Chronique du vendredi : Le président et le temps du sursaut

30
Chronique du vendredi : Le président et le temps du sursaut
Adam Thiam chroniqueur et éditorialiste du Républicain

Ce 4 septembre Ibrahim Boubacar Keita fêtera l’anniversaire de son investiture en tant que troisième président démocratiquement élu de notre pays depuis la date-rupture du 26 mars 1991. Deux semaines plus tard, il pouvait s’enorgueillir de recevoir au Stade du même nom une bonne dizaine de leaders dont le Roi du Maroc, les présidents de France, du Tchad et de Tunisie, pour parler des « non-régionaux ». Un événement historique à la dimension du score -77%- qui a porté le candidat Ibk à la tête du pays, et cerise sur le gâteau, après la visite de son rival malheureux Soumaila Cissé, venu féliciter le vainqueur  jusqu’à la résidence de celui-ci. Un an plus tard, ce serait un mensonge criminel si les rapports qui lui sont faits, le donnaient encore pour le chouchou du pays, du moins de la capitale.

 

LES LIGNES ONT BOUGE hélas dans le sens qu’aucun patriote sincère ne saurait souhaiter. Parce que le pays tentait de se relever : il n’était pas encore debout ; parce que même si le 4 septembre 2013 envoyait le signal d’un pays sur le retour, le Mali restait convalescent ; parce que même si le jargon des résolutions insistait sur la souveraineté et l’intégrité nationales, la solidarité sans précédent qui a sauvé le Mali impliquait une forme de résidence surveillée. Et heureusement ! Car, en même temps que d’un contrôle citoyen velléitaire,  nos malheurs en 2012 résultaient d’une gouvernance à l’égard de laquelle nos partenaires, à force de vouloir une « success story » les consolant des désastres vécus ailleurs, se seront montrés condescendants. Sans doute, le président Keita qui  a normalement les plus larges oreilles du pays, ne se fait plus aucune illusion lui-même.  L’état de grâce est bien fini et fini depuis plusieurs mois déjà. Il n’y a pas à s’en réjouir pour la bonne et sérieuse raison que le pays est en train de reconstruire son processus démocratique et que les réussites du président sont celles de tout le pays. Mais la réalité est implacable : nos partenaires  fulminent ; le trésor public est sous extrême tension ;  les travailleurs grognent ;  les opérateurs économiques s’indignent ; malgré les pourparlers en cours, le Nord où, ironiquement, l’Etat a encore plus reculé depuis le 21 mai dernier, n’est pas encore réglé.  D’ailleurs, un fait résume toute la détresse : que ce soit le chef de l’Etat lui-même qui va au charbon sur le dossier de l’Untm, et ce,  après la grève d’avertissement bien suivie de ce  syndicat.

 

QU’ARRIVE T-IL DONC AU PRESIDENT ? Rien d’autre que l’obsession des « hassidi » et autres prophètes de malheurs à noircir un bilan honorable ?  Dans un pays où personne n’aime l’autre, il ne faut pas se faire d’illusions : certains souhaitent au président d’échouer sur toute la ligne. Mais les clameurs qui s’entendent et auxquelles il sied de prêter attention, viennent, en grande partie, du peuple qui l’a plébiscité, voici un an. Et elles naissent des décalages entre la demande et l’offre,  le discours et la réalité, les chantiers et les compétences, la gouvernance et le changement. Deux exemples : le président a dit le 22 septembre qu’il est hors de question qu’on vienne lui parler de fraude ou de fuite aux examens. Jamais on a n’en a autant parlé qu’en 2014. Dans sa lettre de cadrage à son second Premier ministre, il a instruit la conception et la présentation, dans les plus brefs délais, du Plan du Mali émergent. On ne l’a toujours pas, or rien ne mobilise autant un peuple que les grands projets. L’an 2 de  l’investiture frappe à la porte. Ibrahim Boubacar Keita doit avoir appris des erreurs de l’an 1. Avec l’humilité qu’il convient et de la manière qu’il a présenté ses excuses émues à ses collaborateurs à l’occasion de l’Aid el Fitr, il a l’opportunité d’un échange franc et remobilisant avec  son peuple et nos partenaires. Et de s’assurer que c’est bien fini le temps des faux gourous, des conseillers toxiques, des compétences douteuses. En somme, le temps du sursaut et ce pays en est bien capable.

