colère

79
Gouvernement : Les pendules à l’heure ?

Dans une maladresse inqualifiable dont il a le secret, le gouvernement malien a, au cours d’un conseil des ministres extraordinaire, décrété, le  22 décembre  dernier,  l’état d’urgence pour une période de 10 jours. Le hic ? Cette mesure coïncidait avec le Maouloud, où de nombreuses soirées religieuses étaient organisées.

Dès l’annonce  de la décision gouvernementale, ce fut un véritable tollé, voire une grosse colère au sein des milieux religieux de la capitale. En effet, la mesure  fut vite perçue comme  une manière subtile  du pouvoir d’interdire la célébration du Maouloud. Ce ne sont ni les explications  du gouvernement (fournies à la télé), encore moins les  démarches (dans les coulisses) du régime, qui  ont pu apaiser la colère des religieux dont certains se sont attaqués ouvertement au pouvoir et au président IBK. Puis, vint cette sortie musclée de Haidara qui pointa  carrément du doigt  le chef de l’Etat, accusé d’avoir voulu interdire le Maouloud. Ensuite, il y’a eu cette entrevue entre IBK et Haidara, autour de l’Etat d’urgence et du Maouloud.

Il semble que les deux hommes se sont compris. Mais, le plus étonnant dans cette  histoire, c’est que le leader religieux, après son entretien avec le président, a aussitôt  convié ses condisciples (les autres prêcheurs) pour rendre compte. Il est allé jusqu’à dire  que le chef de l’Etat  a présenté des excuses.

Et pour  arranger la chose (l’Etat d’urgence) et trouver un arrangement, l’Assemblée nationale a, le 30 décembre dernier, prolongé l’Etat d’urgence pour une période de 3 mois…

Comme quoi, le Mali d’aujourd’hui  est géré  de façon  maladroite, mais il est surtout géré au gré et aux humeurs de certains hommes qui en imposent à l’Etat. Où est donc l’autorité de l’Etat promise aux Maliens, lors de la campagne ?

Hamadi     

PARTAGER

79 COMMENTAIRES

  1. Certaines personnes dans ce pays se croient au dessus de la loi.
    Une disposition comme l’état d’urgence doit être respectée par tout ceux qui vivent sur notre sol car il s’agit de sécurité nationale.Si des individus refusent de le respecter,ils doivent être jugés et jetés en prison.

  2. A mon avis,l’État devait prendre toutes les dispositions pour faire connaitre aux chefs religieux le bien fondé de cette mesure.
    Mais maintenant que le mal est déjà fait,on doit passer à une large sensibilisation de la population afin d’éviter de tels désagréments.

  3. Un État d’urgence doit être expliqué par les journaliste pour être compris les populations.
    Mais quand ces journalistes sont manipulés par des opposants sans scrupules pour écrire des articles et dénoncer cet état d’urgence,que voulez vous que la population fasse?
    Moi je pense donc que les journalistes maliens sont à la base de cette désobéissance.

  4. Le Cheick Haïdara doit beaucoup faire attention à ce qu’il dit car un leader d’opinion ne doit pas parler n’importe comment.
    Il doit comprendre que tout ce qu’il prononce peut avoir d’une manière ou d’une autre des conséquences qu’il ne peut même pas imaginer.
    Alors,balle à terre…

  5. Il est important que les chefs religieux maliens connaissent leurs places au sein de notre société.
    Ils doivent beaucoup plus se concentrer sur leur rôle d’éducation de la population plutôt que de chercher à s’ingérer dans les affaires politiques.

  6. Nos guides spirituels doivent comprendre que dans ce pays chacun à son champ d’expression.
    Au risque de vouloir créer des problèmes dan ce pays,il feraient mieux de se concentrer sur leurs rôles de religieux qui leurs vont à merveille car la politique,ce n’est pas leur truc.

  7. A mon humble avis, le ministre a fait sa part belle dans la sensibilisation des populations quant aux bienfaits et au respect de l’état d’urgence décrété par le gouvernement. Maintenant, il nous revient population de jouer notre part de tâche tout simplement par le respect stricte de cette mesure. Il y va de notre propre sécurité.

  8. Moi, je pense qu’un bon citoyen, c’est celui qui respecte les règles et lois établies par les autorités. En effet, j’appelle mes concitoyens à respecter l’état d’urgence parce qu’en le faisant c’est participer aussi à sa façon dans la lutte contre le terrorisme qui gangrène notre société. En respectant cette mesure sécuritaire, c’est poser un acte citoyen.

