Ligne de force : Préserver à tout prix l’accord de paix

101

SaoutiLe président IBK a décidé, le week-end dernier, de s’impliquer personnellement et de se porter en première ligne dans le contentieux qui prévaut à Anefis, en demandant aux leaders de la Plateforme de retirer leurs troupes de la localité qu’elles contrôlent depuis la mi-août.

Il ne pouvait faire autrement étant donné que c’était l’unique option sur la table et que la pression de la médiation internationale ne lui laissait guère d’autre alternative.

Critiquée par une partie de l’opinion, la création par la MINUSMA d’une ” zone de sécurité ” autour de Kidal procède de sa mission de protection de la population civile même si force est de reconnaitre qu’elle n’a pas toujours été à hauteur de cette mission partout par le passé. Elle vise aussi et surtout à prévenir un dérapage du processus de paix qui, avait-on cru ou espéré, avait atteint un point de non-retour avec la finalisation de la signature de l’accord issu des discussions d’Alger, le 20 juin à Bamako.

Laisser les forces de la Plateforme tirer avantage de leur position dominante sur le terrain au point d’occuper Kidal et d’en chasser les ex-rebelles qui en ont fait, une brève période, la capitale de leur illusoire, fantasmagorique ” république de l’Azawad ” aurait certainement procuré un sentiment de revanche accomplie à certains de nos compatriotes qui éprouvent du mal à faire leur deuil d’un certain 21 mai 2014 de triste mémoire.

Mais cette prouesse militaire, si elle a lieu, n’apporterait pas une paix durable, encore moins définitive recherchée par nos concitoyens, nos autorités et la Communauté internationale. Bien au contraire, elle ne ferait que prolonger et aggraver les souffrances physiques et morales de nos populations, retarder le relèvement économique du pays, obérer le devenir des générations actuelles et celles à venir.

Cela, par l’avènement inéluctable de nouvelles rebellions qui pourraient pactiser avec des groupes narco-terroristes (en plus d’AQMI, du MUJAO, du Front de Libération du Macina, l’Organisation de l’Etat Islamique est déjà implantée en Libye et au Nigéria et pousse des racines dans  des pays limitrophes) pour asséner des coups dévastateurs à l’Etat républicain, démocratique, fondé sur les droits de la personne humaine auquel aspire, se dédie et se consacre le Mali actuel.

Voilà pourquoi il est urgent et impérieux de faire taire les armes, de lever les écueils où ils peuvent surgir, de ne pas faire de fixation sur un passé douloureux et nourrir la haine, de tourner le dos à la guerre et d’aller résolument vers la paix des cœurs et des esprits.

Pour tout dire, il faut s’attacher à la sauvegarde et à la mise en œuvre de l’accord du 20 juin 2015 de Bamako qui – cela a fait l’objet d’un consensus universel – renferme toutes les conditions pour asseoir une paix véritable et un bonheur partagé par tous les Maliens.

Dans ce défi historique, l’appui et l’accompagnement de la Communauté internationale sont et resteront de la plus haute importance.

 

Saouti HAIDARA

PARTAGER

101 COMMENTAIRES

  1. Je reste certain qu’en lançant une enquête sérieuse quant à cet affrontement d’Anéfis, nous aboutiront sur la conclusion que c’est les hommes de la CMA qui sont à la base de cette violation; ils sont trop hautains et trop suffisants, ils se considèrent comme les supérieurs aux hommes de la plateforme et cela ne serait pas de nature à faciliter la paix.
    Tant que ces bandits ont le support de la France, ils se comporteront comme en terrain conquis et cela est déplorable, car la France a son problème Corse qui devrait lui dire de ne pas agir comme elle le fait actuellement en vilipendant la majorité au profit de la minorité des minorités Touareg. Je suis totalement sidéré quand je vois comme la France se comporte envers le Mali loyal au profit de cette minorité des minorités Touareg.

  2. Ne vous occupez pas de ceux qui racontent du n’importe quoi. Ils y a des hommes dignes qui se battent matin midi et soir pour la paix dans ce pays. Il y a d’autres qui ont décides de faire le pitre, d’autres encore ont choisit de faire la marionnette. L’accord qui a été signé pour instaurer une paix durable, au lieu d’accompagner cette action certaines personnes se mettent à singer.

  3. L’accord avait été signé pour que nous ayons la paix au MALI et rien d’autre. Les charlatant de la mauvaise parole, stopper un peu avec des affirmations ridicules. On ne signe pas un accord pour vendre son pays, d’où vous sortez cela?

  4. Le Mal de notre pays le MALI réside dans dans le mode de fonctionnement de certains de nos compatriote. la politisation du problème du nord devient un problème gravissime pour nous.
    Ceux qui politisent ce problème sont des personnes sans cœur. Elles n’ont pas été victimes de la guerre, elles profitent du malheur des compatriote pour juste avoir de la popularité. Ce qui est regrettable est que; même les journalistes tombent dans ce jeu et oublient la Nation

  5. Les maliens ne veulent pas sortir de cette spirale de la conspiration. Pourtant cette pratique est mal pour notre république. Si certains maliens continuent de singer, alors dans ce cas, les magouilles de la MINUSMA deviendront sans limite. Unissons nous et soutenons nos gouvernants, la moindre petite faille devient une opportunité pour l’ennemi. Pensons y.

  6. Nous irons véritablement vers une paix durable un jour, quand une certaine catégorie de maliens prendrons conscience du moment que nous sommes en train de traverser. J’ai comme l’impression que notre pays regorge de plus en plus des hommes inconscients. A l’allure où vont les choses, on risque de battre le record.

    La MINUSMA continuera de faire du MALI son terrain de jeu aussi longtemps qu’il découvrira que notre pays compte des macaques qui n’ont d’yeux que pour le pouvoir. La communauté internationale ne trouvera jamais une solution à notre problème si parmi nous, plusieurs sont pires que des marionnettes. IBK n’est pas le problème du MALI. le problème du MALI est de la responsabilité de tous les maliens.

    La communauté qui aide de façade continuera de jouer à cause de vos enfantillages. Aussi longtemps que nous ne seront pas soudé, le mali sera son terrain de jeu. Les dignes fils de ce pays doivent prendre les choses en mains. Les pseudos intellos et les activistes mal intentionnés n’aiment pas ce pays. C’est le feu et le sang qu’ils veulent voir pour accéder au pouvoir.

