Dossier: comment le Mali est privé d’avion de guerre

22

Le Mali est une république souveraine. Du moins sur le papier. Car dans la réalité, des groupes armés font la loi au au nord et au centre du pays. Pour ne rien arranger, des armées internationales sous mandat franco-onusien font sur le territoire ce que bon leur semble. Ce qui est vrai au plan militaire l’est, bien entendu, au plan politique puisque depuis la nuit des temps, c’est qui tient l’épée qui imposa politique. C’est pour quoi le Mali est tenu par les puissances étrangères d’entrer, sous leur dictée, dans un processus de négociations avec des groupes dont les buts séparatistes sont connus et qui, sous d’autres cieux, seraient jugés et pendus. Pour mieux nous enserrer dans ce qu’on appelle pompeusement « processus de paix »,  la décision est prise, à l’échelle internationale, de priver l’Etat malien de toute possibilité d’acquérir les seules armements susceptibles d’écraser les rebelles du nord: les chasseurs bombardiers.

Sous le régime du général Moussa Traoré, l’armée de l’air malienne alignait une bonne quarantaine de  chasseurs bombardiers de marque russe « MIG ». Il pouvait donc prétendre défendre par les airs toutes ses frontières. Ce sont ces MIG qui, en 1984, ont bombardé des cibles burkinabè et obligé le bouillant Thomas Sankara de rechercher la fin de la guerre qu’il avait déclenchée. Mais depuis l’avènement de la 3ème République, en 1992, cette belle flotte a disparu, faute d’entretien et de volonté politique d’acheter de nouveaux appareils. Le Mali n’a plus aujourd’hui un seul chasseur bombardier.  Ni, bien entendu, de pilote qualifié. Si, par hypothèse, un avion étranger venait à violer notre espace aérien, nous n’aurions aucun moyen de l’intercepter. Le pire, c’est que les rebelles et les terroristes de tout acabit avancent librement, par colonnes entières, comme à Konna en 2013, sans que l’armée malienne puisse leur infliger la moindre frappe aérienne.

Embargo de fait

La situation se complique à partir de 2011, avec l’éclatement d’une nouvelle rébellion touarègue au nord. Au motif que les Touaregs et les Arabes constituent une minorité ethnique et doivent, à ce titre, être protégés, la communauté internationale place le Mali sous un embargo de fait. S’il est vrai que la Charte de l’ONU prescrit la protection des minorités, il faut cependant souligner que la privation du Mali du marché des avions de combat est facilitée par son inertie diplomatique et, surtout, par le jeu trouble de la France qui, comme chacun le sait, nourrit des amitiés avec les rebelles arabo-touaregs.

Echec malien en Grèce.Très en pointe sur le front diplomatique, les rebelles du nord mettent en mouvement leurs alliés du parlement européen qui, déjà en 1992, avait tenté de voter une résolution condamnant un prétendu « génocide touareg » par le Mali. Les rebelles s’appuient aussi sur des personnalités suisses et belges très écoutées des gouvernements occidentaux. Ainsi, quand, sous la Transition de 2012, le Mali tente d’acheter à la Grèce, en crise financière, de vieux chasseurs bombardiers, il se heurte au veto français et au lobbying euro-arabo-touareg. Le gouvernement grec reçoit même l’assurance que s’il vend des avions de guerre au Mali, sa dette envers l’Union européenne ne sera pas réaménagée. Pressée d’arrondir ses fins de mois, Athènes  écoulera sa quincaillerie militaire ailleurs.

Echec malien en Bulgarie et en Ukraine

Le Mali se tourne alors vers la Bulgarie puis vers l’Ukraine. Pour les mêmes raisons, il ne rencontre pas plus de succès.