  9. A mon humble avis, je pense que l’état d’urgence n’est décrété pour empêcher la festivité d’aucune fête, mais pour des mesures de sécurité. C’est en substance, des mesures pour prévenir d’éventuelles attaques terroristes dans cette période de fin d’année qu’elles ont été adoptées sans oublier que la menace terroriste plane sur notre pays et la sous région. Le civisme passe aussi par le respect de l’état d’urgence.

  10. Pour ma part, je pense qu’il y a lieu de respecter l’Etat d’urgence en vigueur car il y va de notre sécurité à tous. Que les journalistes arrêtent de toujours faire croire que c’était dans le but d’empêcher les fêtes passées.

  11. A mon avis, je pense que si l’Etat a décrété un état d’urgence jusqu’en fin Mars, c’est qu’il y a danger en la demeure. Car il vise la sécurité des biens et des personnes en cas d’une menace imminente. Et nous sommes sans ignorer que le pays est la cible constante de menace terroriste. Donc, le respect de celui-ci est essentiel et il y va de notre sécurité à tous.

  12. A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles dit-on. En effet, cette mesure sécuritaire a été décrétée dans la seule optique de prévenir d’éventuelles attaques terroristes sans oublier que nous somme toujours sous leur menace et non dans le but d’empêcher les festivités passées. Il faut que cela soit clair dans l’esprit de tous. Je pense que les journalistes feraient mieux d’appeler le peuple au respect de cet état d’urgence.

  13. La lutte anti terroriste est une lutte complexe et rude qui demande la coopération et la collaboration de tous. En effet, je demande à la population d’observation l’état d’urgence pour notre propre sécurité. Je pense que les journalistes devraient sensibiliser la population sur les biens fondés de cet état d’urgence au lieu nous de faire croire qu’il visait à empêcher les fêtes de fin d’année.

  14. Pour ma part, il faut le respect scrupuleux de cet état d’urgence par mesure de sécurité. J’appelle la population au stricte respect de cette mesure gouvernementale afin de prévenir toute menace. Car notre pays est toujours sous la menace terroriste.

  15. A mon sens, les journalistes devraient expliquer les bienfaits du respect de l’état d’urgence, au lieu de saboter. En le faisant, je pense que cela aiderait la population à comprendre le bien fondé de cette mesure. Et cette mesure ne vise pas à interdire les différentes fêtes passées comme l’indique ce journaleux.

  16. Je pense que dans le contexte actuel où nous sommes, l’état d’urgence a lieu d’être car notre pays est toujours exposé à la menace terroriste. Par conséquent, le respect de cette mesure est très important pour la prévention contre le terrorisme et la sécurité de tous.

  17. Bien que l’état d’urgence ne vise que notre sécurité et des personnes se plaisent à ne pas respecter cette mesure. Nous sommes en danger et nous ne devons pas donner des raisons à ceux qui veulent toujours crée débat inutile de le faire. Faisons violence sur nous pour aider les autorités à nous aider en nous sécurisant.

  18. Dans le cas où un danger public exceptionnel menace l’existence de la nation et est proclamé par un acte officiel ( comme l’attentat du Radisson). Il est autorisé que l’état d’urgence soit instauré. N’est-ce pas le cas quand on connait la situation sécuritaire du pays?
    Alors que ceux qui y voient d’autres interprétations arrêtent de nous distraire.

  19. Ce n’est pas avec la joie au cœur que le président de la république en accord avec le conseil des ministres décident d’instaurer l’état d’urgence dans le pays.
    La situation est critique et des mesures en vue de sécuriser la population s’imposent et évidemment c’est ce qui est fait.
    Merci au gouvernement et au président de la république.

  20. « l’État d’urgence peut être déclaré sur une partie ou sur toute l’étendue du territoire de la République du Mali, soit en cas de péril imminent, résultant d’atteintes graves à l’ordre public, soit en cas de menées subversives compromettant la sécurité intérieure, soit en cas d’évènements présentant, par leur nature et leur gravité, un caractère de calamité publique ».
    Donc ceux qui créent la polémique inutile doivent chercher d’autres justificatifs car la situation l’exige et c’est ce qui a été fait. Je félicite donc nos autorités pour cette mesure sage.

