Le Docteur Gangle Le vieux Ganglè s’intéresse à la situation agonisante de l’enseignement supérieur au Mali

0

Také : Après une année scolaire bien agitée, le gouvernement a décidé de mettre en congé toutes les structures d’enseignement supérieur du pays afin de préparer la rentrée 2011-2012. Certains parlent d’une mesure décrétant l’année blanche, et dont les rumeurs faisaient échos depuis plusieurs mois. Est-ce une bonne manière de corriger les tares de ce secteur combien vital?

Ganglè : Le jeu de cache-cache n’a fait que durer. Il est temps que les autorités disent en Langue nationale Bambara «tou férou». C’est un terme pour sortir du jeu ou mettre fin à une partie du batifolage. Que ce soit l’année blanche ou pas, l’enseignement supérieur du Mali est mort depuis longtemps, au même titre que les autres secteurs de l’éducation. Au lieu de commencer par le ressusciter, nos autorités se précipitent pour préparer l’année 2011-2012. C’est sûrement pour des intérêts personnels de certains que pour l’avenir des étudiants.

Les préparatifs d’année académique sont des occasions pour plusieurs cadres Maliens, d’empocher des milliards sur le budget de l’éducation. Et tant pis pour les étudiants qui souffrent des conséquences de ces actes de malversation. Tout le monde sait qu’avec l’entassement des différents problèmes non résolus, l’année prochaine risque d’être pire que les autres. Elle ne manquera pas aussi d’empoisonner le paysage politique et d’imprimer une marque négative indélébile aux élections générales qui font déjà du bruit.

Pendant longtemps, on nous raconte des histoires pour nous faire croire que l’éducation ne va pas si mal que pensent les gens. C’est du blabla! Comme le dit le célèbre humoriste Ivoirien Adama Dahico c’est «Eh Jah, ma vieille!» L’école va très mal au Mali. Cette année, on a tout vu : grèves, magouilles de toutes sortes et galère des étudiants. Un moment, l’université était transformée en Far West. Personne ne prend l’initiative de dire la vérité sur la situation catastrophique de l’enseignement supérieur au Mali. Maintenant, on se trouve dans le chao.

Selon un proverbe de chez nous, «Lorsque deux pileuses de mil se cachent les aisselles, le mil ne sera jamais débarrassé de sons.» en effet, sous le gouvernement dirigé par Modibo Sidibé, tout le monde savait que malgré ses grandes lunettes, Mme Siby Ginette Belgrade, ne voit plus loin que le seuil de son bureau. Surtout, quand il s’agit de ce qui se fait dans son département. Elle n’a pas du tout réussi à gérer les différentes crises universitaires et autres. Lorsqu’elle a été reconduite par Makaï, sa première activité a été l’organisation d’une grande fête en l’honneur à son maintien dans le fauteuil de ministre. Depuis ce show, on ne voit que des scandales.

Après la publication du dernier rapport de la CASCA, elle était à la une de plusieurs journaux pour des magouilles. Il parait que plusieurs fonds ont été léchés dans son ministère. Les gens croyaient qu’elle allait s’accroupir, un moment, à Bolé. Mais non, elle continue sa gestion catastrophique. Loin d’apporter un remède, elle soutient l’idée de cadenasser l’enseignement supérieur.

Madame Siby Ginette Belgrade, si vous m’entendez, dites-moi franchement si vous êtes capable de gérer l’enseignement supérieur. De toute façon, on sait que la réponse est non! Mais avec le titre et le confort dont vous jouissez, c’est à Sony ATT de vous limoger. Sinon, vous n’allez pas abandonner le fauteuil. N’est-ce pas Madame la ministre? Face à un échec ou à une humiliation, décider de démissionner n’est pas Malien. Ce ne sont pas les ex ministres Ahmed Sow et Oumar Ibrahim Touré qui ont fait l’amère expérience qui pourront me dire le contraire. Ces deux hommes à problèmes ont démissionné parce qu’ils ont été contraints à le faire.

Ginette Belgrade, qu’il y ait de futurs cadres au Mali ou pas tout vous est égal pourvu que votre place soit préservée. Dans ce cas, nous allons demander à Sony ATT de vous mettre à la porte «wassa wassa». Také, ferme ton appareil, on se verra la semaine prochaine, plaise à Dieu.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER