De quoi je me mêle : Même gouverneur de Ménaka ou Taoudenit, c’est déjà donné ?

0
3

Bon, il faut que Dioncounda sache qu’il faut aller vite dont les collègues sont en train de plancher sur le projet de création de nouvelles régions. En tout cas, samedi soir, dans le cadre déjà très nordiste de l’espace Tumast nous étions tous là, en train de saluer la région de Ménaka avec  les déhanchements très suggestifs du Takamba. D’ailleurs je pensais que le ministre Ag Hatam ne connaissait que les semences. Mais erreur, quand il roule les bras, avance la jambe gauche puis la droite avant  d’imprimer à son dos un véritable mouvement de balancier, on dirait Hafizou au temps mythique du super 11. Même chose pour Zeidane Sidi Lamine dont la déportation dans la très lointaine Chine n’a rien enlevé à son art chaloupé du Takamba assis. Autres imbattables : Rhaichatou Walet Altanata et surtout Kissima Gakou.  Il y avait d’autres virtuoses de cette danse mais comme ils peuvent être venus sans leurs épouses, peut-être n’est-il pas prudent de les dénoncer ici… En tout cas, la soirée était belle.


Un petit problème cependant : les nordistes n’accélèrent pas un peu la cadence du Takamba, ce ne sera pas évidemment qu’au  nom de l’unité nationale, un Dogon ou un bobo puissent le danser. Il est même un peu trop lent pour le métabolisme des Peulh qui ne passent, pourtant pas, pour des boules d’énergie. En tout cas, si la construction des locaux du futur gouvernorat n’est pas plus rapide que les danseurs de l’autre soir, c’est mon fiston de douze ans qui sera le premier gouverneur de la région déjà célébrée.


C’est pourquoi  je m’étais  positionné pour le poste de gouverneur de Taoudenit. D’abord en vertu de mes liens historiques avec les Arabes. Peul, je partage avec eux le même ancêtre : Ukba Ibn Nafi.  Et puis j’avais pensé que les fonctionnaires ne se bousculeront pas pour le poste,  car là-bas, pas de spéculation foncière possible chaque habitant y ayant 15 km2 de concession.  Pourtant, je viens d’apprendre qu’il y a au moins cinq listes de candidats. Avoir sa résidence près d’un puits de pétrole, ça vaut des royalties, il paraît.  Tout comme être près de la mosquée de Belmoktar ou sur la route des narco-convois ? Ne me mêlez pas de ce qui ne me regarde pas. Je n’ai rien dit car je n’ai rien vu.                       
Adam Thiam
Republicain du 27/12/2011

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.