  21. “Je ne pense pas que l’état d’urgence puisse apporter un changement dans l’organisation du Maouloud 2015”.
    J’ai été surpris par cette parole et en même temps choqué car NORMALEMENT l’état d’urgence aurait du apporter un changement à l’organisation du Maouloud. Mais on se réjouit qu’il n’y ait pas eu de problèmes Le pays est confronté à des défis sécuritaires et pour éviter tout dérapages donc l’état prends des mesures. Même si nos leaders religieux n’ont pas voulus sursoir à leur désir d’organiser cette célébration ;ils auraient du approcher les autorités compétentes pour voir dans quelles mesures cette célébration puisse être encadrée.

  22. Les liens d’haïdara avec le président de la république ne lui donne aucunement le droit de violer l’état d’urgence qui a été instauré pour notre propre sécurité et ce n’est pas parce qu’il a des affinités avec le président de la république qu’il va se croire au dessus des lois. Il doit revoir sa copie car il commence à dérivé. A bon entendeur; salut!

  23. Je crois que nous devons faire attention à l’interprétation que nous faisons de cette affaire car nos journalistes sont de véritables manipulateurs de paroles et je ne pense pas qu’haïdara que nous connaissons tous puissent avoir des mots aussi aigus comme utilisé dans les différents articles que nous avons lu.
    Par ailleurs, si ces affirmations sont vérifiées je crois qu’il est sur la voie de perdre notre estime en tant que musulman d’abord mais en tant que citoyen de ce pays d’autre part.

  24. Moi je pense que si le fait de vouloir assurer la sécurité des populations et des potentiels participants à cette célébration du maouloud est un péché; nos autorités doivent le faire de plus en plus de façon récurrente.
    Je qui ne sont pas d’accord n’ont qu’a changer de pays!

  25. Le gouvernement n’a jamais tenté de saboter une quelconque manifestation. Qu’iHaïdara sache qu’au delà des sous qu’il peut se faire pendant cette célébration; la sécurité des uns et des autres priment.
    Les autorités ont demandé que la célébration puisse avoir lieu la journée mais cette proposition a été rejetée.

  26. Haïdara est un religieux que je respecte beaucoup mais sur ce coup; il a fait fausse route car en violant les consignes des gouvernants concernant cette célébration; il a violé la loi et on ne peut en aucun cas le soutenir.

  27. Ce n’est pas aujourd’hui, que les maliens ont commencés à fêter le Maouloud, ni hier. A mon humble avis, nos leaders religieux devraient éviter cette année les rassemblements enfin de ne pas mettre en danger la vie des maliens.

  28. Haidara dit du n’importe quoi les amis. un illétré au Mali ne connaissent rien à la matière Car il pense quand c’est comme ça on devient président. Arrêter de vous moquer du Mali

  29. Oui c’est vrai Incolore, il faut que le pays arrête avec ce système car c’est la honte pour notre pays. Surtout un pays en voie de développement a besoin des intellectuels. Le marabout et ses potions N’ont PLUS de PLACE DANS ici au Mali

  30. Nos leaders religieux doivent comprendre que nous sommes dans un moment sensible. Cette mesure vise à barrer ces malintentionnés de servir. Que Dieu nous sauve et heureusement pour nous tout est rentré en ordre

  31. L’état d’urgence c’est pour le bien du peuple malien donc nos guides religieux doivent comprendre cette situation en acceptant d’aménager leur programme dans la journée.

  32. Je pense que les guides devaient plutôt aviser les autorités avant de faire des programmes surtout que notre pays est menacé par des terroristes. Il faut savoir qu’ils s’attaquent au lieu de rassemblement pour fait de nombreux victimes.

  33. Les guides devaient comprendre que chaque situation a ses réalités. Ils doivent respecter cette mesure au risque d’exposer les fidèles. Cette fois nous pouvons rester à la maison pour implorer notre Dieu d’AMOUR.

  34. IL fallait célébrer le Maouloud dans la journée ce qui reduirait le taux de risque. Mais la nuit ils peuvent se camoufler facilement les fidèles pour accomplir leur sale besogne. Ce n’est pas une mesure contre l’Islam mais plutôt pour nous protéger

  35. Cette décision concernait l’ensemble du territoire cela y va de la sécurité des maliens et du MALI tout entier. Ce régime a hérité de cette crise et il tente tant bien que mal pour sortir ce pays de cette ornière.