  7. Dans cet Accord que certains croient qu’il va conduire a la paix il y a deux ou trois concessions qui ont ete accordees a la CMA et qui sont de nature a tout remettre en cause a moins que le Mali accepte la creation au Nord d’une entite politique qui permet l’exploitation de ses ressources naturelles par la France et ses Allies.1) La predominance des combattants
    CMA dans l’Armee du Nord;2) la creation d’une entite comprenant Kidal,Taoudenit et Menaka qui se battra pour l’autonomie politique.Chaquefois que la PlateForme a voulu briser ce plan de partition,la Communaute Internationale s’agite et fait tout pour qu’aucune entorse ne soit portee a ce projet politique qui benefie a certains membres du Conseil de Securite. Rappelons que ce plan machiavelique a ete monte apres que l’Accord ait ete paraphe.Il ne faut jamais attendre les evenements.Un Accord a ete signe.Sur quoi le Gouvernement du Mali doit insister dans cet Accord?Sur la meme chose que la PlateForme;
    Non pas sur le cote militaire mais sur le cote sans combat:Cantonnement,demoblisation et desarmement.Ensuite sur les modalites d’integration des combattants dans l’Armee Nationale.La desertion dans n’importe quelle armee est un crime.Ceux qui ont deserte l’Armee Malienne soit pour rejoindre une autre force soit pour se perdre dans la nature,ne seront pas poursuivis mais ils ne pourront integrer l’armee Malienne; ceux qui ont commis des crimes de guerre ,sont exclus;ceux qui ont commis des crimes contre l’humanite sont exclus.L’integration sera faite en pretant un serment de loyaute a l’Armee et au Mali.Ceux qui refuseront de preter serment seront exclus de l’Armee.L’armee instaurera une forte discipline militaire pour garantir la discipline, la loyaute ,la camaraderie,toute exclusion de sentiments ethniques,claniques et tribaux.L’esprit Republicain ,democratique,de laicite de respect des droits humains particulierement des femmes et des enfants.

  8. Si l’objectif sincere cest la paix, donc la MINUSMA et nos ” amis et parterres techniques” doivent exposer une certaine stricte verite/realite au MNLA/CMA: que:
    – Ils ne representent pas en realite les communautes du nord malien
    – L’Azawad est un myth historique, demographique et politique (au plus, cest une cuvette de paturage d’antiquite frequentee par les bergers touaregs
    – La majorite des touaregs du Mali se reconnaissent plutot pleins maliens et non azawadiens.
    – Il n’y aura jamais l’indepndance de l’azawad, moins encore celle de la vision du MNLA/CMA…qui est un etat apartheid touareg d’azawad…qui discriminera contre les populations noires a travers la Razzia et autre esclavagisme de l’elite CMA.
    – Toute independance “d’azawad” dans un tel contexte absurde ouvrirait une boite de pandore dans le Sahel (Niger, Mauritanie, Algerie, Libye, Maroc)
    – Bien que les touaregs sont de veritables autoctons du nord du Mali, ils ne sont pas les seuls…les sonrais,les peuhls, les autres aussi sont … ni Askia Mohamed, ni Soni Ali ber, ni Ahmed Baba n’etait touareg.
    – Quand on va au referendum Mali/Azawad la CMA n’aura pas 15% des voix pour azawad.

    Maintenant, que est ce qu’on cherche au finish alors si ce ne sont des troubles?

  9. Le GATIA doit a accepté cette décision et quitté Anéfis. C’est pour le bien de tous ainsi que de l’accord que le président a pris cette décision.

  10. On se dise de la vérité et rien que de la vérité dans ce pays. Cet accord fut signé entre le gouvernement et les groupes d’autodéfenses et rebelles dans le seul objectif de préserver la paix et la réconciliation au Mali. Pour cela, il nous faut continuer dans ce sens pour le bien être de notre pays.

  11. Seule la minusma sait ce qu’elle veut du Mali. En tout cas pour le bien de notre pays, on doit se donner la main soutenir notre gouvernement

  12. Il faut soutenir cet accord qui demeurera éternellement pour notre pays une source intarissable de paix et de stabilité. Son soutient et son accompagnement va dans l’intérêt de tous.

  13. Nous saluons les braves hommes du GATIA. Nous apprécions et nous saluons aussi la bravoure du Président IBK dans sa décision, qui ne vise que la paix.

  14. Le cœur des maliens conscients vibrent de confiance pour le Président IBK et le GATIA. Car ils agirent tous pour le retour de la paix. Nous saluons et soutenons leurs bravoures.

  15. Nous saluons la bravoure avec laquelle le GATIA défend l’intérêt du pays. Nous les saluons pour leurs grands sens de patriotisme et nous les invitons à comprendre la décision du Président, car tout comme eux, IBK n’agit que pour le retour d’une paix durable.

  16. Moi j’invite le GATIA au calme et à la compréhension. Ils sont à saluer, pour leurs grand sens de patriotisme, qu’ils sachent qu’ils n’ont pas le même objectif que la cma, eux ils se battent pour la paix.

  17. VAN MO
    Le débat est déjà lancé.
    «l’autopsie de la gouvernance d’IBK et le péril malien!»
    Les internautes sont pressés de lire vos arguments.
    Prouvez nous que vous n’êtes pas seulement fort dans les insultes.
    Kassim est,certes,contre la politique d’IBK.Mais il le critique avec ses arguments.Si vous ne partagez pas ses arguments,répondez le avec des arguments.

  18. La Minusma a une intention bien précise pour créer cette zone de sécurité, celui de diviser notre cher pays.

  19. Personne ne viendra résoudre notre crise à notre place. Il faut qu’on se donne les moyens de renvoyer hors de notre territoire les bandits et narcoterroristes. Sinon, une chose est claire, cette MINUSMA-là ne ferait que le jeu des ennemis de la paix

  20. A mon avis la présence de la GATIA à Kidal était de renforcer en plus la sécurité de la population civile. Mais si sa peut causer du tort à l’accord, donc il faut mieux que le GATIA quitte le lieu. Le maliens souffre déjà et on ne veut plus d’autre problème.