Echec en Russie

Il ne reste plus qu’à solliciter la Russie. Vieux partenaire militaire du Mali depuis l’époque soviétique et doté d’un arsenal inépuisable, ce pays a l’avantage de pouvoir résister aux pressions occidentales. Problème: le Mali se fait prendre de vitesse au Kremlin. A l’instigation de la France, une délégation de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) dirigée par Bilal Ag Acherif, chef du groupe séparatiste touareg MNLA, fonce à Moscou en mars 2014. Elle est reçue par Mikhaïl Boganov, vice-ministre russe chargé de l’Afrique et du Moyen-Orient. La visite déplaît aux autorités maliennes au point que l’ambassadeur de Russie au Mali est convoqué par le ministre des Affaires étrangères, ZahabiOuld Sidi Mohamed, qui explique : « On a trouvé que ce n’était pas amical car la Russie ne nous avait même pas prévenus ! ». Au sortir de l’entretien, le ministre se dit « rassuré » par le discours « sans ambiguïté » du diplomate russe. Dans un communiqué hâtivement produit pour arrondir les angles, Moscou réaffirmera son « attachement à l’intégrité territoriale du Mali » et sa disponibilité à « faciliter les discussions » entre le gouvernement et les rebelles touaregs. En termes diplomatiques, ce communiqué signifie que la Russie, tout en restant attachée à l’intégrité territoriale du Mali, se refuse à livrer des armes au Mali et lui recommande de négocier avec les rebelles touaregs. Cette déclaration marque une grande victoire diplomatique des rebelles, d’autant qu’elle intervient  au moment même où le président IBK conditionne toute négociation avec les rebelles à leur désarmement préalable. Bilal Ag Acherif, confiera avoir « porté le message du peuple de l’Azawad » à Poutine auquel il aurait décrit « la souffrance » des Azawadiens ainsi que les causes de leur révolte contre l’Etat malien.

L’alibi GATIA

La Russie et d’autres partenaires étrangers  auraient pu se raviser et livrer des moyens aériens au Mali si notre pays n’avait pas commis une des pires erreurs de son histoire. En effet, suite à divers accrochages et renseignements de terrain, il apparaît que le GATIA, qui se définit comme une milice de Touaregs Imghads, a des liens avec l’armée malienne. Le fait qu’il se se place lui-même sous l’égide de Gamou, officier général du Mali, achève de convaincre les plus sceptiques que le GATIA n’est autre que le bras armé de l’Etat pour contourner le processus de paix et menacer les minorités arabo-touarègues. Cette logique conduit au durcissement de l’embargo qui, désormais, s’étend aux armes lourdes, voire aux simples munitions. Participant aux obsèques des soldats maliens tués à Nampala en juillet 2016, le président IBK ne cachera pas sa déprime. Il déclare publiquement que le Mali a besoin d’avions de guerre pour surveiller son territoire mais qu‘ »on l’empêche » d’en acheter.Tout est dans ce « on »

Tiékorobani

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

22 COMMENTAIRES

  1. Le mali dispose t il d une monnaie pour pouvoir acheter librement un avion?ou décider de son budget ????le franc cfa n’appartient pas aux maliens cher internaute

  2. Du n’importe quoi, on a pas de leader dans à la tête du pays. IBK a trahi le Mali. Tu ne peux pas signer des accords de défense avec la France et penser payer des armes avec un autre pays. Notre ennemi est la France et rien que la France.

  3. Merci Tièkorobani pour la sagesse de votre plume. Ce qui nous arrive aujourd’hui au Mali comme embargo a été demandé par nos politiques comme Soumaila CISSE dans son exil au moment de la transition II. Et puis depuis sous AOK le pays a reformé nos chars jugés “obsolètes” sans les remplacer, par des gens qui ne sont pas forcement des amis. Cette pratique a bien continué ces dernières années encore devant la naïveté notoire de notre peuple par la destruction de nos derniers missiles russes dont la décision de démolissement a été applaudie par tous ici même.”La maladie ne se guérit point en prononçant le nom du médicament, mais en prenant le médicament.”(Thomas SANKARA).

  4. L’embargo sur l’armement du Mali réside dans l’accord de défense qu’Ibk a signé avec la France. Nous ne pouvons acheter les armes qu’à la France. Par contre le vice ministre Russe a dit dernièrement que la Russie est disposée à reprendre sa coopération militaire avec le Mali… Maintenant il suffit que le mali dise oui… Les Russes n’attendent que ça pour ses venger de la France et de l’UE dans l’affaire de l’Ukraine “annexé”et intégré à l’UE…

    Personne ne peut empêcher la Russie d’armer le Mali (surtout avec Trump aux USA).

    Mais, c’est Ibk qui ne peut pas dire oui,si non le Mali sera libérer sans lui au pouvoir. Puisque les Français exposeraient tous ses dossiers de mafieux sur la place publique et le feraient certainement partir.