  36. Le Mali a une armée républicaine et dévouée et qui ont reçu des équipements depuis l’avènement IBK. Nous souhaitons que se tendra sur toutes les autres forces afin de lutter efficacement contre ce fléau mondial.
    Mais vu le mode de fonctionnement de ces individus, il fallait donc instaurer l’état d’urgence. comme le dit un adage Vaut mieux prévenir que guérir

  37. Cela permet de contrôler plus les mouvements des personnes et de nos frontières.
    Il permet de contenir la situation en empêchant la population d’aller dans certaines zones jugées hostiles. Nous demandons la bonne compréhension de nos guides

  38. Cela permet contrôler les véhicules et les frontières dont tout ceci est possible par l’état d’urgence. Les forces de sécurité peuvent faire des perquisitions. Dans l’intérêt commun du peuple C’est vrai qu’il nous prive de certaines libertés mais d’ailleurs quelle liberté si nous ne vivons dans la psychose.

  39. Tout bon citoyen malien doit savoir que la finalité de l’état d’urgence n’est autre que notre survie ou notre bien-être. Donc il est important que nous respectons cette situation qui ne saurait durée. Je pense que c’était une incompréhension de la part du guide qui a finit par se ressaisir.

  40. Pour ceux qui ont dit que le chef d'Etat à présenter des excuses; le Chef d'Etat n'a pas présenté des excuses c'est Haïdara qui était partis chez le président et ses deux hommes se sont mis sur un même terrain d'entente voilà que tout est bien qui finit bien…
    En ce sens nous devons être fiers de nos leaders pour ce choix envers la réconciliation.

  41. Les effets aggravés de l’État d’urgence sont les pouvoirs expressément conférés aux autorités administratives par le décret proclamant l’État d’urgence. Ce qui signifie que sans cette attribution expresse, ces mesures ne peuvent être mises en œuvre par les autorités administratives. Le décret du 11 janvier 2013 (article 2) attribue ainsi aux autorités compétentes les pouvoirs d’ordonner en tous lieux des perquisitions de jour et de nuit ; de prononcer l’internement administratif des personnes dont l’activité présente un danger pour la sécurité publique ; de prendre toutes dispositions relatives au contrôle des correspondances postales, télégraphiques et téléphoniques ; et de muter ou suspendre tout fonctionnaire ou agent de l’État, des collectivités locales, des établissements publics dont l’activité s’avère dangereuse pour la sécurité publique.
    Nous sommes avec les décisions de notre gouvernement dans le décret de l’Etat d’Urgence.

  42. INTERDICTION A TITRE GENERAL OU PARTICULIER.
    la lecture de la loi de 1987, on peut opérer une distinction entre les effets normaux et les effets aggravés. Les effets dits normaux sont les extensions de pouvoirs qui se réalisent de plein droit, sans autre précision du décret déclarant l’État d’urgence. Aussi, dès la proclamation de l’État d’urgence les autorités administratives compétentes peuvent prendre les mesures telles que la réglementation ou l’interdiction de la circulation des personnes, des véhicules ou des biens dans certains lieux et à certaines heures ; l’institution de zones de sécurité où le séjour des personnes est réglementé ou interdit ; l’interdiction du séjour dans tout ou partie d’une ou de plusieurs circonscriptions à toute personne cherchant à entraver l’action des pouvoirs publics ; l’interdiction à titre général ou particulier, de tous cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique. Il peut aussi y avoir l’institution, aux abords des frontières terrestres ou autour des aéroports, de zones de sécurité ; l’assignation à résidence de toute personne dont l’activité s’avère dangereuse pour la sécurité et l’ordre public ; la fermeture provisoire de lieux publics tels que salles de spectacle, débits de boissons, lieux de réunion et de culte ; l’interdiction, à titre général ou particulier, de réunions publiques ou privées susceptibles de provoquer ou d’entretenir le désordre ; la possibilité de procéder à la recherche et à l’enlèvement des armes et munitions ainsi que des explosifs et tous engins meurtriers ou incendiaires ; des stations radiophoniques privées d’émission ou de réception autres que les postes récepteurs de radiodiffusion ou de télévision ; l’interdiction, à titre général ou particulier, de la circulation des aéronefs civils sur tout ou partie du territoire.
    Que Dieu bénis le Mali…