  21. Nous devons prendre nos responsabilités entre nos propres mains en nous unissant à l’effort gouvernemental. En restant dignement et fièrement derrière lui pour aller de l’avant.
    Déjà que le gouvernement fait son mieux pour nous sortir du gouffre, nous les citoyens devront nous lever et nous consacrer au respect des consignes dictées par celui-ci.
    Notre rôle n’est pas vain et ne le sera pas si vraiment on se montre à la hauteur.
    Nous ne saurons nous montrer ainsi qu’en se battant aux côtés de nos autorités, qu’en travaillant laborieusement et dignement c’est-à-dire sans relâche et sans corruption.
    Nous devons montrer à nos autorités que nous ne voulons plus le favoritisme, que nous ne voulons plus le clientélisme,
    que nous ne voulons plus la démagogie,
    que nous ne voulons plus l’anarchie ni dans nos services ni dans nos rangs militaires ni dans nos concours ni nulle part ailleurs.
    Que nous voulons plus que jamais le bien être de la jeunesse et non ces vices qui ne font qu’aggraver sa situation catastrophique et périlleuse.
    N’EST IL PAS L’HEURE ?
    Que la jeunesse soit consciente ?
    Que la jeunesse prenne sa revanche ?
    Que la jeunesse soit motivée ?
    Que la jeunesse soit préparée pour les jours futurs ?
    N’EST IL PAS L’HEURE ?
    Que Mali retrouve la paix ?
    Que les maliens se réconcilient ?
    Que les maliens cohabitent ?
    Que les maliens se partagent un même espace d’échange et de dialogue
    LA VERITE EST AMERE MAIS C’EST DE LA VERITE
    Arrêtons de mettre le fardeau sur la communauté internationale ou la France et prenons nous-mêmes le taureau par les cornes.
    Le Mali et ses fils sont les seuls responsables de leur sort.
    La solution demeure dans l’union la confiance et le respect du pouvoir !!!!!!!!!!!!!!!!
    La solution demeure dans l’union la confiance et le respect du pouvoir !!!!!!!!!!!!!!!!
    La solution demeure dans l’union la confiance et le respect du pouvoir !!!!!!!!!!!!!!!!
    La solution demeure dans l’union la confiance et le respect du pouvoir !!!!!!!!!!!!!!!!
    La solution demeure dans l’union la confiance et le respect du pouvoir !!!!!!!!!!!!!!!!
    La solution demeure dans l’union la confiance et le respect du pouvoir !!!!!!!!!!!!!!!!
    Constatez vous-mêmes, LE MARGOUILLAT NE PENETRE QUE DANS UN MUR FENDU.
    BREF, L’ESPOIR EST PERMIS.
    Le Mali sera paisible, sera construit et la jeunesse connaitra un avenir glorieux.

    • Le soutient et l’accompagnement de cet accord est une obligation qui pèse sur tous les maliens qui se disent patriotes ou citoyens.

  22. A mon avis on doit soutenir le choix du président de la république, il a juré de protéger le Mali contre tous danger. Donc s’il a pris cette décision c’est pour notre bien.

  23. Vive la Paix.
    Le Mali mérite la Paix
    IBK est capable de nous amener la paix…

  24. Si le président a pris cette décision c’est pour sécurité de tous les maliens. Nous devons le soutenir et l’encouragé d’avantagé pour les sacrifices qu’il fait pour les maliens

  25. IBK est un homme stratège, il sait quoi faire. Il tout aussi conscient de la situation d’Anéfis mieux que quiconque. C’est vrai que le Gatia est un groupe d’autodéfense mais force est de reconnaitre que la meilleure façon de combattre son ennemi est aussi de se replier enfin de mieux le combattre.

  26. Un accord de paix n’a de valeur que s’il est appliqué et respecté par les differentes parties, sans quoi il devient une feuille de papier à cigarette que tout Leader crédible et intègre ne veut pas dans sa poche. 8)

  27. C’est dans droit de préservé a tout prix l’accord de paix, par ce qu’il tient à cœur a la réconciliation et la paix du Mali. Il est en train de tout faire pour que cet accord soit une réussite.

  28. Si la France est motivée d’une intention sincère au Mali, elle pourrait prévenir les attaques terroristes. Mais il me semble que la réalité sur le terrain va dans le sens inverse de ce que François Hollande a mentionné à Dubaï :« Nous avons trois buts dans notre intervention qui s’effectue dans le cadre de la légalité internationale », a-t-il dit lors d’une conférence de presse: « arrêter l’agression terroriste », « sécuriser Bamako où nous avons plusieurs milliers de ressortissants, et permettre au Mali de recouvrer son intégrité territoriale ».

  29. J’apprécie et je salue l’acte du Président IBK ainsi que celle du GATIA, qui ne peut se traduire d’aucune autre manière que la quête perpétuelle de la paix. Le Président à agit pour la stabilité du pays et du bien-être des maliens. Nous devons tous le soutenir au lieu de le critiquer.
    Si la communauté internationale a une force aujourd’hui, c’est juste parce qu’ils ont su que le Président IBK n’a pas le soutient de son peuple. Sinon je ne vois vraiment pas pourquoi la communauté insiste tant, que le GATIA quitte Anefis, et que la CMA et la Minusma y aillent, or le GATIA voulait juste que la CMA soit accompagné de nos forces républicaines. Les maliens doivent comprendre par-là, le jeu de la communauté internationale, et cela doit les amener à soutenir le Président. Sinon pourquoi ce jeu de la Minusma ? Pourquoi d’abord établir un périmètre de sécurité et ensuite vouloir accompagner la CMA ?

  30. L’occident est déterminé à détruire ce Mali qui est la fierté des Africains/Africaines. Ce n’est pas pour rien que l’occident reste muet aux exactions de ses bons terroristes au Mali. C’est dans la complicité totale avec ces rebelles de Kidal que l’occident veut changer l’histoire du Mali qui est connu de tous. Ce n’est pas pour rien qu’ils veulent imposer au Maliens/Maliennes un nom azawad qui est totalement dépourvu de toute réalité historique. Dans tout cela l’ennemi numéro un du Mali reste toujours la France qui vit du sang des Africains/Africaines. Les Africains/Africaines ont pris beaucoup de coups de ces nations barbares et je me demande s’ils apprennent de l’histoire que rien dans cette n’est éternel.
    Et l’ennemi numéro deux sont certains journalistes maliens qui non aucune conscience de l’ampleur qu’ils sont entrain de causer au Mali, à cause de leurs article bidon et diffamation des faits, bourrer des mensonges et critiques du gouvernement. Chers maliens ressaisissez-vous, la presse malienne est une conspiration des opposants contre le gouvernement.