    L’auteur de l’article ne maîtrise pas du tout ce sujet, il devrait se garder de ne pas envoyer les gens dans les niailles. beaucoup de choses tiennent à ça actuellement au Mali. Donc,plus sérieux…….

  5. Comrades there is one primary error in this matter you turn to Europeans who rob us plus would like to keep turmoil going to justify robbing us. If they are so hell bent on helping Tuareg who do not desire to be citizens of Mali they should allow them to immigrate to France. They are using Tuareg to rob us. When will government of Mali stop being sycophant to primary problem among our list of problems. That primary problem is Europe. Instead we should turn to Asia. Do not forget I have friends in Asia who value my ability as much as you all value bombers. They are not able to make most advance bombers available but they are able to make suitable for our terrorists need bombers available. Also why is it you have not sought bombers from South Africa. They may not be what you want but they are suitable for what you need to do. Where we are unable to fulfill desires plus needs we should focus at fulfilling needs. Please stop allowing stupidity to rule government of Mali security decisions. Very much sincere, Henry Author Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan.

    • Comrades please keep a list of all those who oppose us? Very much sincere, Henry Author Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan.

  6. Aaaaaaaah, enfin! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Ca faisait si longtemps qu’on avait pas eu l’occasion de rire un bon coup avec un nouveau papier du journaleux DE LOIN LE PLUS STUPIDE de tous les médias Maliens! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Bon retour à Tiékorobani, on commençait à s’ennuyer! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  7. Bonne année à TIÉKOROBANI et aux siens !

    Dieu merci qu’ils ne lui ont pas mis dans le même circuit que Birama TOURE Bruno. 😀😀😀😀😀😀😀😀

    NDEÏSSANÈ, pauvres de nous, personne ne nous aime, pas même nos propres dirigeants !! 🤔🤔🤔🤔🤔

  8. Cette incapacité de nos autorités est très triste et fait un grand mal à tout un peuple…

    Comment, peuvent-ils être insensible à cette situation dramatique???

  9. … ” Participant aux obsèques des soldats maliens tués à Nampala en juillet 2016, le président IBK ne cachera pas sa déprime. Il déclare publiquement que le Mali a besoin d’avions de guerre pour surveiller son territoire mais qu‘ »on l’empêche » d’en acheter. Tout est dans ce « on »… ” … /// …
    :
    C’est triste… !

  10. NE tourner pas au tour du pot,l’armee malienne est connue par le repli tactique, si ils ont EU des avions sophistiquees sa va finir aux mains des djihadistes, car un coup des barbus,ils vont fuir,et les barbus vont recuperer les avions,et sa Sera une menace mondiale cest sa la verite. des vauriens reunis, une armee qui fait honte @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

  11. Tiekorobani, pour plus de précision, même en 1984 le Mali n’avait pas de pilote qualifié. Pour preuve, un de ces MI dont tu parles a été abattu par un Missile SAM 7 burkinabè. Il se trouvait que c’est un russe qui le pilotait. Il a été gardé au secret au Burkina et remis à la Russie à la fin de la guerre. N’oublie pas Sankara était aussi ami des russes.

  12. Mon cher Tiekorobani, en 1984 nous n était toujours au Burkina Faso mais on n’a pas vu ces bombardements dont tu parles. On sait seulement qu’un avion malien est venu au-dessus de Ouahigouya où il a essuyé les tirs nourris de la DCA du camp militaire. Il a vite décampé et n’est plus jamais revenu. Un autre a lancé une sorte de petite bombe qui a juste endommagé la Cour d’un peul à Djibo et rien de plus. Lui aussi a été attaqué à la mitrailleur de calibre 12,7 et a fuit pour ne plus revenir.

    Pour la fin de la guerre, il y a 3 choses que tu ignores et qui ont mit fin à la guerre :

    1- Les soldats burkinabè ont adopté la technique de la guérilla et ont détruit de nombreux chars maliens, tuant des officiers sur lesquels vous comptiez tous. Un de ces héros du Mali a été abattu par un sergent burkinabè vers Koloko et Moussa TRAORÉ en apprenant celà, aurait dit : ”La guerre est finie ! On a perdu !”.