  43. L’une des principales conséquences de l’institution de l’État d’urgence est la restriction des libertés pour vivre libre. L’institution de l’État d’urgence vise à permettre la prise de mesures qui n’auraient pas été légalement possibles en temps normal pour pouvoir affronter et faire cesser un danger grave qui menace le pays dans sa sécurité ou même son existence. C’est pourquoi, l’État d’urgence produit deux effets essentiels. Le premier est d’accroître les pouvoirs de police au profit des autorités administratives civiles. Dans l’État de siège, régime voisin de l’État d’urgence, cette extension de pouvoirs a lieu au profit de l’autorité militaire. Le second, qui est le corollaire du premier, est d’apporter d’importantes restrictions à l’exercice des libertés publiques.

  44. la situation qui prévaut dans notre pays depuis 2012, marquée notamment par la présence des groupes terroristes armés, nationaux et étrangers, représente à la fois un péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public et des menées subversives compromettant la sécurité intérieure.
    Le Mali est en face des menaces de ses détracteurs, l’Etat d’urgence intervient dans un sens de sauver des vies maliens.

  45. Le Mali est en face de certaine menace qui nous impose le décret de l’Etat d’urgence.
    La loi malienne détermine les circonstances pouvant conduire à la proclamation de l’État d’urgence. En effet, aux termes de la loi du 10 août 1987 relative à l’État de siège et à l’État d’urgence, l’État d’urgence peut être déclaré sur une partie ou sur toute l’étendue du territoire de la République du Mali, soit en cas de péril imminent, résultant d’atteintes graves à l’ordre public, soit en cas de menées subversives compromettant la sécurité intérieure, soit en cas d’évènements présentant, par leur nature et leur gravité, un caractère de calamité publique.

  46. Par rapport aux conditions de proclamation de l’État d’urgence, ni la Constitution ni la loi ne contient de définition de l’État d’urgence. En fait, l’État d’urgence, comme l’État de siège, est un État d’exception ou État de crise dont la proclamation a pour effet de renforcer les pouvoirs de police des autorités administratives et de restreindre les libertés publiques en vue de faire face à un danger exceptionnel qui menace l’existence de la Nation. Il s’agit, en somme, de donner à l’État les moyens juridiques destinés à assurer sa sauvegarde, voire sa survie. L’Etat d’urgence est à soutenir…

  47. Nous sommes conscient que le décret de cet Etat d’Urgence est pour le bien des maliens, pour cela nous remercions le président de la république pour son souci envers le peuple maliens et tous les autres cadre du pays pour leurs accompagnement que Dieu bénis le Mali.

  48. la législation en vigueur demeure valable dans la mesure où elle n’est pas contraire à la présente Constitution et où elle n’est pas l’objet d’une abrogation expresse, la législation de notre pays en matière d’État d’urgence, sur bien des aspects, a besoin d’être révisée pour être adaptée à un contexte qui a considérablement évolué.
    L’Etat d’urgence est le bienvenu pour la sécurisation des populations de ce pays.

  49. L’Etat d’urgence intervient dans un intérêt de protéger les maliens. l’État d’urgence fait l’objet des articles 49 et 72 de la Constitution du 25 février 1992. La disposition était prévue par la Constitution du 2 juin 1974 en son article 51. C’est sur le fondement de cet article 51 que sont intervenus la loi N°87-49/AN-RM du 10 août 1987 relative à l’État de siège et à l’État d’urgence et son décret d’application N° 247/PG-RM du 28 septembre 1987. La loi du 10 août 1987 a abrogé l’ordonnance N°35/PC-G du 23 mars 1959 portant loi organique sur l’État d’urgence.

  50. En ce moment actuel, nous devons rester vigilants à ne pas créer des situations embarrassantes. Le gouvernement malien n’a jamais empêché qui que ce soit de fêter le Maouloud jusqu’aujourd’hui. A mon avis ces leaders religieux ne devraient pas violer la loi.

  51. Les rassemblements pouvaient causer d’énormes problèmes à notre pays en cette période. Nous ne sommes pas censés niés les attaques terroristes qui animent notre pays ces derniers temps. Ces mesures entrepris par le gouvernement vise à prévenir surtout protéger son peuple.