  31. Le retrait du Gatia d’Anefis consiste à préserver l’accord de paix et de réconciliation issue des négociations d’Alger. Le retour de la paix ne saura voir le jour tant qu’on ne pose pas les actes. Raison pour laquelle le président de la République IBK a sollicité le départ du Gatia dans la localité d’Anéfis.

  32. Ce geste du président de la République est salutaire, préservé l’accord de paix est le souhait de tous les maliens. La ressuscite de la guerre n’arrange personne, trop de sang ont coulé. Il est temps de faire la paix non sur le papier mais de rentrer en acte.

  33. OUI… la paix doit être un comportement pas seulement que des mots.
    Les maliens doivent apprendre à faire de cette paix une réalité en se comportant bien.
    IBK fait son mieux pour que la paix puce revenir au Mali.

  34. La paix au Mali ne serait d’une réalité que quand les maliens comprendrons l’importance de cette paix en faisant cela de leurs habitudes de tous les jours.
    IBK veut la paix, pour cela même les étrangers ont compris cela avant nous. on doit laisser tout haine et mauvaises comportement de côté.
    Personne ne viendra faire le Mali en notre place.

  35. IBK a été très bien sage, sa décision de préserver la paix est très importante. Le Président de la République veut sauver à tout prix l’accord de paix. L’échec de cet accord sera une catastrophe pour la nôtre pays.

  36. IBK es et reste toujours un garent pour la paix. Le Mali est entre des bonnes mains,
    Cette paix doit être une implication de tout les fils de la Nation.

  37. “La Paix, ce n’est pas un vain mot, c’est un comportement. La paix, c’est apporter des solutions aux problèmes
    Que le début de chaque chose soit dans l’accord, et la tranquillité s’ensuit.”

    • Nous reconnaissons que la mise en œuvre de l’accord de paix ne sera pas facile ou immédiate. Elle requière tout notre dévouement ainsi qu’une attention continue et constante pour réussir.

      • C’est à la communauté internationale de tout mettre en place, même s’il s’agit de faire l’impossible pour que la mise en oeuvre de l’Accord de paix puisse avoir lieu. Sinon si on laisse ces gens là à eux même, je pense qu’il ne sera plus question de respect de l’Accord. Je crois que la CMA n’a aucune volonté de faire réellement la paix.

        • hum!! Protéger la Coordination des Mouvements armés de l’Azawad (la CMA) est la mission de la Communauté Internationale au Mali. C’est après les affrontements entre ce groupe et le Gatia que les maliens ont pris connaissance de l’objectif de la MINUSMA. ils ne cherchent que leurs intérêt au Mali.

          • je soutiens Mr Boris pour ce qu’il dit en plus Les masques de la MINUSMA sont tombés. La Mission des Nations Unies Soutien au Mouvement de groupes Armés (MINUSMA). Tout le monde connait aujourd’hui le double jeu de la Communauté Internationale au Mali. On ne veut plus de cette mission dans notre pays.

  38. Il y’a toujours un moyen de revenir à la paix, IBK a promis la paix et il l’apportera dans son sens propre.
    Maintenant il est nécessaire que la CMA et la population puce prendre l’accord comme un chemin envers la paix et que surtout la CMA voie de son côté d’arrêter ses provocation pour le bien d’un Mali pour nous tous.

  39. VIVE LE PRESIDENT IBK
    VIVE LA BONNE DÉCISION
    VIVE LA PAIX
    VIVE LA RECONCILIATION
    VIVE LE BONHEUR DU MALI
    ABAS LA MINUSMA
    ABAS LA FRANCE
    ABAS LES JOURNALISTES QUI CHERCHENT A RENDRE LA SITUATION PLUS DIFFICILE.

  40. Monsieur le journaliste, n’essaye pas de rendre la situation plus compliquer, tout le monde sait le président IBK est l’homme de la situation.
    Cette décision prise par IBK est la meilleur, c’est pour que la situation sécuritaire du pays soit stable.

  41. Il faut que tous les forces présents au nord puissent se donner la main, et collaborer ensemble pour que le pays puisse retrouve ce qu’il mérite, qui est la paix et la tranquillité.
    Je lance un appel à la population de rester toujours souder, et encouragé le gouvernement pour la satisfaction de l’intérêt de la Nation.

  42. Nous sommes tous convaincus que tous les décisions prises par le chef de l’Etat concernant la situation sécuritaire du Mali sont bonne car il souhaite toujours que le Pays retrouve la paix et stabilité.

  43. La paix, c’est appliquer la “règle d’or” de réciprocité
    La Règle d’or est une phrase toute simple qui part de ce qu’on attend des autres (tout ce qui fait du bien, surtout pas ce qui fait du mal), pour faire de même aux autres :
    Fais et offre à l’autre ce que tu souhaites qu’on te fasse et qu’on t’offre
    Ne fais pas à l’autre ce que tu ne veux pas que d’autres te fassent.
    La Règle d’or propose la réciprocité des attitudes et des comportements souhaités par chacun dans ses relations interpersonnelles, collectives et planétaires. Une seule phrase permet de résumer tous les comportements à faire et à ne pas faire :
    respecter/accepter/aider/protéger/accueillir/inclure/apprécier/aimer/calmer/apaiser/écouter/coopérer …
    ne pas tuer/ne pas violenter/ne pas violer/ne pas voler/ne pas dénigrer/ne pas heurter/ne pas exclure …
    La Règle d’or est à la fois le rempart contre la violence et la condition de succès pour la paix.
    Dans chaque religion et culture, la Règle d’or a été exprimée pour servir de guide pour vivre ensemble en harmonie au sein de la communauté – et avec tous autres individus, communautés et régions du monde.
    Elle est ainsi le fondement éthique et le point de convergence de toutes les cultures et religions et aussi des droits humains. De nombreux proverbes l’expriment.

  44. La Minusma, la CMA, la communauté internationale abusent de la clémence de L’Etat malienne. La crise malienne est devenue maintenant un jeu de dupe. La communauté internationale favorise d’une manière ou d’une autre une minorité face à la majorité. Les droits de la population qui sont la sécurité, la paix, la réconciliation et la prospérité sont tous ignorés au profit des intérêts sordides de la part des puissances internationales.

  45. Je veux tout simplement que le GATIA quitte le lieu, pour le bonheur des Maliens, les dispositions prises par le président de la république, et les partenaires du Mali doivent être respecté par le GATIA, pour la stabilisation de la région du nord Mali.

