Chronique du vendredi : Le Mali est sur nos lèvres, pas dans nos cœurs

82 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Techniquement, le gouvernement de large ouverture  est là. Il a pris plus de temps que prévu et il a fallu sortir des délais de la Cedeao. Ce ne pouvait être un grand deal ni pour Dioncounda Traoré ni pour les chefs d’Etat de la sous-région. Pour eux tous, c’était d’abord la stabilité du Mali qui comptait parce que  hautement inflammable depuis janvier, notre pays peut autant imploser que faire exploser le voisinage et au-delà.

Le Grand Frère, Adam Thiam

Par son président de commission, la Cedeao a pris acte de la formation du gouvernement et s’il ne l’a pas désavoué, il ne l’a pas adoubé. Le communiqué très laconique à son sujet exhorte juste l’attelage à se mettre incessamment au travail. Les autres parties n’ont pas encore été entendues et nul doute qu’elles le seront. Il s’agit des Nations unies, de l’Union africaine, de l’Union Européenne, de l’administration Obama, entre autres, qui avaient le plus pressé pour un gouvernement plus consensuel et plus représentatif des forces vives.

L’attelage formé a tenu son premier conseil de cabinet jeudi avec  trente deux membres dont le dernier en attendant peut-être le prochain a été nommé hier. Une équipe plus resserrée était-elle possible ? Elle était non seulement possible et souhaitable. Pour l’efficience d’abord au nom de laquelle il a été évité d’alourdir les objectifs de la transition. Et pour l’économie ensuite le pays tirant la langue justement en raison de la suspension de l’aide internationale et la fierté ne pouvant être le paiement à temps échu des salaires pour moins de cent mille fonctionnaires mais le retour d’une dynamique de développement encore très dépendante de l’extérieur. C’est pourtant une arche de Noé qu’il y eut à la place de l’équipe de rédemption dont a besoin tout pays grabataire. Peu importe les explications, la preuve est faite que le Mali est beaucoup sur nos lèvres mais très peu dans nos cœurs.

Face à un paysannat  en sueur, à des opérateurs économiques qui se plient en quatre pour approvisionner le pays, puis de payer les taxes qui sont la principale source de nos revenus en ce moment, et face à des amis sincères désireux de nous tendre la perche, l’austérité devait être la norme. Elle ne se mesure pas à la renonciation au salaire ministériel mais à chaque économie possible pour améliorer les conditions de vie des troupes. Parce qu’au fond, le 22 mars livre également et surtout la chronique du soldat insurgé contre ce que la nation lui offre en retour de ce qu’elle lui donne. On ne doit pas l’oublier et le diluer dans le procès manichéiste des  périodes de crises. On ne doit surtout pas oublier, une fois les passions apaisées, qu’autant que sur de bonnes élections, sur des institutions solides et des citoyens informés pas intoxiqués,  la démocratie repose sur une armée républicaine. Aux Usa, en Birmanie comme ici.

Or la République ne doit pas être sur nos lèvres mais dans nos cœurs. A cet égard, l’un des plus grands défis de la transition sera de ne pas achever le grand blessé qu’est désormais le Mali. Car si nous nous sommes plaints par le passé, nous démontrons depuis quelques jours que nous pouvons aller encore plus bas. Nous pouvons nommer six ministres avec le même patronyme. Nous pouvons laisser penser que la morale publique et la compétence sont les derniers de nos soucis. Nous pouvons même tuer ce qui nous reste de normes administratives et de décence politique. Au profit de la fuite en avant et de la démesure. Le Mali est sur nos lèvres mais pas dans nos cœurs. Et on le verra bientôt avec toutes les décompositions attendues : la Copam, le Fdr, la Csm, les partis et toutes les institutions.

Adam Thiam

SOURCE:  du   24 août 2012.    

82 Réactions à Chronique du vendredi : Le Mali est sur nos lèvres, pas dans nos cœurs

  1. dahico

    Moi, j’apprecie cet article a juste titre.Un article revocateur et qui vraiment la racine du probleme malien. En toute sincerite le MALI EST SUR LES LEVRES DEGOULINENTES de pas mal d’apatrides et non dans leurs COEURS. Comment pouvons-nous comprendre qu’il pouvait avoir plus de 800 CV pour devenir ministre si ce n’est pas penser a soi-meme rien qu’a soi-meme? Helas!!! Le pays est coupe en deux donc songe aux citoyens qui sont pris en otage dans le septentrion. Ils faisaient de nomminations arbitraires et meme des repris de justice sans moralite ni dignite etaient nommes dans l’ancien regime et personne ne disait mot. Maintenant nous entendons des bourdonnements partout parcequ’ils n’ont pas ete retenus.

  2. Komotigui

    Thiam ,tu es entrain de tomber bas.Ne tombe pas dans le pessimisme !

  3. monsieur Thiam merci de cette maniére claire et sans ambiguité de demontrer que c’est qui nous manque réellement est plus l’amour pour notre Pays qu’est le Mali que tour de passe passe .il est certain que le gouvernement est trop dans la situation actuelle du pays mais puisque se fait il faudra qu’il reussisse .j’appal la nation Malienne à se réveiller car jusqu’au la nation n’est pas réveiller sinon la situation est moins dificile qu’elle ne parait

  4. Bravo M THIAM pour cet execellent article. Helas ! que faire M. THIAM pourque les maliens puissent comprendre la patrie , le pays. Encore Merci M THIAN comme quelqu’un l’a dit comment ouvrir les yeux d’un aveugle.