Adam Thiam

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

30 COMMENTAIRES

  1. C'est un membre du MNLA qui veut aller chez ses maîtres. Qu'il crève labas. Et toi Sekou Kyassou Diallo, arrêtes ta naiveté, tu ne connais pas ce mec qui est un ennemi du Mali

  2. Pour ceux qui souhaitent contribuer via WESTERN UNION, envoyez:

    Nom: Assadek.
    Prénom : Aboubacrine.
    République du Mali.
    La question : xxxxxxxxxxx
    La réponse :xxxxxxxxxxxxxxxxx
    La somme :xxxxxxxxxxxxxxxx
    N’oubliez pas de communiquer après le numéro du transfert au Professeur, soit par téléphone, soit IN BOX sur Facebook.

    Merci à toutes et à tous !

  3. URGENT !!!!

    Chers amis, avis ! DONNONS ESPOIR A NOTRE ASSADECK NATIONAL !!!!

    S.O.S !!! Veuillez partager et diffuser largement ce message sur tous les réseaux sociaux et sur tous les sites maliens. Voici les coordonnées pour apporter de l’aide au Professeur.

    Solidarité pour le Professeur ! Un tout petit geste peut sauver tout une vie !!!

    1. / Vu l’urgence de l’Etat de santé du Professeur, ceux qui sont à Bamako et qui souhaitent lui apporter une contribution peuvent la faire sur son numéro de téléphone mobile ORANGE MONEY : +223 764 34 964.

    2. / Ceux qui sont hors du Mali, voici les coordonnées nécessaires pour aider le Professeur :
    Dr Elmehdy Ag Hamahady, Banque Postal IBAN FR06 1001 1000 2012 0469 1461 R33/ BIC: PSSTFRPPCNE
    aghmhdye@gmail.com
    0033619613662
    Paris, France.

    3. / Le numéro de compte en Belgique pour venir en aide à notre cher et ami Aboubacrine Assadeck Ag Hamahady est le suivant:
    IBAN: BE42 0017 3555 8554
    BIC: GEBABEBB
    Compte ouvert en Belgique au nom de Monsieur Coulibaly.
    Très important: Pour la communication " SOLIDARITE ASSADECK SCOLIOSE".
    Page Facebook de Mr Coulibaly https://www.facebook.com/mahamoudou.coulibaly.3?fref=ts
    L’urgence presse ! Merci d’avance à tous et à toutes !!!

  4. Et de s’assurer que c’est bien fini le temps des faux gourous, des conseillers toxiques, des compétences douteuses. En somme, le temps du sursaut et ce pays en est bien capable.

    Monsieur THIAM, après une présence continue au sommet de l’État pendant près de vingt ans, Ladji Kabako est son propre vrai conseiller. C’est donc une excuse facile de faire porter le chapeau d’une gestion calamiteuse par un soi-disant “entourage”. Pour exemple montrant que Ladji est le seul et vrai commandant du bateau, il avoua à JA que le PM OTL serait à l’origine de la nomination de certains de ses proches dans son premier gouvernement. Et pourtant, OTL est parti et lesdits proches sont toujours là. Et mieux, OTL a réclamé des changements de comportement (selon sa lettre de démission) sans les obtenir. C’est donc clair que le roitelet de Sébénicoro écoute qui il veut, quand il veut, mais surtout fait ce qu’il veut. C’est à lui et à lui seul de changer cap…

    Pensées rebelles.

  5. Je me suis pas donnée la peine de lire tout l’article car j’y vois le retournement d’un journaliste. Il faut être objectif: Pr n’a rien foutu depuis son élection si ce n’est dilapidé nos maigres ressources. Alors pas besoin d’ l’excuser. L malien souffre, le malien a faim, a soif,e vit dans l’insécurité totale. Voilà ce que nous attendons de son gouvernement réduire nos souffrances! Qu’Allah nous bénisse et nous assiste! amine