  46. Pour maintenir la paix et la réconciliation nationale, le GATIA doit quitter automatiquement l’ANEFIS pour but d’intérêt général de la Nation.
    En se focalisant sur le droit public, plus précisément le droit administratif, il est mentionné que les normes inferieurs doivent respecter les normes supérieurs, alors c’est au GATIA, de respecter l’autonomie de volonté, en quittant le lieu.
    Ce n’est ni la pression de la communauté internationale, ni la France, ni les partenaires du Mali. C’est une décision pour but d’intérêt général.

  47. La paix et rient que la paix.
    IBK est en train de tout faire pour que le Mali puce retrouver la paix et la tranquillité.
    La Nation a besoin de la paix et cela vaut la participation de tous un chacun.

  48. Je pense que le Minusma ne fait qu’empirer la situation. Elle agit comme si s’était Kidal qui était en conflit contre le Mali, Kidal est et restera pour le Mali. Cette histoire de créer une zone de sécurité. Je ne pense pas cela soit la solution. La Minusma doit faire preuve de bonne foi dans la confrontation entre les différents groupes armés au septentrion du MALI.

  49. Le retour de la paix dans le nord Mali a été certes difficile, mais possible. Tout le peuple malien doit se mobiliser derrière nos leaders, IBK et son gouvernement sont engagés, déterminés pour la lutte du retour et le maintien de la paix et la réconciliation dans le nord Mali. La crise du nord Mali est une crise qui date depuis la veuille de l’indépendance. C’est normal que les maliens doutes de cet accord, car la crise a connu des confusions et beaucoup d’atrocités qui continue jusqu’à présent. Mais IBK et son gouvernement œuvrent pour une paix possible et durable. Les maliens doivent accorder la confiance totale à nos leaders.

  50. On sait que les journalistes Maliens n’ont rien à dire, toujours le même cas.
    Du moment où l’accord a été signé la CMA entre le gouvernement, cela prouve que les partis doivent respecter leurs consentements pour que la paix retrouve au Mali. Selon les décisions du président et les partenaires du Mali qui insistent le départ de la GATIA, pour la stabilisation du pays.
    Pour une bonne application de l’accord de paix et la réconciliation signé le 20 juin dernier, il faut les partis signataires de l’accord respectent les préambules et les dispositifs de cet accord.
    Il faut aussi que la communauté internationale joue pleinement leur rôle pour une bonne application de cet accord. Pour que le pays retrouve la paix, il faut que le GATIA respecte la décision du président de la république.
    Si la CMA décide de bombarder une base de la GATIA ne sera pas une violation du statu des Nations unis en se focalisant sur les dispositions de l’article 42 du statut BDES NATIONS UNIS.
    Moi NIKITA, je sais que le président de la république fera tout pour le bonheur des Maliens c’est pourquoi, il demande à la GATIA de quitter l’ANEFIS sans condition.
    La communauté internationale, le GATIA, la CMA, la MINUSMA, doivent faire de toute en sorte que le Mali retrouve la paix et la stabilité, car l’objectif rechercher de tous les partis est de maintenir la paix et la stabilité au Mali.
    VIVE LE PRESIDENT IBK
    VIVE LES PARTENAIRES DU MALI.

  51. Je pense que pour la paix et la réconciliation la GATIA doit quitter Anéfis. Ibrahim Boubacar Keïta veut sauver l’accord de paix et protéger sa population et leurs biens et aussi l’intégrité de son territoire national.

  52. Le GATIA et la population doivent comprendre la décision du chef de l’Etat, notre pays traverse l’un des pires moments de son n’existence. C’est ensemble et en restant unis derrière le Président de la République que nous pourrons régler ce problème.

  53. Maintenant la balle est dans le camp de la CMA. C’est à elle de manifester sa volonté de faire la paix et de passer à la mise en oeuvre de l’Accord de paix. Le président de la République, IBK s’est conformé à toutes les conditions que ces gens et la médiation ont posé. Avec le temps la pourriture se fait sentir.
    Il faut que les maliens comprennent IBK. Il tellement veut bien faire pour sauver son pays qu’il accepte d’aller à l’encontre de ses convictions.

  54. La manière dont la MINUShttp://d2q55mevlpufwx.cloudfront.net/wp-includes/images/smilies/icon_mrgreen.gifMA est en train de procéder au septentrion malien, si seulement cela ne cesse pas dès maintenant, elle risquerait de faire de l’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation nationale une lettre morte. Ce qui n’est pas du tout souhaitable pour un pays où la population a été victime de toute sorte de crimes. 😯 😯 😯 😆 😆 😆 :mrgreen:

  55. Je pense qu’IBK a agi en prenant en compte toutes les éventualités. Il ne sert à rien de créer une situation qui pourrait encore engendrer des pertes de vie humaine. Je pense qu’il a bien fait de prendre cette décision car la paix doit être la priorité.

  56. La Communauté Internationale, pas au Mais seulement mais dans tous les pays où elle a eu mandat, toujours été partielle et partiale dans ses prises de décisions. Le GATIA et le gouvernement sont les deux parties signataires de l’accord d’Alger qui sont de bonne volonté. Contrairement à la CMA. 😛 😛 😛 😛

  57. La population malienne toute entière doit marcher contre la force onusienne présente au Mali. Après tout affrontement entre la CMA et le GATIA, elle prend toujours des décision favorables au groupe séparatiste. Cette mission au lieu qu’elle une solution elle est le problème et le pur obstacle à la paix. 😛 😛 😛 😆 😆 😆

  58. La Gatia doit se retirer c’est vrai mais on doit aussi respecter leur volonté de déployer les Fama et la Minusma pour la sécurisation d’Anefis. En amont, je crois que le groupe d’auto-défense n’avait pas refusé de partir mais ils veulent se faire entendre eux aussi.

  59. Si c’est pour préserver l’accord que le Gatia doit partir d’Anefis, au nom de la paix aussi la CMA ne doit venir occuper cette zone. La population d’Anefis n’apprécie pas du tout les touaregs , ils risquent d’avoir des représailles et la communauté internationale devrait penser à cela.