  5. ivoirien

    même les yéréwoloton mali est sur leur lèvres aussi ??!! :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

  6. Bandes d’ignorants et de naïfs! Vous nous avez fait perdre notre temps en croyant aux voeux pieux de la »Communauté internationale » sur la nécessité de mettre en place un Gouvernement d’Union Nationale au Mali. Ces gens ne nous ont jamais aimés. l’homme blanc fait son calcul et les suivistes négros ne font que les obéir aveuglement. Pourquoi se plaint-on aujourd’hui d’un gouvernement de 31+++++++minitres. Ne pourrions-nous pas tout simplement nous contenter de ceux qui étaient déjà en place et qui sont aussi des maliens comme nous?
    Continuez à criez et à dénoncer; le temps ne va jamais s’arrêter et c’est nous qui ramasserons toujours les peaux cassées.
    A bon entendeur, salut!

    • Bonjour Diakité et merci pour ta vision juste.En ce qui concerne depuis cette histoire de gouvernement d’union nationale imposé par la communauté internationale avec l’aide de certains apatrides,j’ai su ce jour que nous allons droit au mur avec la complicité de nos ennemis intérieurs qu’extérieurs car je sais que l’Africain a la mémoire courte mais qui avait formé le premier gouvernement de CMD avec les pleins pouvoirs?Comme hier je me souviens que c’est la CEDEAO et même certains présidents qui composent cette CEDEAO ont même du zèle en plaçant certains de leurs hommes comme ministres.Même pas 3 mois après,ces mêmes de la communauté internationale se dédient en nous disant que non non non,ce gouvernement 1 de CMD n’est pas représentatif et il faut un gouvernement d’union nationale et il faut faire vite sinon nous allons vous sanctionner,exactement lorsqu’on met un pays sous tutelle.
      Mais c’est quoi un gouvernement d’union nationale?Je ne suis pas intellectuel mais c’est un gouvernement où il y a du tout,à savoir les tout partis politiques,les ethnies,la société civile etc…alors il n’y aura pas à crier scandale si nous trouvons avec 200 ministres.
      Pour ma part,on aurait dû procéder autrement si nous étions intelligents et consciencieux en créant un gouvernement très resserré même pas 15 membres parceque nous sommes en situation de guerre et avec des hommes de conviction pour aller au front pour la libération totale du pays.
      Après quand le pays sera totalement libéré,nous pouvons maintenant nous mettre à respirer avec un autre gouvernement qui sera d’union nationale avec pour job principal l’organisation des futurs élections et cela passe par le recensement de la population et la confection d’un fichier électoral biométrique mais voilà qu’on met les charrues avant les boeufs avec ce machin de gouvernement d’union nationale où on a des personnes qui n’ont pas les mêmes sensibilités politiques ni les mêmes approches et même là d’autres expriment leur mécontentement de pas faire partie de ce gouvernement déjà pléthorique.Comment voulez-vous que ça quand ce sont les intérêts individuels qui priment sur les intérêts nationaux du pays?
      En conclusion,nous Maliens nous avons une grande part de responsablités mais reconnaissons aussi la communauté internationale ne vous veut pas du bien.Les autorités dû rejeter cette histoire de gouvernement fourre-tout qui court à l’échec.Dommage

    • asterix

      Diakité ,je suis certain maintenant que tu es un vrai malien : chaque mer.de qui vous arrive c’est toujours de la faute des autres !!!!

      • Le Malien

        Il faut bien lire il ne dit pas la faute aux autres seulement. Merci Diakite Mafi pour votre bonne refexion. J’ai ecoute THIAM sur Africable et lire sont article je trouve que ce Mr Thiam aussi n;est pas un journaliste neutre ( Il defend un cote pas l’ensemnble du Mali). Il commence a resembler beaucoup a Tiegoune Boubeye Maiga. Je trouve que c’est grave car je le trouvais l’un des rares journalistes Intellectuel qui a des ecris sur Maliweb.

  7. Merci et bonjour THIAM

    Rien que pour le titre, je te tire mon chapeau. A vrai dire le problème du mali n’est pas dans nos coeurs. Nous pensons plutot à nos gros ventres et aux promotions qui grâce à ce problème malien d’autres auront des postes juteux. Ces nommés du gouvernement nouveau n’ont pas le problème malien dans leurs coeurs. C’EST VRAIMENT DOMMAGE »
    Pendant que la population du nord subit un calvaire, d’autres ne pensent à bamako qu’à des promotions. Donc qu’ils laissent les rebelles venir juqu’à Bamako et on verra. BRAVO THIAM tu es bon que ALLAH TE BENISSE

  8. asterix

    Bravo Thiam pour cet excellent article pleinde justesse . Mais comment ouvrir les yeux d’un aveugle ? Malheureusement Thiam ,tu n’es pas Jésus et tu ne fais pas de miracles :!: :!:

    • Mais finallement vous les journalistes on ne vous comprend plus.Je pense qu’il est temps de vehiculer la bonne information au lieu de jetter de l’huile sur du feu.Ton anayse me fait croire qu’il n’ya pas eu d’avancer malgré le retour du président,la mise en place du gouverment d’union,l’apaisement du climat social a Bamako.Donc vraiment laissons les verbillages de coté et préservons les acquits minime soit-ils et proposons concrètement les solutions à l’expertses du gouvernement tout en rassurant le peuple et l’opinion internationale que le Mali est sur la bonne voie.Sinons au pire des cas même vous les pessimistes ne seront pas épargnés.Certes tout n’est exempte de critique mais force est de reconnaître que la population Malienne dans sa majorité a fait montre de preuve de maturité et de dicernement dans les prises de positions dans le seul intérêt de la sauvegarde de la republique et du tissus social.Sur ceux dit nous concrètement quel ta solution par rapport à la situation qui prévaut?