  6. IBK ne peut que trois choses pour rassurer les partenaires: Remettre les plus de 100 milliards du budget qu’il a englouti en seulement quelques mois grace à des demarches frauduleuses, en annulant l’achat de son jet privé ultra luxueux et des contrats délinquants qu’il a passé avec ses amis mafieux (kagnassy, Tomy etc…), et mettre sa famille et affiliés en dehors de la gestion de l’Etat. Ensuite il doit se débarrasser de Mara menteur et des ¾ de son gouvernement familiale. Quant au peuple, je crois que le vin est tiré, il va falloir le boire. Jamais je n’ai vu les maliens aussi dégoutés par un homme. Il va y avoir du boulot s’il veut les reconquérir et IBK n’en serait pas capable. Il est vraiment très limité, mediocre et n’a aucune conscience des enjeux du pays. Il faut juste prier pour qu’il arrive à terminer son mandat parce qu’à ce rythme il va y avoir du boucan et bourama naloma n’aura pas la meme chance que ATT, croyez moi 😀

  7. avec se soulard ibk il n’y aura pas d’espoir .il est incapable de gerer le pays il a utilise sbk contre Sanago,mais ibk tu n’as rien fait comme ça dans tout ca tes jours son compte inhallah grâce au puchist tu es president malhonnete que tu es

  8. le président a la solution bel et bien quoi que vous disiez. Vous oubliez les actions qu’il entrepris dans les domaines comme: la défense; la finance ;et l’agriculture etc.

  9. Le peulpe n’a plus besoin des excuses de la part de ce pseudo president (delinquant financier).Arrêtez de parler.Il est encore temps de dégager ce type de gré ou de force.C’est pour éviter un coup d’état qu’il a utilisé Boubeye pour neutraliser les Sanogo et autres.
    Mais il partira avant la fin de l’année 2014, IN’CHALLAH!

  10. Belle analyse THIAM mais ce n'est pas d'un discours que le peuple a besoin mais plutôt d'action.
    Que le Pré avoue son incapacité et son incompétence à sortir le pays de la crise. Je me demande réellement ce qu'il fait de sa présidence en dehors de ses frasques. En tout cas les jeunes maliens ne sont pas sa priorité parce qu'il n'y a toujours pas les 200 000 emplois prévus en cinq ans soit 40 000 par an. Elle est où cette promesse de campagne ou bien c'était une utopie? Je me demande à quand le prochain concours de l'ENA au moins avec ATT il y en avait une parodie de concours de la magistrature et de l'ENA chaque année.
    Non, la solution du Mali est que les jeunes se réveillent et revendiquent soient la relance soient le départ du Président et de son équipe pour incapacité à gérer les affaires pressantes du pays. Le Nord c'est plus de la politique que de la réalité donc plus de peur que de mal.
    Bonne journée!

  11. Nous disons et rappelons d’Est en Ouest du Nord au Sud en passant par le centre dans « l’Afrique Emergente mutée » des lettrés « mutants » africains politiques Hommes en armes sociétés civiles religieux chercheurs usurpateurs sans vergogne du titre « d’intellectuel » il y a

    1)l’Emergence d’1nouvelle type de « femmes africaines mutées » au phénotype de la femmelle des gorilles des motangnes aux seins aux fesses prohéminents et la peau « délavée » ayant subit des mutations génétiques par intoxication de produits chimiques qu’elles consomnent

    2)l’Emergence d’1nouveau type « d’hommes africains politques Hommes en armes societes civiles religieux mutées » au phénotype d’1femme en grossesse de 9mois par mutation génétique due à 1intoxication par consommation excéssive du « Gâteau-Afrique succulent savoureux qui donne de l’embonpoint » et des dons des soit disant amis ennemis les « Autres » de l’Afrique et incapables de rentrer efficacement dans cette competition mondiale economico politico militaire ou tous les coups sont permis sans aucun etat d’ame par

    3)l’Emergence d’1nouvelle type « d’armées africaines mutées » aux soldats et aux officiers « pépinières » aux ventres « bédonnants » familiaux parentaux claniques politiques justes incorporés pour « bouffer » leur part de « Gâteau-Afrique » et qui détalent tels des lapins au 1er coup de « Kala » et incapables de faire face aux « troglodytes armés du 21ème siècle » car ils ne sont point prêts à mourir pour leur « Pays-Afrique » et laisser leur par de « Gâteau-Afrique succulent savoureux qui donne de l’embonpoint » Mais ils sont « vaillants » pour faire passer de vie les opposants politiques aux mains nues