    2- Le pont par lequel le vieux Houphouet ravitaillait le Mali car n’aimant pas Sankara a été dynamité et detruit par un commado burkinabè qui avait dans ses rangs un certain Blaise Compaoré. Donc vous n’aviez plus de ravitaillement,

    3- Enfin, le secrétaire général national des Comites de défense de la révolution a décréte la guerre populaire généralisée. Et comme le Burkina avait une armée populaire sous Sankara (tout le monde est militaire et seuls les soldats de profession qu’on voyait en tenues). Les burkinabè étaient tous prêts à fondre sur le Mali et c’est celà qui a amené Moussa TRAORÉ à abandonné la guerre.

    Tu ne connais pas l’histoire. Pourquoi tu ne parles pas du bombardement de l’aviation burkinabè qui a détruit le camp militaire de Sikasso ?

      • Mon ami toutd, en attendant allez-y libérer la partie de votre territoire occupée. Je veux parler de KIDAL. Ou bien toi tu combats le MNLA sur la tile du net ?

        Par Kôrô Yamyélé

  13. Selon les information la Tunisie (digne et sérieuse dans sa lutte contre les terroriste sanguinaires) vient d’acheter un lot de 24 Hélicos américains…type blindes multitask qui peuvent frapper les cibles au jour comme en nuit…qui sont extrêmement efficace contre les cibles mobiles surtout. Le coup est environs $100 million soit 60 milliards fcfa, une somme pas fou. Entre temps le Mali qui est dans la guerre depuis 5 ans et qui a failli laisser ses 3 peaux (GAO, Tombouctou, Kidal ) traine comme un pays des esclaves avec 1- 2 hélicos (livré ou non livré) qui n’ont pas de pilotes encore …que personne n’a vu opérer depuis leur/son arrivée…! Or l’État malien a travers les budgets bidon de ses ministères bidon et autres marches bidon gaspille/ perd inutilement plus de 400 milliards fcfa soit la valeur de 96 hélicos de combat du type que la Tunisie vient d’acheter! Notre problème ce n’est donc pas le manque de moyen que l’on cri nuit et jour; c’est plutot une mauvaise gestion de nos ressources ainsi qu’une lâcheté brillante de la part de nos autorités qui ont peur de leurs maitres esclavagistes occidentaux qui les empêchent d’investir dans la Défense. On leur dit directement : “que est ce que vous faites avec ces armes?!” “On ne vous aide pas pour acheter des armes!” Pourquoi un pays comme la Tunisie peut acheter 24 hélicos alors que le Mali ne peut même pas s’acheter 2?

    • Il n y a ni efforts financiers ni courage de guerre au Mali. C’est loin en réalité d’être un manque de moyens. Et le mystère reste le fait que l’on veut aussi gagner une guerre ou trouver la paix. Ça n’arrivera jamais avec un tel manque d’effort et du courage! Tous les pays du monde, y compris la Somalie, ont une relative indépendance a leur propre defense sauf le Mali! C’est très visible!

    • Très bonne remarques, nos dirigea géants sont minables lâches et soumis comme des esclaves qui ne veulent pas de ma liberté !

  14. Et la Chine, le Brésil, la Corée du Nord et du Sud, j’en passe. Avec une ferme volonté, un gouvernement parvient toujours à ses fins.
    La deuxième république c’est sérieusement doté en armes de toute sorte contre l’avis des Français et des Sénégalais. Et pourtant on l’a fait.
    Une anecdote : quand les formateurs russes ont dit avoir mis à niveau la flotte de défense aérienne, la France par ses services ayant eu vent de cette information car le Général Moussa Traoré avait donné une réception aux formateurs, ont envoyé un Bréguet Atlantique venant de Dakar avec transbordeur éteint sur l’espace aérien de la région de Kayes. Immédiatement le contrôle a informé les forces qui ont intercepté l’avion et fait atterrir à Bamako. Il a fallu l’intervention de Mitterand lui même pour que l’équipage puisse repartir, après que Moussa lui ai rappelé que le Mali n;est pas un passoir et qu’on y vient quand on est invité.
    Voilà comment on gouverne.
    La volonté actuelle c’est de s’équiper en bling bling contre vent et marré. Boeing, Range-Rover, Mercedes et Lang-Cruiser blindé et autres objets farfelus.
    Avec un budget de 500 millions de francs maliens on avait des Mig et aujourd’hui avec 3000 milliards de cfa, rien. C’est qu’on ne veut pas.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here