  52. Les leaders religieux ont toujours fêtés comme bon leur semble dans ce pays. Mais cette fois ci les choses sont bien différentes par rapport aux autres années. Ces leaders ne devraient en aucun cas prendre des risques en tenant des rassemblements.

  53. Le Mali est un pays démocratique et laïc, en ce sens les chrétiens, les musulmans ainsi que d’autres sont libres de manifester leurs cultes comme il le faut. D’ailleurs, cela fut toujours le cas dans notre pays. Par contre, cette décision gouvernementale, c’est-à-dire l’Etat d’urgence est circonstanciel vus la présence des djihadistes dans notre pays.

  54. Nos autorités n’ont jamais fait état d’une telle décision, s’ils l’ont fait aujourd’hui c’est pour nous protéger. Tous les maliens doivent respecter ce décret, c’est un moyen non seulement de contribuer au maintien de la sécurité mais aussi de sauver des vies.

  55. Ce n’est pas aujourd’hui, que les maliens ont commencés à fêter le Maouloud, ni hier. A mon humble avis, nos leaders religieux devraient éviter cette année les rassemblements enfin de ne pas mettre en danger la vie des maliens.

  56. Je sais à quel point cela devrait être difficile pour ces leaders et leurs fidèles de ne pas se retrouver dans un rassemblement cette année. Ce qu’il faut comprendre surtout est que ces manifestations pouvaient engendrer une situation délicate dans notre pays. Le mieux était de les éviter à tout prix.

  57. Le gouvernement n’avait pas pour intention d’interdire le Maouloud, le gouvernement malien a simplement voulu prendre des dispositions qui pourront protéger sa population pendant le fêtes de Maouloud à travers tout le pays. Les autorités malienne avaient pour but de préserver la population contre les attaques terroristes.

  58. Si nous voulons un gouvernement transparente et cohérente, nous devons commencer à être correct nous le peuple d’abord. Ce que ces leaders religieux ont fait est inacceptable, je suis tout autant musulman comme eux. Mais le Mali est dans une situation assez pénible pour des évènements pareils.

  59. Le Mali est dans une phase délicate et fragile, nous devons beaucoup d’estime à cette décision de nos autorités. Si je me rappelle bien, ils n’ont jamais été contre le Maouloud, alors pourquoi les contredire en cette période d’insécurité ?????

  60. Le guide Haidara doit cesser de susciter des scandales dans le pays. Le Mali traverse déjà une situation assez difficile pour en ajouter plus. D’ores et déjà il a violé l’Etat d’urgence, ne se reste que cela, il n’a pas le droit de critiquer le gouvernement.

  61. Ce n’est pas a cause parce que le gouvernement a voulu protéger sa population contre les menaces terroristes qui planent toujours et surtout en ces temps ci, que Haïdara va se plaindre autant. Tout le monde sait que les Maouloud sont l’une des occasions les plus propices aux leaders religieux pour ce remplir les poches. Le gouvernement veut seulement protéger sa population.

  62. Je pense que les religieux doivent un peu se calmer sinon les choses ne sont pas comme ils le prétendent. Si le gouvernement voulait empêcher ou saboter le Maouloud les choses ne serait pas ainsi. Il faut savoir que le gouvernement ne tient pas de bras de fer avec Haïdara. Les religieux doivent d’abord collaborer avec les autorités au lieux de s’emporter.

  63. L’état d’urgence n’a pas été décrété pour interdire la célébration de la fête de fin d’année et le baptême du prophète Mohamed (PSL) mais pour prendre des précautions contre les terroristes qui aiment les rassemblements. Nous devons comprendre que c’est pour la sécurité de la nation et des citoyens que le gouvernement a prorogé cette situation d’état d’urgence.

  64. Vraiment si le gouvernement voulait saboter ou interdire le maouloud les choses aurait été différentes, car le gouvernement dispose plus ou moins des moyens pour le faire. Mas loin de là, le gouvernement protège sa population contre le terrorisme.

  65. Le gouvernement n’a pas voulu interdire le Maouloud, mais le gouvernement a voulu purement et simplement protéger sa population face aux nombreuses menaces qui planent actuellement sur le territoire malien. Le gouvernement n’a absolument rien contre les activités du Maouloud mais c’est la situation qui oblige. 💡 💡 💡

  66. Vraiment si le gouvernement voulait saboter ou interdire le maouloud les choses aurait été différentes, car le gouvernement dispose plus ou moins des moyens pour le faire. Mais loin de là le gouvernement protège sa population contre le terrorisme.

