Intox et désintox: la valse des baroudeurs

1
Intox et désintox: la valse des baroudeurs

En manchette des canards, cette semaine, la CMA et la Plateforme, alliĂ©es de circonstance pour torpiller le processus de paix, Ă  travers la dĂ©nonciation de la ConfĂ©rence d’entente nationale et les syndicats de la santĂ© qui, de par leur grĂšve illimitĂ©e, moyen de chantage par excellence, sont dĂ©terminĂ©s Ă  faire du Mali un mouroir des pauvres. Ils y vont tous de leur INTOX Ă  laquelle nous opposons la DÉSINTOX.
Lisez les succulentes PÉPITES de la semaine.

L’arrogance
INTOX
Selon la CMA et la Plateforme, elles « n’ont malheureusement pas Ă©tĂ© associĂ©es Ă  la rĂ©daction des TDR ni Ă  la rĂ©flexion menĂ©e en amont par la partie gouvernementale  ».

DÉSINTOX
Si tel Ă©tait le cas, ce serait malheureux. Ce serait mĂȘme un sĂ©isme que d’élaborer des TDR sans les trĂšs prestigieuses CMA et Plateforme les seuls mouvements dotĂ©s des aptitudes intellectuelles et morales pour entreprendre un tel travail. Le fait est que qui veut abattre son chien l’accuse de rage, parce que des TDR ne sont qu’un document de travail. Il y a un ordre du jour en quatre points (construire une paix durable sur l’ensemble du territoire ; raffermir l’unitĂ© nationale ; assurer la rĂ©conciliation nationale ; rĂ©concilier l’État et les populations) qui prend largement en compte les prĂ©occupations de l’ensemble de la communautĂ© nationale. Mieux, il n’a jamais Ă©tĂ© dit Ă  personne qu’il est formellement interdit Ă  des parties d’ajouter des points Ă  ce qui leur sera soumis. Pourquoi alors provoquer une tempĂȘte dans un verre d’eau ? Parce que c’est ce qui arrange les alliĂ©s contre nature de circonstance qui Ă©changeaient hier des coups de feu et qui s’entretuaient pour contrĂŽler des routes de trafic.

Les inepties
INTOX
« Cette date a Ă©tĂ© fixĂ©e unilatĂ©ralement par le gouvernement, sans accord prĂ©alable des autres parties ».

DÉSINTOX
Il faut ĂȘtre consĂ©quent. Dans l’Accord pour la paix et la rĂ©conciliation au Mali issu du processus d’Alger, sur les 7 titres, concrĂštement, il n’y a que l’État qui s’engage, exceptĂ© le chapitre 16 oĂč les Parties reconnaissent que la garantie de l’aboutissement de l’Accord rĂ©side dans leur sincĂ©ritĂ©, leur bonne foi Ă  assumer son contenu
 Étant le seul qui s’engage Ă  faire, l’État a le plein droit de dĂ©cider du moment oĂč il est Ă  mĂȘme de le faire et devoir de rendre compte. Ceci ne devrait pas ĂȘtre difficile Ă  comprendre, mĂȘme pour les plus niais. Mais quand on a dĂ©cidĂ© de faire feu de tout bois, naturellement qu’on n’est pas Ă  l’abri d’inepties serinĂ©es Ă  tout vent. L’État a dĂ©cidĂ© de la date et a informĂ© qui de droit, contrairement Ă  ce que prĂ©tendent les mouvements armĂ©s qui se couvrent de ridicule Ă  travers un mensonge aussi grossier que grotesque. Les signataires de l’Accord pour la Paix et la rĂ©conciliation ; les PrĂ©sidents des Institutions de la RĂ©publique ; des AutoritĂ©s administratives indĂ©pendantes, les anciens Premiers ministres ; les organisations et associations confessionnelles ; les partis politiques ; les organisations syndicales ; les notabilitĂ©s ; les groupements de femmes et de jeunes ; la diaspora ; la MINUSMA et le ComitĂ© de Suivi de l’Accord (CSA) ont Ă©tĂ© rencontrĂ©s par le MĂ©diateur de la RĂ©publique Ă©galement prĂ©sident de la Commission prĂ©paratoire de la ConfĂ©rence d’entente nationale. Que faut-il de plus ? Franchement, il faut arrĂȘter d’insulter l’intelligence collective.