    Je peux bien m’exprimer poliment en donnant un raisonnement clairvoyant mais il y a des imbéciles fougariden sur maliweb qui ne méritent que d’être mal traités oralement

  60. Les maliens ne sont pas d’accord avec cette décision de la MINUSMA. Le GATIA a occupé la ville d’Anefis par les armes. Il ne devrait pas céder la ville à la CMA qu’il a battu lors des affrontements. Le même groupe a été forcé de se retirer de Ménaka. Au nom de la paix, il a obéit à cette décision. 💡 💡 💡 😆 😆 😆

  61. Je trouve IBK a bien fait d’éviter une guerre à la Gatia, et dans la perspective où cela aurait lieu, non seulement le groupe d’auto-défense aura perdu, elle impliquerait aussi une invasion djihadiste parce que les forces internationales affirment qu’elles ne sont pas là pour combattre le djihadisme. Le peuple malien doit rester derrière le président et le soutenir dans ses actions pour ramener le Mali à la paix définitive.

  62. Peu importe les sacrifices que nous devons faire pour avoir la paix. En vérité la paix n’a pas de prix. Nous devons juste essayer de comprendre la position du Président Ibrahim Boubacar Keïta. Il est contraint d’accepter certaines choses même cela n’est pas son souhait.

  63. La démocratie du plus fort est toujours la meilleure
    La loi du plus fort est toujours la meilleur
    La main qui donne a toujours tendance à imposer sa volonté.
    Le Mali à l’instar de son président se trouve confronté au dilemme qui se tend entre la volonté populaire et la pression de la médiation dans la crise malienne.

    La demande de IBK est mal appréciée par plusieurs maliens mais quand on voit de plus profond, la Gatia est contraint de respecter la feuille de sortie de crise. La médiation a procédé des menaces allant des sanctions élémentaires à des interventions militaires par des raids. Donc vue la situation et vue la position du Mali sur la crise, IBK plutôt éviter une exacerbation et une bataille désavantageuse à la Gatia. Si cela arrive, personne n’y peut rien puisse que le Conseil de sécurité à travers la Minusma peut bombarder les positions de la Gatia comme l’autorise l’article 42 de la charte des nations unies :”Si le Conseil de sécurité estime que les mesures prévues à l’article 41(il s’agit des mesures diplomatiques et non coercitives) seraient inadéquates ou qu’elles se sont révélées telles, il peut entreprendre, au moyen de forces aériennes, navales ou terrestres, toute action qu’il juge nécessaire au maintien ou au rétablissement de la paix et de la sécurité internationales. Cette action peut comprendre des démonstrations, des mesures de blocus et d’autres opérations exécutées par des forces aériennes, navales ou terrestres de Membres des Nations Unies.

    Ceux qui ne comprennent pas la décision de IBK, ne regardent pas le fond mais la forme, il faut cerner tous ces deux points pour pouvoir bien comprendre.

    • Merci BAYA pour cet éclaircissement, donc IBK a autant raison de pousser le groupe d’auto-défense à quitter Anefis. J’espère que beaucoup d’entre nous comprendrons aussi bien que toi que le Mali a les mains liés face à cette situation.

  64. Vue toutes les pressions sur lui, IBK était dans l’obligation de demander à la Plateforme de quitter Anefis pour faire respecter l’accord de paix signé entre les groupes armés et les autorités maliennes.

  65. Aucune plaie ne se guérit sur un abcès, tant que cet accord sera mise en œuvre sur des injustices, le KO est proche et très proche et le Malien est caractérisé par des gestions du genre en croyant que les gens ne les voient pas. Aussi, il faut retenir qu’aucun accord n’a pu être mis en œuvre avec les Touareg, l’ethnie est elle capable de se plier aux exigences d’un accord? Car il s’agit d’une souffrance des deux côtés, mais un groupe se faufile toujours et d’autres groupuscules se formes en commençant une autre rébellion. Je ne suis pas sûre de cet accord, car ces Touareg ondoient et louvoient sans cesse.

  66. Que le GATIA quitte Anèfis ou que la CMA quitte KIDAL tout cela sont des confusions encore il y’a eu une prise d’engagement par le gouvernement et tous les groupes armés comme la communauté internationale :cry:Donc la situation actuelle au nord viole l’engagement pris par toutes ces parties citées. L’avenir du Mali dépend de l’application de cet accord il ne faut pas oublier qu’il y’a des maliens qui sont en refuge hors du Mali, leurs enfants sont privés de l’école, leur santé est menacée Donc soutenons les décisions de notre gouvernement pour qu’ensemble nous trouvons une solution finale à cette crise.

  67. Si réellement la CMA est animée d’une bonne foi dans la conquête de la paix au Mali, elle doit être comme le GATIA. Bien vrai que ce groupe ait occupé Anefis par les armes, pour rester fidèle à ses engagements contenus dans l’accord d’Alger il a accepté de céder cette ville. 😀 😀 😀 😛 😛 😛

  68. IBK n’est pas dirigé et il prend toutes ses décisions en pleine liberté et convenablement. Le retrait du GATIA à Anefis n’est pas une manipulation de la communauté internationale sur le président. N’oubliez pas qu’il y’a un accord qui nous tient et qui est à respecter pour l’honneur et le bonheur du Mali et toutes les parties signataires de l’accord.

  69. Le Mali a assez souffert, donc il faut que ce processus pour la paix aboutisse. Nous devons comprendre la situation du gouvernement parce que le gouvernement est comme la base de ce processus pour la paix, ainsi le gouvernement est obligé d’appeler toutes les parties à respecter les closes de l’accord signé le 20 Juin dernier.

  70. Le GATIA, en se retirant de la ville d’Anefis, respecte l’arrangement sécuritaire qu’ il a signé en Alger. Cette attitude de ce groupe prouve sa bonne volonté de parvenir à la paix tant attendue par la population civile. 😯 😆 :mrgreen: 😥 💡 💡

  71. Sauvons le Mali et cela n’est possible qu’en respectant les engagements pris par notre gouvernement. C’est normal que le GATIA soit à ANEFIS mais pour le bonheur de nous tous le Mali est le premier garant de l’accord pour la paix et qui est tenu en premier lieu de le respecter vis à vis de la situation et les autres parties signataires de l’accord. Vive la paix au Mali

  72. Les maliens nous devons rester derrière les décisions de notre gouvernement N’oublier pas que nous avons signé un accord pour la paix qui a des clauses qui doivent être respecté par toutes les parties signataires de l’accord pour la paix L’application de cet accord engage en premier nous les maliens malgré la cma est un groupe armé et la communauté internationale doit aussi bien collaborer avec franchise aux côtés du gouvernement maliens. Vive le Mali et vive la paix

  73. La décision du président de la république de demander aux leaders de la plate-forme de retirer leurs troupes de la zone qu’ elles occupent depuis mi-août est respectueuse de l’accord d’Alger. :mrgreen: 😆 💡 😥 💡 😯

  74. Cette décision de nos partenaires n’est pas une imposition sur nous mais il faut comprendre que le gouvernement avait prendre des engagements qui obligent que la situation actuelle à ANEFIS soit restaurée et que toutes les parties regagnent leurs positions initiales.

