Courrier des inities : Lettre à Boubou

2

Salut mon cousin, Il parait que des gens ne se souviennent plus du nom de notre bataki .Ils ont raison car cela fait longtemps .Comme on le dit dans le kouroumary «  la verite ne se divise pas ».  J’espère que tu me comprends et me pardonne. Car le pays est tango tango. Le vieux Simbo3 se débat comme un beau diable pour éviter le naufrage. Prions le Tout Puissant pour qu’il réussisse la traversée dont le chemin est parsemé d’individus  peu recommandables. Trafiquants de drogue, vendeurs d’arme, barbouze en chômage, chercheurs de ressource rare. Tu comprends maintenant que la paix est difficile à obtenir dans un contexte où la guerre nourrit les riches et ne tue que des pauvres.  Mais l’espoir est permis car le peuple c’est-à-dire la partie saine de l’Etat comme nous l’a enseigné l’enfant de Farana est décidé au delà des diversités politiques à protéger et à défendre Maliba notre faso national. Cette prise de conscience surtout au niveau de la jeunesse est un bon signe et un atout pour le mouvement de réveil de la conscience nationale.

Cher cousin,

Le géant du riz a un nouveau patron. Ce dernier a sacrifié à la traditionnelle tournée de prise de contact  et prétend nous gérer à partir du résultat.  A l’entendre parler tout porte à croire que nous, partisans du mangement  ne sommes pas sortis de l’auberge. Comment veux-tu gérer des gens avec cet outil qui ont perdu depuis……..le sens du résultat. Voici quelqu’un qu’il ne serait pas facile à rouler dans la farine, il semble nous connaitre mieux qu’on ne le pense. A vouloir nous barrer la route du mangement il va affronter notre courroux qu’il se tienne pour averti . En attendant on retourne chez nos détenteurs de forces occultes pour nous préserver contre ce nouveau vent. L’autre jour j’ai croisé Ladji Diakouma en provenance de Kokasso où il était allé se confier à Modibo Amadou. Lui et son groupe ont parcouru le terroir pour barrer la route au vieux peul pressenti alors au poste premier. Mais la situation actuelle ne semble pas faire leur affaire et comme ils n’ont pas suffisamment de jus encore pour honorer les prestations occultes ils n’ont autre choix que d’aller se confier aux morts. Voilà le problème qu’on rencontre quand on prend goût à l’argent facile.

Cher cousin,

On parle du  renouvellement des équipes à la tête des cafo. En dépit des contraintes majeures, le nouveau patron de l’intérieur reste droit dans ses  bottes. Les chercheurs de pouvoirs sont aux abois à cause de  leur mauvais bilan d’une part et d’autre la raréfaction des ressources. Pour parer au plus pressés Zantèguèba Dembele de Ségou mara est entrain de racler les fonds de marmite par la passation de marchés pour des projets qui visiblement vont rallonger  la liste des projets en souffrance et inopportuns de Ségou mara. Tu connais Zantèguèba, c’est quelqu’un qui est venu à la politique pour satisfaire son ventre et son bas ventre, l’essentiel pour lui c’est de passer le marché et de récupérer les prébendes. Selon son nouveau major d’homme ,il a mis en mission certains nécessiteux du parti pour plaider sa cause au niveau national car sa position sur la liste ne l’arrange pas. Reste à savoir maintenant si le parti va se laisser aller, ou si les Ségouka vont se laisser égorger pour une seconde fois.

Cher cousin,

Pour satisfaire à une de tes requêtes,  intéressons nous à ce qui se passe sur le continent. Commençons par ce qui se passe dans le triangle Oubangui /Chari / Oguoue. Apres avoir mis à sac  le pays de Bonganda, ensemencé Boko haram chez les Bamileke, ceux qui vivent du malheur de l’Afrique ont jeté leur dévolu sur le petit Gabon. Pour la mise en œuvre de leur projet (dont la finalité est de se faire inviter officiellement pour venir éteindre le feu qu’eux même ont allumé) comme ça se passe chez nous, ils sont parvenus à opposer deux produits du même système. D’une part un vieux chinois porté par une gabonaise qui semble avoir été choisi comme levier et d’autre le jeune Betegue héritier du trône.  La bataille médiatique fait rage mais le peuple semble avoir choisi le jeune et n’est pas dans les dispositions de servir de chair à canon pour ouvrir les portes du palais à un chinois qui est autant coupable sinon plus que lui.

Ce qui se passe au pays de Leon M’ba me rappelle une déclaration de Koro Mamourou qui affrontait le copo à l’entame de second mandat. Koro Mamourou a déclaré que les opposants ne sont sérieux en Afrique, qu’ils ne sont pas porteurs d’alternatives crédibles et que leur objectif est d’accéder au pouvoir.   Comme expliquer que l’écrasante majorité des opposants se ligue pour supporter la candidature du chinois contre le jeune Bategué sachant bien que les deux sont tous produits du même système, heureusement les peuples ne sont plus dupes.

Je te quitte à la quinzaine

 Par ton cousin Morifing

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Je suis vraiment nostalgique des courrier du petit Blo. Ce neveu de l’oncle Bass avait une plume si amusante mais très belle à lire. Rien à voir avec ce copié-collé

Comments are closed.