La fourberie
INTOX
« Ce n’est que trĂšs rĂ©cemment que des TDR nous ont Ă©tĂ© remis et que nous avons pu, faisant diligence, apporter une trĂšs modeste contribution par le biais de quelques observations. »

DÉSINTOX
Ainsi, la CMA grognon et la Plateforme opportuniste qui apparaĂźt comme son fidĂšle disciple sur les sentiers tortueux de la fourberie ont Ă©tĂ© prises de court. Paradoxalement, elles ont eu le temps de faire des observations. Si elles ont Ă©tĂ© capables d’une telle promptitude, rien ne devrait les empĂȘcher de prendre part Ă  une ConfĂ©rence d’entente nationale prĂ©vue plus d’une semaine plus tard. Mais comme dit le proverbe, le mensonge a beau courir, la vĂ©ritĂ© finit par le rattraper. Les mouvements armĂ©s administrent ici la preuve que le fond du problĂšme ce n’est ni une dĂ©cision unilatĂ©rale du Gouvernement ni une saisine tardive. Ils ont simplement optĂ© pour la stratĂ©gie du chao au point de s’en mĂȘler les pinceaux.
Pire, ils tentent de mystifier l’opinion. Nonobstant que nous avons reçu tardivement les TDR, nous avons, avec diligence, fait nos observations. C’est ce que l’on peut comprendre de leur dĂ©claration, insinuant par la mĂȘme occasion qu’ils sont de bonne foi. Mais qui est dupe ? Il faut arrĂȘter de prendre les enfants du Bon Dieu pour des oies sauvages.

L’alibi
INTOX
« (
) Ă  cette date, les AutoritĂ©s intĂ©rimaires n’ont pas encore pu ĂȘtre mises en place au niveau des rĂ©gions de Tombouctou et de Taoudeni, le cantonnement n’est qu’à ses prĂ©misses et la sĂ©curitĂ© n’est nulle part assurĂ©e. En dehors de Gao, les patrouilles mixtes du MOC n’ont pu ĂȘtre dĂ©ployĂ©es (
) ».

DÉSINTOX
Tout le monde connaĂźt la situation actuelle et les responsables de cette situation. Quand on fait un blocus Ă  Tombouctou et TaoudĂ©nit et empĂȘcher la mise en place des autoritĂ©s intĂ©rimaires et prendre pour prĂ©texte cet Ă©tat de fait pour juger prĂ©cipitĂ©e la tenue de la ConfĂ©rence d’entente nationale, cela devient de l’amoralitĂ©.
En outre, ce serait vain de se livrer Ă  un lavage de cerveau. Il n’est Ă©crit nulle part dans l’Accord pour la paix et la rĂ©conciliation au Mali issu du processus d’Alger qu’il y avait un ordre des prioritĂ©s, une sorte d’hiĂ©rarchisation. La ConfĂ©rence d’entente nationale est une prioritĂ© tout comme le cantonnement, les patrouilles mixtes et tout le reste. Et s’il fallait verser dans des bassesses, les responsables des mouvements armĂ©s ne seraient pas dans les hĂŽtels huppĂ©s de la capitale aux frais de la princesse.
Enfin, il faut se demander si les responsables de ces mouvements armĂ©s ont rĂ©ellement pris connaissance du contenu de l’Accord qui leur sert de passe-droit. Et pour cause, les responsabilitĂ©s des uns et des autres sont clairement dĂ©finies. L’Accord stipule : « (
) La MINUSMA lancera l’amĂ©nagement de ces sites qui devront ĂȘtre prĂȘts dans un dĂ©lai maximum de 120 jours et seront livrĂ©s au fur et Ă  mesure qu’ils seront construits ». L’État ne saurait servir d’exutoire au fait que les sites de cantonnement ne sont pas prĂȘts. Encore que certains le sont.

L’hallali
INTOX
« (
) Les rĂ©fugiĂ©s attendent que ces AutoritĂ©s IntĂ©rimaires soient Ă  mĂȘme de leur assurer un minimum de sĂ©curitĂ© (
) ».

DÉSINTOX
Apparemment, les mouvements armĂ©s sont si obnubilĂ©s par leur stratĂ©gie d’obstruction Ă  la tenue de la ConfĂ©rence qu’ils en viennent Ă  offenser MoliĂšre, et agresser outrageusement toutes les dispositions des conventions internationales. En effet, un rĂ©fugiĂ©, au sens de la Convention du 28 juillet 1951 relative au statut des rĂ©fugiĂ©s, est une personne qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalitĂ© ou dans lequel elle a sa rĂ©sidence habituelle ; qui craint avec raison d’ĂȘtre persĂ©cutĂ©e du fait de son appartenance communautaire, de sa religion, de sa nationalitĂ©, de son appartenance Ă  un certain groupe social ou de ses opinions politiques, et qui ne peut ou ne veut se rĂ©clamer de la protection de ce pays ou y retourner en raison de ladite crainte