    4)l’Emergence d’1nouveau type « d’école d’université africaines mutées » aux enseigants toujours en train de grèver pour des révendication salariales et qui ont transformer les temples du savoir en des « hotels de passe » pour «engrosser» leurs élèves et étudiantes par des « cours en bas du nombril » Aux étudiants et élèves qui ont également transformer les temples du savoir en des lieux de trafics illicites de tous les genres et en des champs de batailles rangées

    5)L’Emergence d’1 nouveau type de « jeunesse africaine mutée crétinisée » par mutation génétique de l’espoir d’1vie meilleure facile se dirrigeant tête baissée vers la mort dans le désert du Sahara et dans l’ocean Atlantique pour atteindre le continent des soit disants amis ennemis les « Autres » de l’Afrique dans l’espérance d’1vie meilleure au lieu de rester de se battre et d’utiliser tout leur argent remis « aux passeurs de la mort » à créer des micro projets regénérateurs de revenues

    6)l’Emergence d’1nouveau type « d’administration africaine mutée » aux fonctionnaires ayant subit des mutations génétiques par « infestion de la grangrène de la pourriture de la corruption et de la cupidité Aux « droitde cuissage » pour embauche de la gente feminine A la transformation des bureaux en « fornico adultérodromes » durant les pauses

    6)L’Emergence d’1nouvelle « justice africaine mutée injuste » ayant subit des mutations génétiques par des verdicts injustes de 2poids 2mesures envoyant systematiquement les opposants à la prison a perpétuitée ou à la mort

    7)l’Emergence d’1nouveau type de « démocraties mutées à l’africaine ou démocratie bananière des tropiques » par mutation génétique du pouvoir qui devient « 1Pouvoir-Gâteau succulent savoureux qui donne de l’embonpoint » héréditaire exclusivement reservé à la famille au clan aux « fidèles dounourous et klébars »pour la « bouffe » des deniers publics et dons des soit disant amis ennemis de l’Afrique et aux élections baffouées truquées à laquel ils s’agrippent tels des « sangsues » que leurs peuples doivent leur arracher de force seule manière de se débarrasser d’une « sangsue »

    8)l’Emergence de nouveaux types « d’infections virales mutées » aux génotypes Ebola SIDA à mortalité et morbidité hyper élévées du fait de l’absence de mesures préventives et curatives draconiennes du fait du laxisme morbide de l’égoïsme morbide de la mendicité morbide des lettrés mutants africains et des lettrés mutants « chercheurs » qui « ne trouvent jamais rien » et qui se contentent d’appliquer les « trouvailles » des chercheurs de leurs soit disant amis ennemis les « Autres »

    Nous disons et rappelons ainsi va « l’Afrique Emergente mutée » des lettrés « mutants » africains politiques Hommes en armes sociétés civiles religieux chercheurs usurpateurs sans vergogne du titre « d’intellectuel »

  12. bien commenté, Thiam, IBK doit aujourd’hui avoir un discours franc avec ceux qui l’ont élu et qui aujourd’hui sont tares déçus dont je fais moi même parti.
    le plus important doit être aujourd’hui le mali, c-a-d que le président s’assume, reconnaisse ses erreurs et décide d’aller de l’avant.
    nous maliens avons besoin de cela, d’un président qui aime sa nation comme sa propre famille, qui se soucie de l’argent du peuple comme de son propre argent, qui se mouille pour le bien être de sa population.
    on veut maintenant un président qui mette les maliens au travail, redonne au mali son image d’avant.
    franchement c’est la déception a tous les niveaux.

  13. Et pourtant les choses bougent hein Monsieur THIAM, ils (PR et PM) ont assisté tous deux aux finales de coupe du Mali de basket et foot hommes et dames!
    Ils passent toute la journée à écouter RFI et appelle même Serge Daniel ( correspondant) pour des rectifications de taille!
    Ca voyage, ça construit et même des bunkers qui poussent
    Un an en larmes et en inchallah.

