Le Docteur Ganglé : Le vieux Ganglè parle, aujourd’hui, de la défaite des Aigles du Mali à la CAN 2012 face au Ghana.

0
2

Také : les Aigles du Mali ont perdu leur 2è match de poule, le 28 Janvier 2012 contre le Ghana qui les a battus par 2 buts à 0. Quel bilan faites-vous de ce match?

Ganglè : Il fallait s’attendre à cette défaite. S’il s’agit d’avoir son sort entre les mains d’une autre équipe, le Mali est prêt à tout pour le faire. Même si c’était une autre équipe que le Ghana, les Aigles se feraient battre pour honorer cette coutume amère. Maintenant pour arriver à la phase finale, il fallait compter sur la défaite d’un autre pays. Franchement, les Black stars du Ghana sont allés au Gabon pour gagner. Mais les nôtres sont là bas pour le tourisme. Du début à la fin du match, ils ont joué sans inquiéter le moindre adversaire à part un tir de Cheick Tidiane Diabaté qui a touché les 2 poteaux du Ghana sur une balle arrêtée.

D’ailleurs sur une occasion similaire, le ghanéen Gian Asamoa a mis la balle dans le filet de Soumaila Diakité. C’est logique parce que Gian et son équipe ont été préparés pour gagner, comme l’illustre bien leur 2è but. Celui-ci fut une baffe pour nos joueurs. André Ayu s’est baladé entre les défenseurs des Aigles avant d’envoyer un boulet de canon dans le but de Soumaïla Diakité. C’est ce qu’on appelle un joueur de «bonne qualité». Les nôtres étaient des spectateurs. La FEMAFOOT a tout fait pour qu’ils soient ainsi. Ah oui, c’est comme ça qu’il faut dire les choses telles qu’elles se présentent à notre vue. Nos représentants n’ont bénéficié d’aucune préparation digne de ce nom afin d’aller affronter à la CAN nos concurrents. En réalité, ils n’ont fait qu’une randonnée au Togo à une semaine de la compétition achevée par des matches contre les clubs de ce pays du président Faure Gnassingbé.

C’est du sabotage pur et simple ! Quelle équipe nationale du monde peut effleurer l’idée de venir faire des matchs contre par exemple le COB, l’As Nianan ou l’As Moribabougou dans le but de se préparer pour aborder la CAN? Aucune ! Kôro Modibo Sanogo de Radio Benkan, les Bah et Diallo savent que la réponse à cette question est « aucune équipe!» Ce n’est vraiment pas l’émission télévisuelle «Question pour un champion», mais c’est question à l’intention des férus du ballon rond Malien.

En clair, on peut dire que seule la FEMAFOOT peut prendre de telles initiatives afin de bouffer les sous destinés à la préparation de nos Aigles. La vérité est qu’Amadoun Kola Cissé et sa clique se foutent de notre équipe nationale. Ce qui les intéresse, c’est la bouffe et non le foot. Il parait qu’ils facturent le nettoyage des toilettes des joueurs à des millions de francs CFA. Allahou Akbar ! Que Dieu sauve le pauvre Mali. Dans ce cas les nettoyeurs de toilettes des Aigles doivent être les milliardaires Maliens. D’un autre côté, n’est-ce pas qu’ils ont refusé de mettre Alain Giresse à la porte? Maintenant le piètre résultat que ses joueurs ont obtenu est là pour offusquer le peuple qui en a marre avec les défaites à n’en pas finir.

Contre le Ghana, notre entraîneur Giresse ne savait même pas que la faiblesse de son équipe se situe au milieu du terrain. Pourtant, même moi Ganglè le savais. Mais il a procédé à des changements bidon parce qu’il voit tout simplement que les autres entraîneurs font entrer et sortir des joueurs. Il est bien payé pour ne rien faire face à des situations préoccupantes. Il pense que sa mission consiste à regarder les jours taper le ballon comme bon leur semble. Mais Giresse doit se rendre à l’évidence, qu’à part la FEMAFOOT, tout le monde sait qu’il est un loser. Au début de la CAN, les gens ne cessaient pas d’affirmer leur scepticisme au sujet de son travail. Leur inquiétude vient des se concrétiser.

Maintenant qu’est-ce qu’il faut faire pour corriger cette situation? Také, tu vois, cette intrigante et chiante question revient encore et toujours. Donc, au pays des héros comme El hadj Cheick Oumar Tall, Biton Coulibaly, Soundjata Kéita, Koumi Djossé et Firhoun pour ne citer que ceux-ci c’est l’eternel recommencement. Où se trouve l’issue salvatrice? Také, ferme ton appareil, on se verra la semaine prochaine, plaise à Dieu !

 

 

 

 


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.