Comme on peut le constater, ces messieurs qui exigent d’ĂȘtre associĂ©s Ă  l’élaboration des TDR de la ConfĂ©rence d’entente nationale ne savent mĂȘme pas ce qu’on appelle rĂ©fugiĂ©s. Et pour cause, matĂ©riellement les AutoritĂ©s intĂ©rimaires n’ont aucun pouvoir d’assurer la sĂ©curitĂ© de gens qui vivent en dehors du Mali. Quand des pays ont de la peine Ă  assurer une mission de sĂ©curisation, on ne demande pas Ă  des autoritĂ©s temporaires de le faire. C’est simplement un dĂ©sastre intellectuel.
« (
) et qu’elles puissent faire le nĂ©cessaire pour assurer la fiabilisation des sites afin de permettre d’envisager un retour qui soit dĂ©finitif. »
Au moins, Ă  ce niveau, le bon sens commence Ă  revenir. C’est juste un dĂ©but de bon sens, parce que si les autoritĂ©s intĂ©rimaires contribuent Ă  la fiabilisation, il est Ă©vident que le nerf de la guerre vient d’ailleurs. Autant ne pas surestimer leur rĂŽle dans l’optique d’une mystification.

L’inconsĂ©quence
INTOX
« À titre d’exemple la rĂ©gion de Kidal n’a pas Ă©tĂ© concernĂ©e par cette dĂ©marche. La problĂ©matique de l’Azawad, qui aurait dĂ» ĂȘtre discutĂ©e comme prĂ©vu dans l’Accord, n’a Ă©tĂ© Ă  aucun moment abordĂ©e avec les populations concernĂ©es ».

DÉSINTOX
Nul ne peut se prĂ©valoir de sa propre turpitude. Si la commission prĂ©paratoire n’a pas pu se rendre Ă  Kidal, c’est pour des raisons sĂ©curitaires auxquelles la CMA n’est pas Ă©trangĂšre. Sinon, ce n’est pas faute d’avoir programmĂ© ce dĂ©placement. On ne peut pas vouloir une chose et son contraire.

Le dilatoire
INTOX
« Les groupes armĂ©s demandent au gouvernement de consacrer la « journĂ©e » du 27 mars au « seul lancement du processus et non Ă  sa conclusion.»

DÉSINTOX
Un internaute rĂ©pond parfaitement Ă  cette prĂ©occupation des mouvements armĂ©s : « les mouvements politiques et armĂ©s nous avaient habituĂ©s Ă  des agendas inversĂ©s, c’est-Ă -dire Ă  traiter le futile avant le principal. C’est en application de cette stratĂ©gie de chaos qu’ils disent, maintenant que la confĂ©rence d’entente nationale, qui devait se tenir au tout dĂ©but du processus de nĂ©gociation de l’Accord d’Alger, est prĂȘte pour juger de la notion “Azawad: mĂ©moriel, historique et politique”, qu’ils se rebiffent, comme d’habitude.
Je comprends bien la frayeur des “perfusĂ©s” azawadiens qui risquent de se voir maigrir, voire mourir si le sĂ©rum de vie (la prise en charge de leur entretien par le trĂ©sor public et les PTF) venait Ă  manquer.
“On ne scie pas, soi-mĂȘme, la branche sur laquelle on est accrochĂ©â€,
En vertu de cet adage, la CMA et la Plateforme ne voudront pas se faire hara-kiri en acceptant d’aller Ă  une confĂ©rence d’entente nationale qui va tuer « l’Accord d’Alger » par le dĂ©branchement de la “perfusion du sĂ©rum” (les financements Ă  gogo du trĂ©sor public et des aides des PTF) qui les maintient en vie de bombance depuis 5 ans.

La mystification
INTOX
«À cette date sa tenue consacrerait davantage la dĂ©sunion, qui partout menace nos efforts d’apaisement, plutĂŽt qu’elle ne consacrerait le retour Ă  la concorde nationale ».

DÉSINTOX
Et voilĂ  que l’ogre entre en action, ce personnage de contes et traditions populaires, sorte de gĂ©ant se nourrissant de chair fraĂźche et dĂ©vorant les petits enfants. Les mouvements armĂ©s sont persuadĂ©s que l’évocation de la dĂ©sunion est l’arme fatale qui amĂšnera l’Etat Ă  reconsidĂ©rer toutes ses dĂ©cisions, mĂȘme les plus lĂ©gitimes. Et ils ne se privent pas d’user et mĂȘme d’en abuser, comme c’est le cas dans cette de ConfĂ©rence d’entente nationale Ă  laquelle toutes les couches socioprofessionnelles ont Ă©tĂ© associĂ©es, en plus des parties signataires de l’Accord pour la paix et la rĂ©conciliation au Mali issu du processus d’Alger.

