Boite aux idées : Limiter l’âge à l’importation des véhicules \” au revoir la France \”

0
1





Telle une maladie chronique inguérissable, la circulation dans le district de Bamako n’en finit pas d’étaler ses innombrables incontinences à ses nombreux usagers qui se demandent encore par quel miracle, ils pourront circuler sans accroc sur les larges boulevards de la capitale.

En effet, malgré la construction du troisième pont, de l’échangeur multiple et la réhabilitation d’autres voies très fréquentées, les embouteillages et autres désagréments ne finissent toujours pas.

Il suffit de faire un tour en ville pour s’en rendre compte. Surtout à l’entrée et à la sortie du centre ville.

Après analyse, il s’avère que le nombre très élevé de véhicules en circulation a occasionné une saturation de l’espace public prévu pour la circulation.

C’est-à-dire que, l’équilibre entre le nombre de véhicules en circulation et l’infrastructure routière disponible est rompu.

De cette situation, deux constats n’échappent pas à notre remarque : l’état de vétusté de certains véhicules et les nuisances dont ils sont responsables (pollutions, accidents…). Ce qui pose le problème de la limitation de l’âge des véhicules en circulation au Mali, afin de fluidifier la circulation et réduire les pertes en vie humaine sur nos routes.

Nos pouvoirs publics se doivent de légiférer sur ce délicat problème qu’est la limitation de l’âge des véhicules importés dans notre pays.

Ce constat est suffisamment alarmant pour que nos agents de la police chargés de la circulation routière soient d’avantages responsabilisés sur le respect scrupuleux des normes techniques en vigueur de tous les types de véhicules en circulation.

Mieux, la nouvelle usine de montage de véhicules de marque Hyundai dont l’inauguration est pour bientôt, va jouer un rôle prépondérant dans le renouvellement du parc automobile de notre pays. Car cela sera l’occasion pour la classe moyenne malienne y d’acquérir des véhicules neufs, si les conditions financières sont avantageuses, ou si le paiement à l’achat est échelonné sur plusieurs mois.

Cette initiative est une aubaine pour le Mali pour enfin voir nos routes débarrassées de ces carcasses roulantes qui tuent et polluent notre environnement. Ce projet mérite vraiment l’encouragement de tous les Maliens. Alors soutenons-le de toutes nos forces.

Habib BALLO

Communicateur au Banconi

76 01 82 82

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.