Les vérités de Kôkè : Des députés périmés !

2 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Kôrô, ouvres bien tes yeux. Ne dors surtout pas dans ton joli salon climatisé de la Base B. Ouvres tes yeux parce que le «Sanfin» qui plane au-dessus de nos têtes risquerait de nous envahir tous, si l’on n’y prend garde. Crois-moi, tôt ou tard, il y aura la reforme agraire dans ce pays.

Des Maires, des anciens Ministres et Directeurs des domaines, des Généraux de l’armée et un ancien procureur dit «anti-corruption» sont des principaux actionnaires des Agences immobilières qui ont fini par déposséder les pauvres propriétaires terriens de leurs champs. Reste une zone de convoitise : la ferme expérimentale de Sotuba. Allah b’u bè faga !!!

Kôrô, ne m’en veux pas. Mes vérités sont devenues un virus inné en moi que si je garde silence, il finira par me tuer moi-même. C’est pourquoi je le dis, parfois au risque de la prison. De quelle légitimité nos députés dont le mandat a pris fin depuis le mois de juillet dernier, se prévalent  pour interpeller les Ministres de la transition ? Ne veulent-il pas la mise en place d’un Conseil transitoire en lieu et place de l’Assemblée Nationale ? Ne veulent-ils pas renoncer à des milliards dilapidés par cette Institution en cette période exceptionnelle de crise?

Kôrô, toi-même, ancien député, tu connais parfaitement comment les choses sont dictées à nos très extraordinaires représentants du peuple. On s’en souvient, sous le régime du laisser-aller, certaines lois passaient même si elles étaient votées au détriment du peuple, moyennant de fortes sommes. Ce fut d’ailleurs le cas de l’adoption du fameux Code de la famille où le prince du jour avait mis tout son poids pour le faire passer. Ni Allah tiè, si le même régime continuait jusqu’en 2017, il allait adopter une loi permettant le mariage des homosexuels.  Astak firu la ! Merci Bandiougou Doumbia, Allah k’i balo pour tes vérités cruelles envers les pro-codes !

Kôrô, si on veut réellement donner une autre orientation au fonctionnement de notre pays, l’Assemblée Nationale doit être simplement dissoute. Le Conseil transitoire dont il est question sera composé d’hommes et de femmes intègres, sérieux et patriotes ayant lié leur destin à la patrie commune. Les textes le régissant seront validés au cours des assises de la Concertation nationale, lesquelles se tiendront dans quelques jours.

Je viens d’ailleurs d’apprendre que les TDR de cette rencontre sont fins prêts. Mais, en ce qui concerne sa tenue, il faudrait bien que la Primature soit forte pour ne plus revenir en arrière. Ceux-là qui sont prêts à y participer, qu’ils viennent faire des propositions concrètes au nom de leur pays. Et  ceux qui  veulent les bouder, ont le plein droit de ne pas y participer. Mais, seulement qu’aucune autre date ne soit fixée par Kanouté. La mouvance présidentielle transformée après le coup d’Etat du 22 mars en opposition, a son propre agenda pour détruire davantage un pays qui souffre de l’occupation de son territoire par des bandits armés d’AQMI et du MNLA.

Kôrô, dis merci à Oumar Mariko. Un homme resté égal à lui-même, malgré les pressions et les menaces de mort qu’il a subies tout au long du régime des fuyards, lesquels ont élu domicile au bord des eaux océaniques de la Terranga. J’ai beaucoup aimé le courage et l’abnégation dont a fait preuve l’amoureux de Korotoumou en mettant fin à son mandat de député. Pour lui, les députés de l’actuelle Assemblée Nationale sont des «Députés périmés» et doivent plier bagages pour céder place au Conseil transitoire. A ya fô pian !!!

 

SOURCE:  du   14 nov 2012.    

2 Réactions à Les vérités de Kôkè : Des députés périmés !

  1. Da

    Tout ça c’est bon, si c’est vrai que la majorité des Maliens a compri que nous avions eu à faire avec des fuyards; des ennemies de double language, alors allons y rapidement aux élections pour introduire notre colère dans les urnes contre eux. C’est la façon légitime de les mettre à la disposition de la loi pour enfin redonner à son pays son image tant souhaitée par la grande majorité des maliens.