L’oppression
INTOX
Le confrĂšre ‘’L’Indicateur du Renouveau’’ a Ă©crit que les leaders du parti ADP/Maliba ont rencontrĂ© ce 17 mars 2017 les deux syndicats de la santĂ© qui sont en grĂšve illimitĂ©e depuis le 9 mars 2017. « AprĂšs avoir expliquĂ© le contexte de leur grĂšve illimitĂ©e Ă  la dĂ©lĂ©gation d’ADP/Maliba, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du SNS-AS-PF, Pr Mamady KANE, a affirmĂ© que le service minimum est assurĂ© partout dans le pays depuis le premier jour de la grĂšve ».

DÉSINTOX
Cela ne s’appelle pas de la charitĂ© faite Ă  l’endroit de la population malienne dans son Ă©crasante majoritĂ©, cette population qui n’a pas les moyens de se faire consulter dans les cliniques privĂ©es oĂč officient les agents de santĂ© grĂ©vistes. LĂ -bas, ils sont mieux rĂ©munĂ©rĂ©s et reçoivent des gens friquĂ©s dont il est prĂ©fĂ©rable de se mettre aux petits soins, au lieu de perdre son temps avec de pouilleux gars pour qui l’État ne veut, semble-t-il, pas de surcroĂźt dĂ©lier bourse. Le service minimum ? C’est la loi qui l’impose, mĂȘme si le dernier des grĂ©vistes sait que ce n’est que pure illusion ce service. Parce que mĂȘme avec les agents de santĂ© au grand complet, leur service ressemblera toujours Ă  un service minimum au regard du nombre Ă©levĂ© de patients. Cela est connu de tous ceux qui frĂ©quentent les centres de santĂ©. Et Dieu sait qu’ils sont lĂ©gion. Alors, ce n’est pas nĂ©cessaire d’essayer de soulager sa conscience en faisant croire que le nĂ©cessaire est fait. Pour un personnel soignant, laisser souffrir des personnes devrait toujours ĂȘtre un cas de conscience.

Le chantage
INTOX
« Depuis le déclenchement de notre grÚve illimitée, cela fait neuf jours, personne ne nous a contactés pour négocier ».

DÉSINTOX
Pourtant, Ă  ce qu’on sache, les nĂ©gociations Ă©taient bien en cours. C’est unilatĂ©ralement et avec dĂ©sinvolture que les syndicats ont dĂ©cidĂ© de les rompre. Selon des sources, gĂ©nĂ©ralement bien informĂ©es, cela pour des questions d’ego. Donc, il fallait mettre Ă  prix la tĂȘte du ministre de la SantĂ© et de l’hygiĂšne publique, quitte Ă  faire payer le prix par les malades pauvres.
Pourtant, rapportent les mĂȘmes sources elle n’a cessĂ© de faire montre de toute sa bonne foi, comme cela doit ĂȘtre le cas lors de discussions entre des partenaires sociaux. Cela, pour Ă©viter des dĂ©sagrĂ©ments aux pauvres populations qui n’ont rien fait pour mĂ©riter ce qui leur arrive.
Au demeurant, il est permis de croire que cette grĂšve est un abject moyen de chantage sur le Gouvernement qui pĂ©nalise les plus indigents de la population. Beaucoup de familles n’ont plus que leurs yeux pour pleurer, en constatant, impuissantes, les douleurs qu’endurent leurs proches.

Le populisme
INTOX
« Il est inadmissible que pendant neuf jours de grÚve personne ne vous a contacté ».