  75. Nous les maliens doivent comprendre que la situation actuelle à ANEFIS est une violation du cessez le feu par tous les groupes armés. Donc pour sauver la mise en œuvre de l’accord pour la paix qui a engagé la responsabilité à commencer par notre pays et la communauté internationale. Sauvons l’accord pour la paix et sauvons le Mali.

  76. Merci Kassin pour tes explications claires comme de l’eau de source , et quand on pense à tous ceux qui critiquaient ATT , avec IBK ils ont gagné le gros lot 😆 😆 😆 😆 😆

    • Toi avec ton cul teint en blanc, ce kassin ne dit rien de bon. Tout comme toi, c’est un enculé de voyou acheté. Sinon nous voyons très bien que BAYA a donné une explication rationnelle et lucide. En plus elle nous donne une explication juridique vérifiée et claire comme ton cul teint en blanc.

    • blanche neige
      7427 commentaires toi avec tes dents pourri, tu peux me dire ce que tu as compris dans cette cuisine de kassin? juste un sentiment de révolte et depuis longtemps il fait un campagne d’acharnement contre le gouvernement.

  77. véridique
    SAOUTI est un éditorialiste compétent et intègre,l’un des plus grands au MALI et en AFRIQUE.
    Le dernier qu’on vient de lire est d’une lucidité remarquable.

  78. Encore un autre crétin du nom de “veridique”. Saouti n’est pas griot de IBK, il écrit très clairement la stratégie politique de sortie de crise adopté par IBK. Comme tu peux le constater, tous les journalistes n’ont pas vendu leurs culs comme ceux qui critiquent IBK à tout bout de champs. Il y en a certains comme Saouti qui restent dignes, sereins pour dire la vérité et sauver le peuple malien des détracteurs enculés

  79. Kassin l’imbécile de Maliweb, toujours fidèle à son régime d’un post pour tout article et finalement c’est pour plusieurs journées cette fois-ci. Il devient encore plus crétin qu’on ne le pense. Celui qui affilie la situation de Mali à la soi-disant gouvernance d’IBK, qui n’est toujours pas prouvée puisse que les mécontents ne se basent que sur des entendus et non des écrits, est tout simplement un attardé mental. Et j’aimerai beaucoup t’affronter en débat sur le forum parce que je trouve que tu ne dis pas réellement ce que tu veux ici en parlant toujours de IBK même si il n’y en a pas lieu.

    Continue dans l’imbécilité pour faire plaisir à quelqu’un et tu verras ton derrière en l’air tout le temps

  80. L’autopsie de la gouvernance IBK et le péril malien!

    Dans un régime démocratique, la conquête et l’exercice du pouvoir se fait à partir des règles édictées dans une loi fondamentale appelée constitution.

    Le Mali a adopté par référendum une constitution le 25 février 1992 et c’est celle-ci qui régit le règles de fonctionnement des pouvoirs en république depuis plus de 20 ans.

    Cette constitution est un bon compromis pour assoir les bases d’un exercice équilibré des pouvoirs législatif, judiciaire et exécutif au Mali et son respect scrupuleux conditionne la bonne gouvernance du pays.

    Mais malheureusement cela n’a pas été le cas et l’un des pouvoirs en occurrence le pouvoir judiciaire est en panne depuis 1992 et peine à dire le droit et forcer le pays sur les sentiers l’état de droit et de la bonne gouvernance.

    Toutes les dérives de la république et de la nation malienne trouvent leur source dans le non respect de nos règles de fonctionnement de la société de nos lois et règlements.

    Bien qu’étant très critique des régimes Alpha et ATT pour leur mauvaise gouvernance du pays, je me suis farouchement opposé aux putschistes du 22 mars 2012 parce qu’ils mettaient en cause l’existence même du régime démocratique et faisaient retourner le pays dans les sombres moments du CMLN, donc d’un régime politique d’exception qui ouvrait la porte à toutes les aventures.

    Alors que le régime démocratique garantit les libertés fondamentales du citoyen surtout l’égalité devant la loi, la liberté d’expression et d’opinion, la protection des patrimoines privés et publics, etc.

    Les journalistes et les politiques qui ont été lâchement agressés par la soldatesque ivrogne de Kati sont là pour témoigner la différence fondamentale en matière de liberté entre un régime démocratique et un régime d’exception conduite par des militaires à la limite analphabètes et qui dirigent le pays par leur instinct et non par la loi.

    Mais le régime démocratique, n’est pas non plus une assurance tout risque pour un peuple, surtout s’il est travesti, il peut conduire le pays au chaos.

    Que Dieu nous en préserve.

    Elu à 77% des suffrages exprimés en aout 2013 au Mali, IBK s’est littéralement entouré de sa famille et de ses amis pour diriger un pays en crise.

    Ces discours enflammés et provocateurs, à commencer par celui du 2 octobre 2013, ont d’abord eu raison aux têtes brûlées de la junte militaire de Kati, en overdoses de mutineries fin septembre 2013.

    Le général météorite Sano De Gaulle et sa nuée de spadassins indisciplinés, inventeurs des charniers de Diago et environs croupissent désormais derrière les barreaux en attente de procès pour assassinat et autres chefs d’inculpations.

    Si la junte est rentrée dans les rangs, IBK qui montrait une “main fer dans un gang de velours” aux rebelles du Nord et qui a juré ne pas “négocier avec des hommes en armes” ni de les permettre de “se hisser à son niveau”, en est réduit aujourd’hui à donner des villes entières du Mali à ces mêmes “hommes en armes” après avoir été “ivre de bonheur”.

    Entre ces deux positions diamétralement opposé, il faut partir de la doctrine IBK sur la crise du Nord du Mali qui est de:

    Tout est négociable sauf l’intégrité territoriale du Mali et la forme laïque de la république.

    C’est doctrine n’est pourtant pas une invention d’IBK c’est la ligne de conduite de tous les pouvoirs successifs du Mali depuis Moussa Traoré et c’est également la position édictée dans les résolutions de l’ONU sur le Mali votées par le conseil de sécurité en 2013 bien avant l’élection d’IBK.