    Avec Air Yalla yalla ça bouge

  14. Oui ADAM, tous ceux qui se sont en cours d’arguments traitent de « hassidis » ou aigris ceux-là qui critiquent la gouvernance d’IBK.
    Ces coups de gueule sont plutôt des cris de cœur pour ce pays meurtris et humilié. Avec l’élection d’IBK, nous osé espérer un sursaut national pour prendre les destinés de notre pays an main, mais c’était sans compter son insouciance.
    Comment peut-on combattre la délinquance financière dans un pays où le premier responsable lui-même ne se fixe aucune limite dans la gabegie et la fuite de responsabilité?

  15. Même si souvent je ne suis pas d’accord avec Adam, cette fois il a fait un vrai travail de journaliste pas de journalier colporteur de raccourcis et autres calomnies.
    Un vrai travail d’analyse et de proposition que le président IBK doit lire et relire. Le président doit accepter avec humilité de venir devant son peuple présenter ses excuses pour certains actes inopportuns posés. Il doit engager rapidement une nouvelle dynamique, insuffler un nouveau souffle à son gouvernement qui hésite, qui tâtonne et qui se resserve un trop dans l’effort. Parole d’un militant à 360% du RPM mais fils du Mali avant tout.

  16. MERCI THIAM!!!!!!! COURAGE :Nous sommes confiant que ce pays va bougé INCHALLA. Qui pouvais imaginer que le MALI arrivera à ce stade? Moi je suis convaincu que le PRESIDENT à des solutions Malienne aux problèmes Malienne. TOUTS AU CHAMP DE LA GLOIRE POUR UN DEFI COMMUN. Le MALI -Mon MALI – Notre MALI. : : 8)

  17. Salut,
    Une analyse claire et exacte illumine le peuple, mais elle doit être suivi des proposition objectives et des solutions de sortie de la crise.
    merci Adam THIAM, je vous félicite, mais faudra encore aussi proposer des solution, même vous êtes pas un membre du gouvernement ou élu du peuple.

  18. Frere Thiam , cela faisait un bout la. Tu etais en Floride ou au Mexique pour te faire bronzer un peu ou quoi??? 😀 .
    Tres heureux de ton retour sur maliweb.
    Bref, Le bilan de ladji machin est mitige et tres mitige meme. Te rappelles de ses paroles au moment ou il montait a koulouba avec la bebediction de 77% de la population?
    Certes, On veut que les choses aillent que ceux la, et le peuple s’y attendait mais deception.
    Critiquer n’est pas etre hasidi, ladji bourama doit beaucoup au peuple depuis plus de 20ans, mais helas du pareil au meme. Esperons que le Roche va lui donner quelques coups de fouet comme les juges et commissaire djihadistes le faisaient a nos freres et souers au Nord, s’il est changeux lui ne sera pas demembre. 😆 😉 .

  19. Makan: IBK, IBK, IBK, je les ai bien eus les “hassidi”, les hypocrites et les jaloux dans mon dernier article de presse.

    IBK: C’est très bien Makan, va laver les culottes de Karim maintenant.

    Makan: Parfait IBK, tout de suite.

    IBK: Après tu vas sortir le ch.ien, je déteste lui voir enfermer toute la journée.

    Makan: Oui bien sûr excellence, je le fait de suite.

    IBK: je déteste les hauts placards, vu ma taille, c’est une provocation du secrétariat général.

    Eh Makan, tu fais quoi là, depuis tout à l’heure?

    Makan: je lave les culottes de Karim, son excellence et très gracieux…

    IBK: Viens ici, dépêche toi, couche toi pour que je monte sur ton dos, je n’arrive même plus à prendre le dossier de ma nouvelle voiture Rolls Royce que Tomi m’a envoyé hier.

    Makan: Aïï!
    Son excellence et très gracieux président de la bonté divine, vous avez marché sur mon visage en descendant, il saigne.

    IBK: Eh protocole amenez celui-la au Point G et donnez lui 500 Fcfa après.

    Deux heures plus tard à la maison de la presse.

    La secrétaire: Mais qu’est-ce qui t’arrive Makan?

    Makan: J’étais à Koulouba…

    La secrétaire: Tu feras mieux de te consacrer à ton métier Makan.

    Makan: je vais essayer, je vais essayer, mais prête moi 100 FCFA je vais acheter du Doliprane.

    La secrétaire: J’en n’ai pas.
    Mais j’ai du “Gôlèbè” bien chaud avec du citron, ça va être bon pour toi.

