Les Apprentis-politiciens : Une peste pour notre société !

0
0

 

Depuis toujours, l’Afrique souffre. De l’esclavage à la colonisation, de la colonisation à la mondialisation, elle demeure une marionnette entre les mains des plus forts. Et aujourd’hui, c’est à une nouvelle forme de colonisation qu’on assiste. Nous ne parlons pas ici du néo-colonialisme occidental, mais de l’exploitation du Malien par le Malien, du Togolais par le Togolais, de l’Ivoirien par l’Ivoirien… bref, de l’Africain par l’Africain. Et cela par la faute de nos apprentis-politiciens qui sont, il faut le dire, un véritable poison pour notre société.

 En Afrique, en général, quand on parle de politique, on pense aux dictateurs, aux politiciens véreux  et sans scrupule qui  se servent de la population pour parvenir à leurs fins. Ils sont prêts à tout pour être élus à des postes juteux.

Chez nous ici au Mali, nombreux sont ces ministre, députés, maires, présidents d’institution, conseillers…qui s’adonnent à cette mafia. Une fois élus, ils abandonnent le bas peuple et n’ont qu’un seul souci : se remplir les poches. Et à quelles fins : construire des villas, posséder d’innombrables terrains de constructions, rouler dans de grosses cylindrées, s’offrir les plus belles femmes… Oubliant ainsi leurs fallacieuses promesses de campagne. Or en réalité, ce n’est pas un oubli, ce ne sont que des apprentis-politiciens qui n’attendront que la fin de leur mandat pour revenir vers le bas peuple pour le corrompre.

L’insalubrité dans certaines localités de notre capitale se passe de tout commentaire. Des quartiers et autres localités qui, cinquante ans d’indépendance après, ne sont dotés ni d’électricité ni d’eau potable. Allez-y regarder dans certains centres de santé ou tout simplement dans des écoles, des marchés…vous aurez de la nausée !  

Ce qui intrigue dans cette affaire, c’est que nos populations qui  ne savent pas qu’elles ont entre leurs mains une arme de destruction massive qui pourra dissuader ces apprentis-politiciens. Il s’agit de la censure. Les élections générales, notamment la présidentielle, approchent à grands pas. Ils reviendront vers vous avec des billets de banque, du sucre, du lait, du riz, de la farine et autres pacotilles pour acheter vos consciences. Soyez courageuses pour leur rappeler qu’ils n’ont rien fait pour vous et qu’ils aillent au diable avec leurs objets corrompus. C’est à ce prix que vous pourriez leur donner une bonne leçon de démocratie !

Fatoumata Labassou TOURE 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.