    Négocier, c’est le fil conducteur voulu par la communauté internationale précipitée au chevet du Mali depuis que les bidasses fuyards des combats au nord et pilleurs à Bamako ont sabordé notre constitution le 22 mars 2012 et qu’ils ont entraînée la chute vertigineuse des 3 régions du nord et d’une bonne partie de celle de Mopti moins de 10 jours plus tard.

    Le régime transitoire de Dioncounda Traoré et son négociateur attitré, Tiebilé Dramé, avait aussi réussit dans l’accord préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013, à préserver le principe de l’intégrité du territoire national et la forme laïque de la république.

    Mais cet accord préliminaire était une invitation à négocier qui a permis de faire les élections qui ont vu élire IBK et il lui donnait 6 mois pour cela.

    IBK enfermé dans une sorte d’euphorie de la victoire électorale et des fastes de son investiture XXL avec rois et présidents du 19 septembre 2013 à Bamako, a cru bon de se la jouer Mandé Massa.

    Il va privilégier les voyages coûteux en jets privés ultra luxueux, s’arroge le droit de s’offrir un second avion présidentiel abondamment surfacturé et multiplie des marchés publics de gré à gré à des coûts de centaines de milliards, en violation flagrante de toutes les règles des finances publiques au Mali.

    La famille et les copains, tout au tour, bouffent à deux mains l’argent public, mais ni l’Etat malien, ni ses institutions comme l’armée, la justice, l’école, l’administration, n’ont réussit la moindre cure d’amélioration de la gouvernance qui a été pourtant à l’origine de l’effondrement du pays en 2012.

    La communauté internationale qui s’était félicitée des élections réussies dans le pays en 2013, avait promis 3,2 milliards d’euros pour la stabilisation et la reconstruction du pays.

    Mais l’attitude budgétivore du Mandé Massa, belliciste et attentiste pour rouvrir les négociations de paix avec les groupes armés non terroristes du nord, refroidit les ardeurs de beaucoup de partenaires techniques et financiers du pays qui traînent du coup pour décaisser les milliards promis au pays.

    Le chef de file des bailleurs de fonds, le FMI, coupe les cordons de la bourse au pays depuis juin 2014 quand il découvre une avalanche de marchés publics extra budgétaires et en dehors de toutes règles alors que le pays est sous perfusion financière internationale.

    Comment peut-on gaspiller inconsciemment l’argent de son propre pays malade de partout quand on a la main tendue aux autres?

    C’est vous qui le savez sublime Mandé Massa de la 25ème heure!

    Le FMI ayant obligé IBK et son gouvernement à budgétiser toutes les dépenses publiques, le résultat a été l’explosion du budget de Koulouba qui passe (sans raisons valables) de 9 milliards pour 2014 à 14 milliards pour 2015 suivi par celui de l’assemblée nationale qui augmente de 3 milliards lui aussi.

    Alors que Mme Fily Bouaré, ex ministre des finances d’IBK, l’architecte du gaspillage de nos sous, se ventait que les dépenses publiques ont diminué dans le budget 2015.

    Comprenez par là que les dépenses d’investissement publics pour plus d’écoles, plus d’hôpitaux, plus d’universités, plus d’électricité, plus d’eau potable, plus de logements sociaux, plus de routes, etc, diminuent pour nous tous mais les dépenses de fonctionnement de Koulouba et de l’assemblée nationale augmentent pour plus de caviar et plus de voyages luxueux pour IBK et sa famille et copains.

    Dans cette situation il n’est pas étonnant que l’armée ne soit pas équipée à hauteur de souhait, il n’est pas étonnant que nos bacheliers font seulement 17% de réussite au baccalauréat malien en 2015.

    C’est une politique publique à l’envers qui consiste à inverser les priorités dans le pays et à prendre des chemins tordus avec l’argent public qui a fait partir Oumar Tatam Ly.

    Moussa Mara qui lui a succédé n’a pas été courageux, par opportuniste outrancier, de redresser la barre de la restructuration de l’État au Mali.

    Au contraire il a excellé dans l’excès de zèle et le mensonge éhonté jusqu’à vouloir précipiter l’armée dans une guerre non préparée à Kidal, une armée malienne dont il n’a rien donné de surcroît ni avions de combat ni hélicoptères de combat, ni orgues de Staline.

    Les rebelles de la CMA sachant cela montent tous les jours la surenchère car ils savent que le pays n’a plus de mordant pour leur faire rentrer dans les clous de la république.

    Pour préserver leurs communautés menacées de toutes sortes d’exactions par ces rebelles surexcités, violeurs, voleurs et pilleurs, des milices d’autodéfense patriotiques et déterminées se sont constituées et chassent les rebelles de la CMA de leurs terres qu’ils squattent depuis la bérézina de Moussa Mara en mai 2014.

    Comme entre temps le régime médiocre d’IBK a signé du n’importe quoi qu’il appelle “arrangements sécuritaires” avec les voyous de la CMA, même les défaites militaires ces rebelles sans vergogne de la CMA face aux milices d’autodéfense patriotiques se transforment désormais en victoire pour eux car la communauté internationale est friande du respect des engagements pris et abuse d’un État inconscient du Mali pour appuyer ses pions auprès des rebelles sans scrupules de la CMA.

    Cette situation est incubateur de guerre civile car ceux qui sont armés pour défendre leurs communautés au nord du Mali, ne vont pas indéfiniment se plier aux désidératas d’une communauté qui se dit internationale et qui collabore avec des voyous de la CMA au nom d’une paix usurpée et extravertie.

    Il n’y a pas de paix au nord du Mali, sans les communautés du Nord du Mali et vouloir à tout pris leur imposer la domination des voyous faiblards de la CMA sur toute l’étendue du Nord du Mali est une irresponsabilité grave de la communauté internationale et le régime IBK qui se plaint aujourd’hui qu’il a été empêché d’équiper l’armée malienne en est le principal responsable de cette situation car personne ne l’a empêché de s’offrir un Boieng 737 surfacturé à bloc.

    Allabonnima!

    Salute!

    • Je comprends que ton aigreur ne fait qu’augmenter et tu verras finalement que je couperai par la fin l’ensemble de l’appareil génital de tous tes parents que tu as passant par ta vieille et prostituée mère et ton incapable père. Celui qui ne parvient même pas d’enceinter sa femme. Tu comprends un peu maintenant ta naissance?

Comments are closed.