  20. Ce qui est vrai s’énonce facilement et s’entend bien. Merci Adam THIAM. Vous n’avez rien inventé ici. Vous avez transcris et transmis fidèlement ce que les sans-voix pensent.

  21. Que voulait dire IBK aux travailleurs de l’UNTM quand il disait, je cite: “Le pays a été mal géré”?

    C’est dommage que le président de la république n’a pas précisé depuis quand le pays a été mal géré.

    Mais si c’est pendant les régimes précédents d’Alpha Oumar Konaré et d’ATT on lui rappelle ce qui suit.

    En ces temps de l”Ice Bucket Challenge” cette petite piqûre de rappel lui rafraîchira certainement la mémoire quelque peu malmenée sûrement:

    I. La constitution du Mali, en vigueur aujourd’hui, dispose:

    1. Dans son article 53:

    “Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation et dispose de l’administration et de la force armée.”

    2. Elle continue dans son article 54.

    “Le Gouvernement est responsable devant l’Assemblée nationale dans les conditions et suivant les procédures prévues aux articles 78 et 79.”

    3. Et poursuit dans son article 55

    “Le premier ministre est le chef du Gouvernement : à ce titre, il dirige et coordonne l’action gouvernementale.
    Il assure l’exécution des lois. Sous réserve des dispositions de l’article 46, il exerce le pouvoir réglementaire. Il est responsable de l’exécution de la politique de défense nationale.
    Il peut déléguer certains de ses pouvoirs aux ministres.
    Il supplée, le cas échéant, le président de la République à la présidence du Conseil et du Comité prévus à l’article 44.
    Il le supplée pour la présidence du Conseil des ministres, en vertu d’une délégation expresse et pour un ordre du jour déterminé.”

    Ces articles ci-dessus de notre loi fondamentale, nous apprennent que c’est le gouvernement qui mène la politique de la nation et est responsable devant l’assemblée nationale du Mali.

    Mieux, que c’est le premier ministre qui est chef du gouvernement et c’est lui qui dirige et coordonne ses actions.

    Il se trouve justement que sous Alpha Oumar Konaré, un certain IBK qui ressemble comme deux goutes d’eau avec l’actuel IBK à Koulouba, était premier ministre du Mali entre 1994 et 2000.

    Donc pendant 6 ans il a dirigé et coordonné les actions du gouvernement du Mali et a engagé sa responsabilité devant l’assemblée nationale du Mali.

    4. Continuons de voir ce dit notre constitution sur le gouvernement:

    Article 56

    “Les actes du premier ministre sont contresignés, le cas échéant, par les ministres chargés de leur exécution.”

    Article 57

    “Avant d’entrer en fonction le premier ministre et les ministres doivent remettre au président de la Cour suprême la déclaration écrite de leurs biens.
    Cette déclaration fait l’objet d’une mise à jour annuelle.
    Les dispositions de l’article 35 ci-dessus sont applicables aux membres du Gouvernement.”

    Tiens, tiens, déclaration de biens, il serait intéressant que la cour suprême du Mali, nous publie la déclaration de biens qu’IBK lui a faite en 1994, quand il rentrait en fonction premier ministre pour qu’on puisse le comparer à ses biens d’aujourd’hui et analyser l’évolution et sa vraisemblance eu égard aux revenus légaux de sa famille.

    Cela nous édifierait tous sur l’honnêteté et la probité de celui qui pointe du doigt aujourd’hui la mauvaise gestion de l’état au Mali.

    5. De 2002 à 2007, le même IBK était président de l’assemblée nationale du Mali et de 2007 à 2012, député dans cette même assemblée.

    Donc à cette période, les gouvernements du Mali étaient responsables devant lui et il pouvait à tout moment leurs interpeller sur la gestion du pays.

    Mais IBK a-t-il été à l’initiative de combien de Motion de censure contre les gouvernements du Mali de 2002 à 2012?

    La réponse est claire et nette: zéro, nada, que dalle!

    Alors, j’ai une autre série de questions:

    IBK ne savait-il pas que l’Etat était mal géré quand il fut premier ministre, président de l’assemblée nationale ou simple député élu à l’assemblée nationale du Mali?