  67. Je pense que le journaliste veux jeter de l’huile sur le feu, ce article est rediger le seul but d’inciter à la haine et faire à l’opinion nationale des balivernes. Le pays n’a point besoin de cela tout est bien qui finit bien, lors d’une rencontre entre le président IBK et le guide Haïdara le courant à bien passé et les chose sont rentré dans l’ordre.

  68. Le gouvernement a prorogé l’état d’urgence pas pour empêcher ou priver les musulmans et les jeunes fêter leur fête. C’est parce que la situation actuelle du pays et de la sous-région nous interpelle et que des précautions doivent être prives pour prévenir des risques et contrecarrer certaines attaques possibles.

  69. Le fameux guide des Ançardine se croit à la hauteur du président de la république. Il a fait savoir à ses disciples comme quoi que c’est le chef de l’État lui ait demandé pardon pour avoir décrété l’état d’urgence à l’approche de la fête de Maouloud. Ce qui est faux. 😆 😆 😛 😛 😛

  70. Ce n’est pas parce que le gouvernement a voulu protéger sa population contre les menaces terroristes qui planent toujours et surtout en ces temps ci que Haïdara va se plaindre autant. Tout le monde sait que les Maouloud est l’une des occasions les plus propices aux leaders religieux pour ce remplir les poches. Le gouvernement veut seulement protéger de population.

  71. Je pense que le prêcheur a dépasser les bornes, le gouvernement veut seulement protéger sa population, si la fête est important aux yeux religieux, la protection de la population est le travail primordiale du gouvernement malien. Haïdara se considère comme le centre du monde, si tel le cas est andouille dans l’erreur.

  72. Haïdara croit que la religion et la politique sont les mêmes. Mais il se trompe gravement. Ce n’est pas parce qu’on a des fans sur le plan religieux qu’on peut facilement gagner la présidence. Non il se trompe.

  73. Cela fait plus de cent ans que le Maouloud est fêté par certains musulmans dans le pays. Mais les autorités n’ont pas une seule fois essayé d’interdire cette fête. Donc ce n’est pas parce que la situation sécuritaire de notre pays n’a pas laissé le choix aux autorités de décréter l’état d’urgence que le Chérif peut se permettre de dire que les autorités voulaient interdire le Maouloud.

  74. Si l’Etat voulait interdire la célébration de la fête de Maouloud, il pouvait et allait le faire. Haïdara sait qu’il s’est montré un peu malfaiteur en violant le décret pris en conseil des ministres pour restreindre certaines libertés, il s’agit de l’état d’urgence. Cela n’a rien à voir avec une quelconque interdiction de la célébration de Maouloud dans ce pays.

  75. L’Etat a toujours respecté les religieux et il continuera de la faire. Seulement que peu de religieux en général, et musulmans en particuliers comprennent le sens de l’Etat. Le Mali n’est pas un Etat islamique et les autorités ont fait ce qu’elles devraient faire. C’est de leur devoir d’assurer la sécurité des personnes et de leur bien. Et le décret instituant l’état d’urgence s’inscrit dans ce cadre.

  76. Nous savons tous maintenant ce que réellement chérif Ousmane Madani Haïdara. Donc après toutes ces années, il était en train et continue de préparer ce jour. Le jour où un imam sera président dans ce pays, comme il l’a dit. Mais je sais quand même que le domaine de la religion ne doit pas être confondu avec celui de la politique.

  77. Haïdara est certainement en train de préparer les élections présidentielles à venir. Mais il oublie que la religion et la politique sont deux choses diamétralement différentes et non complémentaires.

  78. Jamais un imam ne sera président de ce pays. Les imams ne doivent pas se donner à la politique pour ne pas se décrédibiliser et faillir à leur mission pour de bon. Un imam, si c’est pour aider son pays, peut rester dans son domaine et faire de son mieux pour sa nation.

  79. Haïdara a mal compris le fonctionnement d’un Etat. L’état d’urgence n’avait aucun caractère voulant interdire quoi que ce soit aux musulmans au titre de la fête du Maouloud. C’est pour des raisons de sécurité que le gouvernement a pris la décision d’instaurer l’état d’urgence.

Comments are closed.