DÉSINTOX
ManichĂ©isme, partialitĂ©, acharnement sur le rĂ©gime, rĂšglement de compte ? L’accusation est facile. Il est facile de vouer les autres aux gĂ©monies. Le trĂšs honorable Amadou THIAM, faire-valoir semble-t-il Ă  la tĂȘte de l’ADP-Maliba, ne juge mĂȘme pas nĂ©cessaire d’écouter le Gouvernement avant de le charger de tous les pĂ©chĂ©s d’IsraĂ«l. Ce que les syndicalistes ont dit est donc parole d’évangile, leurs propos suffisent Ă  guillotiner le rĂ©gime. Honorable, il faut ĂȘtre juste et savoir faire preuve d’équitĂ©. Dans les entretiens de Confucius, on peut lire : ‘’l’équitĂ© est l’essence mĂȘme de l’homme honorable. Il la pratique d’aprĂšs les rites, la manifeste avec humilitĂ©, et l’accomplit en toute sincĂ©ritĂ©. Un tel homme mĂ©rite le nom d’homme honorable’’. L’honorable dĂ©putĂ© n’a-t-il jamais songĂ© Ă  faire sienne cette sagesse ? En tout cas, il n’est jamais trop tard pour qui veut bien faire.
« Si on a acceptĂ© de dialoguer avec ceux qui ont pris des armes et qui continuent Ă  brasser des milliards, on doit pouvoir parler Ă  ceux qui n’ont pas pris des armes, qui revendiquent juste leurs droits pour l’amĂ©lioration de leur condition de travail et de vie ».
Ceux qui ont pris les armes n’ont certainement pas agi en rĂ©publicains. Ils avaient d’autres voies de recours certainement dans un État dĂ©mocratique. Mais il n’est pas nĂ©cessaire de jeter l’huile sur le feu. Sinon, il ne serait pas exagĂ©rĂ© de soutenir que ce que font les amis du trĂšs honorable dĂ©putĂ© n’est pas non plus loin d’un terrorisme. Pour obtenir des avantages catĂ©goriels, ils n’ont pas hĂ©sitĂ© Ă  mettre en danger la vie de populations pauvres. Les rĂ©sultats pourraient probablement ĂȘtre les mĂȘmes qu’avec les actes de ceux qui ont pris les armes : des morts.

La pyromanie
INTOX
« L’honorable a affirmĂ© son soutien total aux grĂ©vistes, invitant l’État Ă  s’assumer. Nous sommes dans un pays oĂč il faut aller Ă  l’extrĂȘme pour que les autoritĂ©s comprennent qu’ils ont des responsabilitĂ©s et des engagements Ă  tenir ».

DÉSINTOX
S’il commençait par s’assumer, ce serait le meilleur cadeau fait Ă  ceux qui ont fondĂ© beaucoup d’espoirs sur lui.
Et dire que cette Alliance dĂ©mocratique pour la paix Ă©tait membre de la Convention de la MajoritĂ© prĂ©sidentielle (CMP) ! À rappeler que ce parti qui a occupĂ© le poste de la 2e Vice-prĂ©sidence Ă  l’AssemblĂ©e nationale ne l’a pas obtenu grĂące Ă  son poids politique, mais Ă  son appartenance Ă  l’Alliance Pour le Mali (APM).
Ainsi, nous sommes en prĂ©sence de gens qui sont prĂȘts Ă  faire un pacte avec le diable, juste pour se faire Ă©lire, jouir de postures confortables et qui dĂ©couvrent ensuite avec qui ils avaient Ă  faire pour tourner casaque et passer le plus clair de leur temps Ă  lui savonner la planche. Nul ne peut se prĂ©valoir de sa propre turpitude. Il faut s’assumer quand on ne se reconnaĂźt plus dans la gouvernance actuelle, on va Ă  l’Opposition. Normalement, l’opposition Ă  un rĂ©gime est une autre maniĂšre d’apporter sa pierre Ă  la construction de l’édifice national. Au lieu de cela, l’ADP/Maliba surfe sur l’ambiguĂŻtĂ© en affirmant de la maniĂšre la plus solennelle, lors d’une confĂ©rence de presse, qu’elle n’ira pas Ă  l’Opposition, prĂ©fĂ©rant intĂ©grer un Centre. Ainsi, incapable de s’assumer, l’ADP/Maliba manipule les syndicats dans un esprit populiste qui est en passe de devenir sa marque dĂ©posĂ©e. C’est quoi cette histoire Ă  dormir debout ?

Le papotage
INTOX
« On vous remercie d’avoir tenu le service minimum, qui est une obligation de la loi ».

DÉSINTOX
Un minimum de culture. Si le service minimum est imposĂ© par la loi, il n’y a pas Ă  remercier les grĂ©vistes pour l’avoir observĂ©, parce qu’ils ne pouvaient pas faire autrement.
« Nous vous encourageons à le surveiller de prÚs pour faire en sorte que ça ne soit pas une situation qui se retourne contre votre profession ».
Enfin, un conseil d’un honorable ! Une chose est de dire qu’il y a un service minimum en place, une autre est de dire qu’il est effectivement observĂ©. On le sait, dans ce pays, toutes les occasions sont bonnes pour ne pas effectuer son travail. Attention donc au retour de la manivelle !

PARTAGER

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here