    S’il ne le savait pas étant aux affaires dans les hautes sphères de l’État, alors par quelle étrange magie il l’a su maintenant?

    S’il le savait, pourquoi n’a t-il jamais rien fait de connu pour palier à cette mauvaise gestion du pays de part les pouvoirs constitutionnels qui lui étaient conférés?

    II. Au cas où la mauvaise gestion évoquée par le chef de l’État date d’aujourd’hui, on lui rappelle, quand même, qu’il est président de la république du Mali investi dans ces fonctions depuis le 4 septembre 2013.

    Mais de cette date à maintenant on lui a vu nommer (de son propre chef) puis donner sa “totale confiance” à deux premiers ministres qui ont eu en charge de diriger sa politique de la nation conformément à la constitution du Mali.

    Donc je suis perplexe mes amis, comment peut-on donner une entière confiance à des premiers ministres dont la gestion publique serait mauvaise?

    À moins que la mauvaise gestion dont parle IBK ne concerne pas son propre régime et date des régimes passés, ce qui nous renvoie aux questions déjà posées plus haut.

    Qu’IBK nous donne donc plus de précisions sur comment le pays a été mal géré et comment son gouvernement actuel est incapable de satisfaire aux doléances des travailleurs de l’UNTM.

    Nous attendons avec impatience les communiqués d’éclaircissement de Koulouba à l’endroit des maliens car nous n’avons pas compris.

    Wa salam

    • bonjour kassin; ton article a coté de celui de ADAM THIAM donne vraiment la nausée IBK ETAIT LA, IBK N’ETAIT PAS LA il est ojourdui président de la république , quand IBK ETAIT PREMIER MINISTRE , personne ne peut contester la grandeur que le mali a eu en son temps dans tous les secteurs et a tous les niveaux d’ailleurs le pouvoir D’ATT EN A PLEINEMENT BENEFICIE . DONC DE GRACE LAISER NOUS AVEC TES ARGUMENTAIRES A PEU PRES DIGNE D’UN “LOOSER” comme toi

  22. Bravo Adam et bon retour Mr THIAM.. Belle analyse. On nous traite tous de #hassidi# et d’aigris parce que nous avons dit haut et fort que le Mali partait en vrille. Même demain on le dira piannnnnnnn… n’en déplaisent aux opportunistes et à ceux qui mangent à Sebenicoro… Un pays où toutes les compétences sont mises dans la poubelle au profit des brigands…. Quel avenir pour un tel pays ???? Mr THIAM, je complète votre phrase #Oui le Mali est un pays où tout le monde aime tout le monde, mais personne n’aime personne# Parce que les opportunistes ont pris le dessus et si tu dis la vérité tu es traité d’aigri.. 👿 👿 👿 Que faire ?????

    • Tout le monde aime le progrès du pays et la réussite de ce régime dans l’intérêt supérieur de la nation à la seule condition que le Président monarque cesse d’improviser,qu’il mette de côté cette “politique anarchique”qui fait immediatement grincer bien des dents.IBK doit abandonner le coup de massue de sa méthode de gouvernance pour les maliennes et les maliens qui se disent “de qui se moque-t-on?”.Malgré la présomption d’innocence, les maliens sont encore abassourdis, sont bien sûr indignés,scandalalisés, depités pour toute sorte de violations à la démocratie malienne acquise dans le sang. On rajoute une “crise morale et éthique à la crise économique, sociale et sécuritaire”.Le mythe qui entourait son slogan célèbre “Le Mali d’abord”s’est cassé les dents sur la réalité plus complexe des phénomènes du moment pour agir à l’échelle d’un Mali nouveau muni d’un plan cohérent avec une vision claire et une stratégie bien élaborée.

    • Excellent article en effet! Et je suis d’accord avec vous que ça met du baume au cœur dans un espace où la qualité tant au fond qu’à la forme est une denrée rare! Je ne suis pas souvent d’accord avec Adam THIAM; mais là, je lui tire le chapeau pour la profondeur et la sincérité de l’analyse! Tout ceci nous change vraiment des oiseaux de mauvais augure “m’as-tu vu” qui foisonnent le réseau et qui ont la prétention de parler du Mali, mais qui ne le connaissent véritablement que de manière superficielle! “wa salam”

Comments are closed.